//img.uscri.be/pth/6ab98fc6d805043ef87ccd3ee591cd442957eb8a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GARCIN

De
2 pages
GARCIN

A l’origine — Le patronyme Garcin vient tout simplement du mot garçon, évoquant sans
doute un jeune domestique. Près de 6 500 personnes en France portent ce nom de
famille ; on les retrouve surtout le long de la côte méditerranéenne, en particulier dans
les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse.
Un neurologue de renom — Originaire de la Martinique, précocement doué, Raymond
Garcin (1897-1971) est devenu, à force de travail, l’un des plus illustres neurologues
français. Après avoir exercé dans divers hôpitaux, il se fixa à la Salpêtrière en 1948 et
dirigea un service-pilote comportant toutes les techniques modernes. En 1953, il était
professeur de pathologie et thérapeutique générales et, six ans plus tard, une chaire de
clinique neurologique fut créée à son intention. En 1960, Garcin fut élu à l’Académie de
médecine. La notoriété de ce grand clinicien a largement dépassé les frontières de
l’hexagone. Ses nombreuses publications ont permis de notables avancées de la science
neurologique.
Un comédien belge à Paris— Anton Albers, dit Henri Garcin, est né à Anvers en 1929.
Formé au fameux cours Simon, il se produisit dans un cabaret avant de connaître un
certain succès au théâtre. Parallèlement à son activité théâtrale, le cinéma lui offrit des
rôles qui s’étoffèrent peu à peu. Après le succès de La vie de château (1966) de J.-P .
Rappeneau, il tourna régulièrement. Retenons : Un condé (1970), Dupont Lajoie (1975),
Le juge Fayard dit “le Shérif” (1977). Dans La ...
Voir plus Voir moins
G
ARCIN
A l’origine
— Le patronyme Garcin vient tout simplement du mot garçon, évoquant sans
doute un jeune domestique. Près de 6 500 personnes en France portent ce nom de
famille ; on les retrouve surtout le long de la côte méditerranéenne, en particulier dans
les Bouches-du-Rhône, le Var et le Vaucluse.
Un neurologue de renom —
Originaire de la Martinique, précocement doué, Raymond
Garcin (1897-1971) est devenu, à force de travail, l’un des plus illustres neurologues
français. Après avoir exercé dans divers hôpitaux, il se fixa à la Salpêtrière en 1948 et
dirigea un service-pilote comportant toutes les techniques modernes. En 1953, il était
professeur de pathologie et thérapeutique générales et, six ans plus tard, une chaire de
clinique neurologique fut créée à son intention. En 1960, Garcin fut élu à l’Académie de
médecine. La notoriété de ce grand clinicien a largement dépassé les frontières de
l’hexagone. Ses nombreuses publications ont permis de notables avancées de la science
neurologique.
Un comédien belge à Paris—
Anton Albers, dit Henri Garcin, est né à Anvers en 1929.
Formé au fameux cours Simon, il se produisit dans un cabaret avant de connaître un
certain succès au théâtre. Parallèlement à son activité théâtrale, le cinéma lui offrit des
rôles qui s’étoffèrent peu à peu. Après le succès de La vie de château (1966) de J.-P.
Rappeneau, il tourna régulièrement. Retenons : Un condé (1970), Dupont Lajoie (1975),
Le juge Fayard dit “le Shérif” (1977). Dans La femme d’à-côté tourné par Truffaut en
1982, Garcin jouait le mari de Fanny Ardant.
Le saviez-vous ?
— Une Catherine Garcin (1813-1887) est l’arrière-grand-mère de
l’abbé Pierre, fondateur du mouvement Emmaüs.
Tout pour la musique —
Michel Garcin (1923-1995) reste l’un des grands directeurs
artistiques de l’édition phonographique. Né à Rochefort (Charente-Maritime), il étudia le
violoncelle et le piano au conservatoire de Poitiers puis, en 1943, poursuivit sa formation
au Conservatoire national supérieur de musique de Paris. Il obtint des prix dans toutes les
disciplines avant d’enseigner l’histoire de la musique. Il se tourna ensuite vers l’industrie
du disque et, pendant près de quarante années d’activité pour Erato (1953-1990), réalisa
plus de 3 000 disques de musique classique. En 1988, il enregistra l’interprétation de la
bande sonore de Boris Godounov par Rostropovitch. Depuis 1970, il assurait la direction
artistique des soirées musicales du château de Villevieille (Gard). Garcin obtint, en 1975,
le diplôme d’honneur au Mondial du disque de Montreux et, en 1983, la médaille d’or de
la SACEM.
Les Garcin dans l’histoire
— Citons aussi : le peintre verrier Philippe Garcin, actif en
Avignon au XVème siècle ; le sculpteur marseillais Antoine Garcin du XVIIème siècle ; le
littérateur Laurent Garcin, né à Neufchâtel vers 1734, auteur de plusieurs ouvrages
notamment un Traité du mélodrame (1772) dont Grimm a fait l’éloge ; l’orientaliste
Joseph Garcin de Tassy (1794-1878), membre de l’Académie des inscriptions et belles
lettres, professeur au Collège de France ; André Garcin (1821-1906), archiviste et érudit
d’Apt ; le peintre Louis-Marius Garcin (1821-1898), au style académique ; le publiciste
Eugène-André Garcin (1830-1909), poète co-fondateur du félibrige, républicain et
anticlérical, sous-préfet de Muret en 1870, titulaire d’une chaire d’histoire ancienne ; le
général Marie-Nicolas-Edmond Garcin (1834-1915) ; Félix Garcin (1879-1969), natif de
Saint-Cyr-au-Mont-d’Or (Rhône), professeur de droit aux facultés catholiques de Lyon,
directeur du Nouvelliste et dirigeant d’organisations agricoles ; Laure Garcin (1896-1978),
peintre, cinéaste et conférencière qui exposa avec le groupe Abstraction-Création ; le
violoniste et chef d’orchestre Salomon Garcin (1830-1896) ; Félix Garcin, président de
l’Union des syndicats agricoles du Sud-Est ; Edmond Garcin, né à Aubagne en 1917,
maire de cette ville (1965), conseiller général (1958), puis député communiste des
Bouches-du-Rhône à partir de 1962 ; Jean