//img.uscri.be/pth/4bdf6fd52043c75501946fbcbc4c0754d8bb5c1f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GERIN

De
2 pages
GERIN

A l’origine— Le patronyme Gerin vient d’un ancien nom de personne d’origine
germanique, Guarin (de wara, protection). Actuellement, 3 500 Gérin vivent en France,
majoritairement dans le Sud-Est.
Des politiques — Né à Ampuis (Rhône) en 1924, directeur d’un établissement viticole et
maire de sa ville natale, Alfred Gerin fut élu conseiller général du Rhône en 1964 et
sénateur de ce département de 1977 à 1986. Très indépendant, il ne s’est, dans un
premier temps, inscrit à aucun groupe au Sénat, avant de se rattacher
administrativement au groupe de l’Union centriste des démocrates de progrès. Quant à
André Gerin, né à Vienne dans l’Isère en 1946, maire de Vénissieux et conseiller général
du Rhône à partir de 1985, il est député du Rhône, inscrit au groupe communiste, à
partir de 1993.
Une nomination épiscopale contestée— Neveu du vicaire général et chanoine de la
cathédrale Jean-Baptiste Gérin (1797-1863), Alexandre-Théodore Gérin est né à Grenoble
en 1808. Devenu prêtre distingué pour ses qualités oratoires, il prêcha en 1940 à la place
de Lacordaire tombé subitement malade. Gérin est surtout connu pour ses œuvres
sociales. En 1867, à la mort de Mgr de Levezou de Vezins, il fut nommé évêque d’Agen
par décret impérial. Mais c’était sans compter avec une campagne de dénigrement
menée par l’évêque de Grenoble. Rome ne voulait pas de ce nouvel évêque. L’empereur
intervint. Une enquête fut menée qui se termina en faveur de Gérin. Les événements de
1870 reléguèrent ...
Voir plus Voir moins