//img.uscri.be/pth/a95f4d5148301359086c37141ff07a181a43bfb8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GILBERT

De
2 pages
GILBERT

A l’origine — Gilbert est la forme contractée de Gilibert, dérivé du nom de personne
d’origine germanique Giliberht, de gil- qui renvoie à geil, exubérant, ardent, à gailjan, se
réjouir ou à gilen, convoiter, désirer, et -berht, brillant, illustre. On trouve actuellement
plus de 18 400 personnes portant le patronyme Gilbert.
De “saints” ancêtres ! — Il est frappant de voir que le nom de Gilbert a été porté par
un grand nombre d’évêques, un phénomène qui a contribué au Moyen Age à la
popularité de ce nom, comme nom de baptême puis aussi comme patronyme. Citons :
Gilbert, né à Meaux, élu évêque de Meaux à l’unanimité en 995 ; Gilbert de la Porrée dit
Gilbert de Poitiers, né peu avant 1080, qui fut l’une des grandes figures intellectuelles de
son époque et fut nommé évêque de Poitiers en 1142 ; Gilbert, né en Bretagne au début
du XIème siècle, qui se vit proposer l’évêché de Londres par le roi d’Angleterre Henri Ier
en 1127 et dont l’étendue des connaissances lui valut le surnom d’Universel ; Gilbert de
Cantobre, né vers 1295, nommé évêque de Rodez en 1339...
Les successeurs de Quasimodo — Antoine-Pierre Gilbert, né en 1762, exerça le métier
de grand sonneur de Notre-Dame de 1787 à 1820. Il fut remplacé dans cette tâche par
son fils Antoine-Pierre-Marie Gilbert, qui naquit à la cathédrale même en 1785. C’est lui
qui, en 1830, protégea le grand orgue lors du saccage de l’archevêché, et qui, en 1832,
mit en fuite des émeutiers ayant tenté d’incendier la charpente ...
Voir plus Voir moins
G
ILBERT
A l’origine —
Gilbert est la forme contractée de Gilibert, dérivé du nom de personne
d’origine germanique Giliberht, de gil- qui renvoie à geil, exubérant, ardent, à gailjan, se
réjouir ou à gilen, convoiter, désirer, et -berht, brillant, illustre. On trouve actuellement
plus de 18 400 personnes portant le patronyme Gilbert.
De “saints” ancêtres ! —
Il est frappant de voir que le nom de Gilbert a été porté par
un grand nombre d’évêques, un phénomène qui a contribué au Moyen Age à la
popularité de ce nom, comme nom de baptême puis aussi comme patronyme. Citons :
Gilbert, né à Meaux, élu évêque de Meaux à l’unanimité en 995 ; Gilbert de la Porrée dit
Gilbert de Poitiers, né peu avant 1080, qui fut l’une des grandes figures intellectuelles de
son époque et fut nommé évêque de Poitiers en 1142 ; Gilbert, né en Bretagne au début
du XIème siècle, qui se vit proposer l’évêché de Londres par le roi d’Angleterre Henri Ier
en 1127 et dont l’étendue des connaissances lui valut le surnom d’Universel ; Gilbert de
Cantobre, né vers 1295, nommé évêque de Rodez en 1339...
Les successeurs de Quasimodo —
Antoine-Pierre Gilbert, né en 1762, exerça le métier
de grand sonneur de Notre-Dame de 1787 à 1820. Il fut remplacé dans cette tâche par
son fils Antoine-Pierre-Marie Gilbert, qui naquit à la cathédrale même en 1785. C’est lui
qui, en 1830, protégea le grand orgue lors du saccage de l’archevêché, et qui, en 1832,
mit en fuite des émeutiers ayant tenté d’incendier la charpente des cloches. Passionné
par l’histoire de la cathédrale, il collectionna de nombreux livres, dessins et autres
documents parmi les plus rares et traitant tous de Notre-Dame. En 1839, Le Moniteur
publia dans ses colonnes que : “Monsieur Gilbert a épousé Notre-Dame de Paris comme
jadis Quasimodo en avait épousé les cloches, mais avec plus d’intelligence” !
Le “Jack London des forains”
— Auguste Gilbert de Voisins (1877-1939) était un
personnage particulièrement haut en couleurs. Possesseur d’une fortune considérable, il
n’en fit pas moins partie du cirque de Buffalo Bill où il exerça ses talents de cavalier
chevronné et fut surnommé le “Jack London des forains”. Également grand voyageur, il
partit en Chine en 1909 avec l’écrivain français Victor Ségalen, puis en 1914 pour une
mission archéologique. De toutes ces aventures, il rapporta d’intéressants souvenirs et de
talentueux écrits pour lequels il fut récompensé en 1926 par le grand prix de l’Académie
française. Marié avec la fille du poète José-Maria de Heredia, il compta parmi ses amis
toutes les célébrités littéraires de son époque.
Les Gilbert dans l’histoire —
Retenons aussi : la famille de magistrats Gilbert de
Voisins dont le premier représentant connu vivait en 1470 ; l’ébéniste de talent André-
Louis Gilbert (1746-1809), qui mourut misérable, ruiné par les troubles politiques ; le
poète lorrain Nicolas-Joseph-Laurent Gilbert (1750-1780), qui s’attira les faveurs de la
Cour et du roi, en même temps que la notoriété, en composant des satires contre les
encyclopédistes et le parti philosophique ; le graveur Achille-Isidore Gilbert (1828-1899),
qui collabora à la Gazette des Beaux-Arts et grava sur bois les portraits de plusieurs
personnalités tels Michelet, Gambetta, Ledru-Rollin, etc ; Augustin-Nicolas Gilbert (1858-
1927), excellent clinicien et professeur, célèbre pour ses travaux sur les maladies du foie
et ses abondantes publications, élu membre de l’Académie de médecine en 1907 ;
l’aviateur Adrien-Eugène Gilbert (1889-1918), qui remporta le Tour de France aérien en
1914 ; le magistrat André-Jean Gilbert des Aubineaux, né en 1925 à Montguyon, en
Charente-Maritime, qui termina sa carrière comme président de chambre à la cour
d’appel de Paris ; l’animatrice de télévision Danièle Gilbert, très présente dans les années
1970-1980 ; etc.
Autres noms de même signification :
Gilabert (840, Haute-Garonne), Gilbertas (290,
Puy-de-Dôme), Gilberton (330, Allier), Gilbin (290, Ardennes), Gilbon (120, Essonne),
Gilibert (1 410, Isère)...© Archives & Culture. Reproduction et diffusion interdites.