//img.uscri.be/pth/1b0d885a4311467168dfe76d982bbcb91b43917f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GIROUD

De
2 pages
GIROUD

A l’origine— Le patronyme vient d’un ancien nom de baptême d’origine germanique
Gerwald (de ger, lance, et waldan, gouverner). Il y a actuellement en France près de
5 500 Giroud. On les retrouve essentiellement dans les départements de la région Rhône-
Alpes.
Une femme en journalisme et en politique — L’itinéraire de Françoise Giroud, née à
Genève en 1916, est parsemé de rencontres. Engagée comme scripte par Marc Allegret,
elle gravita alors dans l’orbite de grands réalisateurs, écrivit des chansons, des scénarios,
des dialogues avant de découvrir le monde de la presse à travers Paris-Soir et surtout
Elle. De 1945 à 1953, elle dirigea la rédaction de ce magazine qui incarna une nouvelle
image de la femme, moderne et dynamique. Mais Françoise Giroud symbolise avant tout
la glorieuse aventure de L’Express qu’elle fonda avec Jean-Jacques Servan-Schreiber. Sa
nomination au secrétariat d’Etat à la Condition féminine (1974-1976), puis à la Culture
(1976-1977) marqua une nouvelle étape. Elle tenta alors de lutter contre les pesanteurs
de la société française. Françoise Giroud devint ensuite un auteur à succès, publiant
notamment des biographies de femmes célèbres (Marie Curie, Alma Malher, Jenny Marx)
et un roman (Le Bon Plaisir, 1982). En parallèle, elle mène une carrière d’éditorialiste
redoutée. Françoise Giroud a su forcer les portes de milieux demeurés longtemps
misogynes. Elle est décédée en 2003.
Deux aventuriers — À la fin du XVIIIème siècle, le fameux marquis ...
Voir plus Voir moins
G
IROUD
A l’origine—
Le patronyme vient d’un ancien nom de baptême d’origine germanique
Gerwald (de ger, lance, et waldan, gouverner). Il y a actuellement en France près de
5 500 Giroud. On les retrouve essentiellement dans les départements de la région Rhône-
Alpes.
Une femme en journalisme et en politique —
L’itinéraire de Françoise Giroud, née à
Genève en 1916, est parsemé de rencontres. Engagée comme scripte par Marc Allegret,
elle gravita alors dans l’orbite de grands réalisateurs, écrivit des chansons, des scénarios,
des dialogues avant de découvrir le monde de la presse à travers Paris-Soir et surtout
Elle. De 1945 à 1953, elle dirigea la rédaction de ce magazine qui incarna une nouvelle
image de la femme, moderne et dynamique. Mais Françoise Giroud symbolise avant tout
la glorieuse aventure de L’Express qu’elle fonda avec Jean-Jacques Servan-Schreiber. Sa
nomination au secrétariat d’Etat à la Condition féminine (1974-1976), puis à la Culture
(1976-1977) marqua une nouvelle étape. Elle tenta alors de lutter contre les pesanteurs
de la société française. Françoise Giroud devint ensuite un auteur à succès, publiant
notamment des biographies de femmes célèbres (Marie Curie, Alma Malher, Jenny Marx)
et un roman (Le Bon Plaisir, 1982). En parallèle, elle mène une carrière d’éditorialiste
redoutée. Françoise Giroud a su forcer les portes de milieux demeurés longtemps
misogynes. Elle est décédée en 2003.
Deux aventuriers —
À la fin du XVIIIème siècle, le fameux marquis de Brosse et de
Montendre s’appelait en réalité Joseph-Ignace Giroud et était le fils d’un huissier. Sa
sœur Marie-Louise était une aventurière qui se faisait passer pour une bâtarde tantôt de
Louis XV, tantôt de l’empereur François II. Elle parvient à se faire épousesr par un vieux
receveur général, lui fit acheter une lieutenance pour son frère et lui fit faire une
donation de son marquisat de Montendre, en Charente-Maritime. En 1789, Joseph-
Ignace Giroud émigra et tenta de se faire passer pour un noble saintongeais, “ marquis
de Brosse ”, sans succès. Il revint alors en France avec de faux papiers lui donnant la
nationalité suisse et réussit grâce à eux à passer la Terreur sans problème. Il mourut en
1834, non sans avoir essayé d’obtenir de Louis XVIII une pension en se faisant passer
pour un ancien maréchal de camp de l’armée des Princes...
Un sculpteur talentueux —
Olivier Giroud est né à Saint-Victor-de-Cessieu en 1943.
Après des études universitaires à Grenoble de 1963 à 1967, il s’initia au travail de l’acier.
S’étant essayé à diverses techniques, il s’orienta définitivement vers la sculpture en 1969
et installa son propre atelier à Vienne (Isère). Il participa à plusieurs grandes expositions
collectives et individuelles en Europe. Olivier Giroud a réalisé de nombreuses commandes
monumentales, notamment pour les villes de Lyon, Vienne ou Hanovre.
Les Giroud dans l’histoire—
Citons encore : les Giroud, imprimeurs à Grenoble à partir
de 1663 ; le Grenoblois Alexandre Giroud (1761-1797), administrateur de l’Isère,
ingénieur des mines, géologue à Saint-Domingue ; Marie-Victorine Giroud-Ferrier (an IV-
1871), native de Valence, auteur de poésies et de romances ; Henri Giroud (1799-1879),
découvreur des mines de La Mure, membre du conseil général de l’Isère et président de
la caisse d’épargne de Grenoble ; Casimir Giroud (1811-1896), maire de Douai, député
du Nord, sous-directeur de la section française de l’Exposition universelle de 1878 ; le
peintre paysagiste Gabriel Giroud, qui débuta au Salon en 1834 ; le Lyonnais Gabriel
Giroud (1870-1945), militant néo-malthusien ; l’architecte Jean-Etienne Giroud, décédé
en 1901, inspecteur des bâtiments du Rhône, puis architecte de Saône-et-Loire ; son fils
Frédéric (1862-1924) qui fut notamment l’architecte des frères Lumière ; Antoine-Victor-
Léon Giroud (1895-1978), né à Moulins, professeur à la faculté de médecine de Paris,
directeur du laboratoire de physiologie des vitamines à l’Ecole pratique des hautes
études, membre de l’Académie de médecine (1949) ; Bernard Giroud, né