//img.uscri.be/pth/7ea69c44e4ed19ff8adf25452cb6ade8475398bb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GRAZIANI

De
2 pages
GRAZIANI

A l’origine — Graziani correspond à l’ancien nom de baptême d’origine latine Gratien,
qui signifiait la grâce. Les porteurs du nom Graziani sont près de 2 800 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Haute-Corse, les
Bouches-du-Rhône et le Var.
Vice-roi d’Ethiopie — Rodolfo Graziani, marquis de Neghelli, naquit en 1882 à Filettino
dans la province de Frosinone et mourut en 1955 à Rome. En 1913, il combattit en Libye
et sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale, avant de se signaler au
Fessan et en Cyrénaïque, dont il devint le vice-gouverneur en 1930. Il commanda ensuite
le front de Somalie pendant la campagne d’Ethiopie en 1936 et fut nommé maréchal et
vice-roi d’Ethiopie pour les années 1936 et 1937. Mis à la tête des troupes de Libye en
1940, il fut battu par les Anglais et dut ramener ses troupes en déroute sur El-Agheila. En
1943, il devint ministre de la Guerre du gouvernement républicain de Mussolini.
Condamné à vingt ans de réclusion en 1945, on le libéra en 1950. Rodolfo Graziani finit
alors par militer dans le mouvement social italien, d’inspiration néofasciste.
Nuagiste ? — De nombreux Graziani ont su se faire une place dans le monde des arts.
Originaire de Naples, le peintre de compositions religieuses et de batailles Francesco
Graziani composa une Madeleine repentante à l’église Santa Croce della Penitanza à
Rome. Né en 1651 à Mezzolara près de Bologne et mort dans cette même ville en 1726,
le ...
Voir plus Voir moins
G
RAZIANI
A l’origine —
Graziani correspond à l’ancien nom de baptême d’origine latine Gratien,
qui signifiait la grâce. Les porteurs du nom Graziani sont près de 2 800 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Haute-Corse, les
Bouches-du-Rhône et le Var.
Vice-roi d’Ethiopie —
Rodolfo Graziani, marquis de Neghelli, naquit en 1882 à Filettino
dans la province de Frosinone et mourut en 1955 à Rome. En 1913, il combattit en Libye
et sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale, avant de se signaler au
Fessan et en Cyrénaïque, dont il devint le vice-gouverneur en 1930. Il commanda ensuite
le front de Somalie pendant la campagne d’Ethiopie en 1936 et fut nommé maréchal et
vice-roi d’Ethiopie pour les années 1936 et 1937. Mis à la tête des troupes de Libye en
1940, il fut battu par les Anglais et dut ramener ses troupes en déroute sur El-Agheila. En
1943, il devint ministre de la Guerre du gouvernement républicain de Mussolini.
Condamné à vingt ans de réclusion en 1945, on le libéra en 1950. Rodolfo Graziani finit
alors par militer dans le mouvement social italien, d’inspiration néofasciste.
Nuagiste ? —
De nombreux Graziani ont su se faire une place dans le monde des arts.
Originaire de Naples, le peintre de compositions religieuses et de batailles Francesco
Graziani composa une Madeleine repentante à l’église Santa Croce della Penitanza à
Rome. Né en 1651 à Mezzolara près de Bologne et mort dans cette même ville en 1726,
le peintre de compositions religieuses Ercole I Graziani travailla à Rome, à Florence et à
Venise. Il exécuta un grand nombre d’armoiries pour des portails de palais et était
membre de l’académie Clementina. Les seules œuvres de peinture que l’on a conservées
de lui sont les décorations du palais Pepoli à Bologne. Son fils, Ercole II Graziani, naquit
également à Bologne en 1688 et y mourut en 1765. Il peignait des scènes mythologiques,
des sujets religieux et des portraits. Elève de Donato Creti, il travailla pour les monuments
publics de Bologne et de Plaisance. Le pape Benoît XIV lui commanda une reproduction
de son Saint Pierre consacrant saint Apollinaire pour l’église Saint-Apollinaire de Rome, où
l’on voit aussi un Baptême du Christ, Le Mariage de sainte Catherine et Sainte Anne
apprenant à lire à la vierge. Enfin, le peintre abstrait Pierre Alexandre Graziani, né en
1932 à Vivario en Corse, autodidacte, il participa à de nombreuses expositions collectives,
notamment au Salon des réalités nouvelles entre 1967 et 1968. Le critique d’art Lucien
Alvard a qualifié son style de « nuagiste ».
En politique —
Antoine-Giudice Graziani, né en 1920 à Cassano en Corse, entra au
ministère d’Etat comme chef du bureau de la comptabilité et du service législatif en 1859.
Dix ans plus tard, il devint chef de la division de la comptabilité et des archives. En 1876,
il se présenta dans l’arrondissement de Calvi aux élections législatives mais sans succès. Il
triompha en 1881, siégeant à gauche. Il vota pour les crédits de l’expédition du Tonkin et
pour le ministère Ferry.
Ca chauffe ! —
Séraphin Graziani, né en 1884 à Ajaccio, intégra l’Ecole des arts et
métiers d’Aix-en-Provence en 1899 et se spécialisa dans le chauffage et la ventilation.
Installé à Paris en 1903, il débuta comme dessinateur puis devint conducteur de travaux,
chef d’études et ingénieur dans d’importantes firmes industrielles. En 1914, il s’engagea
dans les automitrailleuses. En 1905, il avait adhéré à la SFIO et était entré, en 1910, dans
sa Commission administrative permanente. Il était également au conseil d’administration
du Populaire. Dès 1928, il implanta dans les diverses sociétés où il travailla les réformes
sociales sans que le peuple de Paris n’ait voulu de lui comme député, lui que les ouvriers
aient apprécié ses initiatives. Battu en 1928, il fut élu en 1932 dans le XIVème
arrondissement et siégea à la Chambre dans les rangs socialistes. Il fut membre des
commissions du travail et d’assurance et de prévoyance sociales. En 1936, il devint chef
de cabinet de Marx Dormoy. En 1940, on le chargea d’une mission auprès d’Albert
Rivière, ministre des Anciens combattants. Il mit