//img.uscri.be/pth/a8bbeaea32e42652ef2d56b1df48799c88b3ad88
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GRIMALDI

De
2 pages
GRIMALDI

A l’origine — Le patronyme Grimaldi signifie “fils de Grimaldo”, avec le suffixe i qui
traduit la filiation. Grimaldo est un nom de baptême lui-même issu d’un ancien nom de
personne d’origine germanique, Grimwald (construit à partir des racines grim-, cruel, et -
waldan, gouverner). Un peu plus de 3 300 personnes portent actuellement ce nom en
France, essentiellement implantées en Corse et dans le Var.
Sur le rocher de Monaco — La famille Grimaldi est, depuis des siècles, membre du
gotha aristocratique européen. Elle règne, bien entendu, sur la principauté de Monaco
mais son origine remonte au XIIème siècle avec le consul de Gènes, Otto Canella
Grimaldi, né en 1139. Depuis cette date, des générations de Grimaldi se sont distingués,
en Italie, à Gènes et Naples, mais aussi en France. Parmi les membres les plus récents de
la branche française, citons : Honoré-Gabriel Grimaldi (1778-1841), prince de Monaco
sous le nom d’Honoré V , pair de France, aide de camp du général Grouchy (1800) et
chef de bataillon (1814) ; Jean-Vitus Grimaldi (1805-1864), docteur et littérateur,
conseiller général de Corse et qui publia des ouvrages intitulés Nouvelle histoire corse
(1840) et Il Pentiemento (1858) ; etc. La principauté de Monaco est aujourd’hui dirigée
par Rainier III, né en 1923, qui succéda en 1949 à son grand-père Louis II. Fondateur de
la Croix-Rouge de Monaco, président de la Commission internationale pour l’exploration
scientifique de la mer Méditerranée à partir de ...
Voir plus Voir moins
G
RIMALDI
A l’origine —
Le patronyme Grimaldi signifie “fils de Grimaldo”, avec le suffixe i qui
traduit la filiation. Grimaldo est un nom de baptême lui-même issu d’un ancien nom de
personne d’origine germanique, Grimwald (construit à partir des racines grim-, cruel, et -
waldan, gouverner). Un peu plus de 3 300 personnes portent actuellement ce nom en
France, essentiellement implantées en Corse et dans le Var.
Sur le rocher de Monaco —
La famille Grimaldi est, depuis des siècles, membre du
gotha aristocratique européen. Elle règne, bien entendu, sur la principauté de Monaco
mais son origine remonte au XIIème siècle avec le consul de Gènes, Otto Canella
Grimaldi, né en 1139. Depuis cette date, des générations de Grimaldi se sont distingués,
en Italie, à Gènes et Naples, mais aussi en France. Parmi les membres les plus récents de
la branche française, citons : Honoré-Gabriel Grimaldi (1778-1841), prince de Monaco
sous le nom d’Honoré V, pair de France, aide de camp du général Grouchy (1800) et
chef de bataillon (1814) ; Jean-Vitus Grimaldi (1805-1864), docteur et littérateur,
conseiller général de Corse et qui publia des ouvrages intitulés Nouvelle histoire corse
(1840) et Il Pentiemento (1858) ; etc. La principauté de Monaco est aujourd’hui dirigée
par Rainier III, né en 1923, qui succéda en 1949 à son grand-père Louis II. Fondateur de
la Croix-Rouge de Monaco, président de la Commission internationale pour l’exploration
scientifique de la mer Méditerranée à partir de 1956, il fut aussi le promoteur du Festival
international de la télévision ou encore du Festival international du cirque. Il épousa
l’actrice de cinéma américaine Grace Kelly, dont il eut trois enfants (Caroline, Albert et
Stéphanie), et qui mourut dans un tragique accident de voiture.
Une famille de franciscains corses —
Pierre-Isaia Grimaldi naquit à Valle de
Campoloro en 1691. Franciscain, il fut provincial de l’Ordre pour la Corse. Avec le père
Théophale de Corte, il fut à l’origine de la création du couvent de Zuani. Théologue des
cardinaux Acquaviva et Calcagnini à Rome en 1732, il revint en Corse en 1747, avant d’y
mourir une année plus tard. Son neveu, Léonard Grimaldi, né vers 1714, fit imprimer en
1758 les prédications de son oncle. Ami de Pasquale Paoli, il fut le théologien de la
“nation corse” et le responsable de l’imprimerie installée au couvent de Cervione. Il fut
également professeur de philosophie et de mathématiques à l’université de Corte en
1765.
Un évêque empoisonné ? —
Né en 1479, Augustin Grimaldi était le fils de Lambert,
seigneur de Monaco, et de Claude Grimaldi. En 1498, il devint le coadjuteur de son oncle
Jean-André de Grimaldi, évêque de Grasse. A la mort de ce dernier, en 1505, il obtint le
siège de plein droit et la commende de l’abbaye de Lérins. Il fut aussi conseiller et
aumônier de Louis XII. En 1517, il assista au concile de Latran. Il quitta peu après le
service du roi de France pour s’attacher à celui de Charles Quint, qui lui donna l’évêché
de Majorque et l’archevêché d’Orastino. Il avait été désigné pour recevoir le chapeau
cardinalice en 1532 mais il mourut avant la cérémonie, si bien que certains prétendent
qu’il fut empoisonné.
Tué par un filtre d’amour —
Le poète Luca de Grimaldi, né à Grimaldi en Provence en
1273, perdit la vie dans un terrible accès de fureur. Cet instituteur de Gènes s’illustra par
des œuvres poétiques au contenu parfois sulfureux. Ses livres furent ainsi condamnés à
l’autodafé après la publication de poèmes s’attaquant au pape Boniface VIII. Selon la
légende, sa maîtresse voulut tester sa fidélité par un filtre d’amour. Cette potion ne fit
que déclencher une crise extrême de colère. Incontrôlable, Grimaldi se suicida avec son
épée en 1308 !
Les Grimaldi dans l’histoire —
Citons aussi : l’amiral Antonio Grimaldi, né au XIVème
siècle, commandant des forces navales génoises ; Mgr Geronimo Grimaldi, mort en 1543,
évêque de Venfro, Albengo, cardinal (1527) et archevêque de Bari et de Gênes ; Mgr
Dominique Grimaldi, mort en 1592, commissaire général des galères de l’Eglise, qui
participa à la bataille navale de Lépante contre les Turcs (1571) avant