//img.uscri.be/pth/53e6680e2c7dd3e9a93448c296816dc752eb6133
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille GUILLEN

De
2 pages
GUILLEN
A l’origine — Le patronyme Guillen est lui aussi issu d’un ancien nom de baptême, lui-
même dérivé d’un nom de personne d’origine germanique, Willhelm (composé de will-,
volonté, et -helm, casque). Les porteurs du nom Guillen sont aujourd’hui près de 2 000
en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Vaucluse, les
Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Atlantiques.
Un matador espagnol — Né à Utrera en Espagne, Francisco Herrera Rodriguez dit
Curro Guillén (1783-1820) était le troisième d’une dynastie de matadors. A quinze ans, il
constitua une « cuadrilla infantil » qui brilla dans toute la région de Séville. En 1811, en
raison de son opposition marquée à l’occupation française, il quitta l’Espagne et s’installa
à Lisbonne au Portugal. Il poursuivit alors sa carrière et devint une idole en pays lusitain.
De retour en Espagne en 1814, il y fit une carrière jusqu’à sa mort en 1820 dans les
arènes de la ville de Ronda. Curro Guillén fut enterré sous le sable de la plaza qui l’avait
vu mourir.
Les Guillén en poésie — Né à Valladolid en 1893, Jorge Guillén (1893-1934) fut l’un
des poètes de la génération espagnole des années 1920. Après avoir enseigné à la
Sorbonne et en Espagne, il s’exila aux Etats-Unis où il poursuivit sa carrière après la
guerre civile espagnole. Mort à Malaga en 1984, ses principaux recueils sont Cantico
(1928), Ardor (1931) et Clanor. Né à Camagüey à Cuba dans un milieu ouvrier, Nicolás
Guillén (1902 ou 1904-1989) fit des études ...
Voir plus Voir moins
G
UILLEN
A l’origine —
Le patronyme Guillen est lui aussi issu d’un ancien nom de baptême, lui-
même dérivé d’un nom de personne d’origine germanique, Willhelm (composé de will-,
volonté, et -helm, casque). Les porteurs du nom Guillen sont aujourd’hui près de 2 000
en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Vaucluse, les
Bouches-du-Rhône et les Pyrénées-Atlantiques.
Un matador espagnol —
Né à Utrera en Espagne, Francisco Herrera Rodriguez dit
Curro Guillén (1783-1820) était le troisième d’une dynastie de matadors. A quinze ans, il
constitua une « cuadrilla infantil » qui brilla dans toute la région de Séville. En 1811, en
raison de son opposition marquée à l’occupation française, il quitta l’Espagne et s’installa
à Lisbonne au Portugal. Il poursuivit alors sa carrière et devint une idole en pays lusitain.
De retour en Espagne en 1814, il y fit une carrière jusqu’à sa mort en 1820 dans les
arènes de la ville de Ronda. Curro Guillén fut enterré sous le sable de la plaza qui l’avait
vu mourir.
Les Guillén en poésie —
Né à Valladolid en 1893, Jorge Guillén (1893-1934) fut l’un
des poètes de la génération espagnole des années 1920. Après avoir enseigné à la
Sorbonne et en Espagne, il s’exila aux Etats-Unis où il poursuivit sa carrière après la
guerre civile espagnole. Mort à Malaga en 1984, ses principaux recueils sont Cantico
(1928), Ardor (1931) et Clanor. Né à Camagüey à Cuba dans un milieu ouvrier, Nicolás
Guillén (1902 ou 1904-1989) fit des études de droit et devint avocat avant de se tourner
vers le journalisme. En 1923, il fonda la revue Lis. Ecrivain engagé, il quitta son pays en
1937 pour voyager au Mexique, en Amérique du Sud et en Espagne, où il prit part à la
guerre civile aux côtés des républicains. Exilé à Paris après le coup d’État de Batista en
1952, il y revint après la révolution castriste en 1959. Membre du Parti communiste, il fut
désigné poète national et occupa des fonctions administratives. En 1930, il publia ses
premiers poèmes avec Motivos de son dans une revue de La Havane. L’ensemble de son
œuvre traduit l’exubérance de son pays et s’inspire du folklore national.
D’autres littéraires espagnols
— D’autres personnages se sont distingués dans la
literature. Mentionnons parmi eux : Pero Guillén, poète espagnol du XVème siècle ;
Joseph Simont (sic) Guillén (1875-1968) auteur et illustrateur espagnol qui collabora à
L’Illustration ; Rafael Guillén, poète espagnol né en 1933 ; Orlando Guillén, essayiste et
dramaturge espagnol né en 1945 ; Claudio Guillén (1924-2007), le fils de Jorge Guillen,
qui fut professeur de littérature et un spécialiste de littérature comparée ; Antonio Guillen
Gómez, écrivain de fiction espagnol et historien du royaume de Grenade né au XXème
siècle.
La défense du patronat —
Ancien ingénieur de l’Ecole navale et officier dans les sous-
marins, Pierre Guillen débuta sa carrière patronale en 1959 dans la puissante Union des
industries métallurgiques et minières (ULMM) dont il reste président d’honneur. Ancien
vice-président du Conseil national du patronat français (CNPF), il fut proche de Jacques
Chirac, de Philippe Seguin et de Jacques Delors au niveau européen. Président de la
commission sociale du CNPF de 1986 à 1989, il organisa l’AGIRC, le système de retraite
complémentaire pour les cadres.
Les Guillen dans l’histoire —
Citons aussi : Charles Cyprien Guillen, né en 1895 dans
les Hautes-Pyrénées et Elie Albéric Guillen, né en 1897 en Dordogne, en poste dans
l’aéronautique militaire en 1914-1918 ; Emile Guillen (v.1900-1989), président-fondateur
de l’association des anciens éclaireurs et éclaireuses ; Jérome Guillen, maire de
Chambon-sur-Voueize dans la Creuse de 1919 à 1929 ; René Guillen, maire de Rieutort-
de-Randon en Lozère de 1965 à 1971 ; Bruno Guillen, homme de radio et de
communication, speaker de football et animateur ardennais d’un club ; Georges Guillen,
médecin
français
mort
en
1989
;
l’Américain
Michael
Guillen,
professeur
de
mathématiques et de physique à l’université de Harvard et chroniqueur scientifique sur
CBS Morning News en