//img.uscri.be/pth/83b983ed0766027d16eb746cd781a920cb43dc7b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille HAAS

De
2 pages
HAAS

A l’origine — Haas signifie “le lièvre”. Ce patronyme a pu désigner la maison ayant une
enseigne en forme de lièvre, et par extension son propriétaire, ou bien une personne
“peureuse comme un lièvre”. Aujourd’hui, il y a en France plus de 6 600 Haas. Leurs
principaux départements d’implantation sont le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle.
Du côté de chez Swann — Contemporain d’Oscar Wilde et de Georges Brummel,
Charles Haas était comme eux un parfait dandy. Né en 1833 à Paris, ce fils d’un fondé de
pouvoir de la banque Rothschild devint dès le début des années 1860 un gentleman
élégant et raffiné, rassemblant autour de lui les femmes les plus brillantes de la cour
impériale. Lié d’amitié avec le duc de Mouchy, le marquis de Massa et même le prince de
Galles, futur Edouard VII, il fréquentait volontiers les salons mondains de l’époque. On le
voyait aussi très souvent au théâtre. En 1868, il obtint grâce à Mérimée un poste
d’inspecteur des monuments historiques et, deux ans plus tard, il exerça en quelque
sorte la fonction d’ambassadeur auprès de la cour d’Angleterre. Sa fortune lui permit
d’acquérir des objets de valeur, qu’il se procurait dans les grandes ventes publiques. Il
côtoyait d’ailleurs assidûment des peintres, tels que Degas, Jacques-Emile Blanche ou
Carolus Durand, qui exécuta son portrait. Il était aussi l’ami d’écrivains, dont Paul
Bourget, Robert de Monstesquiou et Marcel Proust, à qui il inspira certains traits du
personnage de Swann. Il est même ...
Voir plus Voir moins
H
AAS
A l’origine —
Haas signifie “le lièvre”. Ce patronyme a pu désigner la maison ayant une
enseigne en forme de lièvre, et par extension son propriétaire, ou bien une personne
“peureuse comme un lièvre”. Aujourd’hui, il y a en France plus de 6 600 Haas. Leurs
principaux départements d’implantation sont le Bas-Rhin, le Haut-Rhin et la Moselle.
Du côté de chez Swann —
Contemporain d’Oscar Wilde et de Georges Brummel,
Charles Haas était comme eux un parfait dandy. Né en 1833 à Paris, ce fils d’un fondé de
pouvoir de la banque Rothschild devint dès le début des années 1860 un gentleman
élégant et raffiné, rassemblant autour de lui les femmes les plus brillantes de la cour
impériale. Lié d’amitié avec le duc de Mouchy, le marquis de Massa et même le prince de
Galles, futur Edouard VII, il fréquentait volontiers les salons mondains de l’époque. On le
voyait aussi très souvent au théâtre. En 1868, il obtint grâce à Mérimée un poste
d’inspecteur des monuments historiques et, deux ans plus tard, il exerça en quelque
sorte la fonction d’ambassadeur auprès de la cour d’Angleterre. Sa fortune lui permit
d’acquérir des objets de valeur, qu’il se procurait dans les grandes ventes publiques. Il
côtoyait d’ailleurs assidûment des peintres, tels que Degas, Jacques-Emile Blanche ou
Carolus Durand, qui exécuta son portrait. Il était aussi l’ami d’écrivains, dont Paul
Bourget, Robert de Monstesquiou et Marcel Proust, à qui il inspira certains traits du
personnage de Swann. Il est même explicitement nommé dans Le côté de Guermantes.
Lui-même écrivain, Charles Haas collabora régulièrement à la Vie parisienne et rédigea un
drame en cinq actes, Bianca Capello. Il entretint une union tumultueuse avec la marquise
d’Audiffret, dont naquit une fille, Luisita Haas, en 1881. Il mourut à Paris en 1902.
Le bateau ivre —
Né à Saint-Cloud en 1912, Michel Haas s’orienta vers la psychiatrie
après des études de médecine. En 1939, il soutint une thèse sur Les psychoses
puerpérales (signes, pronostic et traitement), puis s’engagea dans la Résistance, après la
défaite de 1940. A la fin de la guerre, il s’orienta vers la gastro-entérologie et devint chef
de ce service à l’hôpital de Saint-Cloud. Il se distingua par sa préoccupation du sort des
alcooliques, à qui il faisait mener des cures de désintoxication supervisées par d’anciens
buveurs, jugés plus compétents pour leur venir en aider. La méthode particulière qu’il mit
au point est expliquée en détail dans son ouvrage au titre non dénué d’humour, Médecin
du bateau ivre, publié en 1976 et réédité en 1979 sous un titre plus lapidaire, Comment
je soigne les alcooliques. Très engagé dans ce combat contre ce qu’il estimait être un
véritable fléau social, il devint président du comité départemental de défense contre
l’alcoolisme des Hauts-de-Seine, administrateur du Comité national, vice-président de la
Société française d’alcoologie, puis expert auprès du haut comité d’étude et d’information
sur l’alcoolisme, qui dépend du Premier ministre.
Un compositeur renommé —
Joseph Haas, né à Maihingen en Allemagne en 1879, est
incontestablement l’un des grands maîtres de la musique allemande contemporaine.
Professeur à l’Akademie der Tonkunst de Münich, il composa de nombreuses pièces de
musique de chambre, deux opéras, des oratorios et plus de deux cents lieders.
Les Haas en 1914-1918 —
De nombreux porteurs du nom se sont fait remarquer par
leur courage pendant la Première Guerre mondiale. On se souvient par exemple de
Marie-Alphonse Haas, capitaine au 129ème d’infanterie, cité à l’ordre de l’armée
française, et “tombé glorieusement au front, le 7 septembre 1914, face à l’ennemi qui n’a
pu gagner un pouce de terrain”.
Les Haas dans l’histoire —
D’autres Haas se sont illustrés au cours des siècles. Citons
parmi eux : le maire de Belfort François-Joseph Haas, né et mort à Belfort (1778-1839),
élu député du Haut-Rhin en 1827 ; l’administrateur de la banque de Paris et des Pays-Bas
Raymond Haas-Picard (1906-1971) ; l’administrateur Pierre Haas, né en 1920 à Paris,
consultant de Finagrain et conseiller du président de Pargesa, à Genève ; l’ingénieur
Roland Haas, né en 1922 à