//img.uscri.be/pth/5aa6ddd0411d437fb2886cebf29bafe829f9622d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille Hahn

De
2 pages
H H A H N A H N
A l’origine — Hahn en Alsace et Lorraine signifie coq. Comme patronyme, le mot a
désigné une personne vaniteuse ou fanfaronne comme un coq de basse-cour !. Les Hahn
sont plus de 2 200 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Moselle, Paris et le Haut-Rhin.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre — De nombreux Hahn ont défendu la
France au cours de la Première Guerre mondiale, bien souvent au prix de leur vie. Parmi
eux, évoquons, à titre d’exemple, le souvenir du lieutenant au 98ème d’infanterie Paul
Hahn, décoré et cité à l’ordre de l’armée en ces termes : “ Blessé au début de la
campagne, à rejoint sa compagnie à peine guéri. Blessé une deuxième fois à la cuisse
gauche, a conservé quand même le commandement de son unité, qu’il a conduite à
l’assaut pendant lequel il a été blessé une troisième fois à la main. N’a consenti à se faire
soigner qu’à la suite d’un très grand affaiblissement causé par une hémorragie. Vient de
rentrer sur le front sans que sa blessure à la main soit cicatrisée ”.
Dans les arts… — Pas moins de vingt Hahn se sont illustrés dans les arts,
principalement en Allemagne et au Danemark. Né vers 1570 à Neuss et mort en 1628 à
Konitz, le peintre de compositions religieuses Hermann Hahn étudia en Flandre avant de
s’installer en 1600 à Dantzig où on lui céda le droit de bourgeoisie en 1614. Peintre à la
cour du roi Sigismond III de Pologne, il y exécuta un Couronnement de Marie par la
Sainte Trinité ...
Voir plus Voir moins
H
AHN
AHN
A l’origine —
Hahn en Alsace et Lorraine signifie coq. Comme patronyme, le mot a
désigné une personne vaniteuse ou fanfaronne comme un coq de basse-cour !. Les Hahn
sont plus de 2 200 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements
d’implantation sont la Moselle, Paris et le Haut-Rhin.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre —
De nombreux Hahn ont défendu la
France au cours de la Première Guerre mondiale, bien souvent au prix de leur vie. Parmi
eux, évoquons, à titre d’exemple, le souvenir du lieutenant au 98ème d’infanterie Paul
Hahn, décoré et cité à l’ordre de l’armée en ces termes : “ Blessé au début de la
campagne, à rejoint sa compagnie à peine guéri. Blessé une deuxième fois à la cuisse
gauche, a conservé quand même le commandement de son unité, qu’il a conduite à
l’assaut pendant lequel il a été blessé une troisième fois à la main. N’a consenti à se faire
soigner qu’à la suite d’un très grand affaiblissement causé par une hémorragie. Vient de
rentrer sur le front sans que sa blessure à la main soit cicatrisée ”.
Dans
les
arts…
Pas moins de vingt Hahn se sont illustrés dans les arts,
principalement en Allemagne et au Danemark. Né vers 1570 à Neuss et mort en 1628 à
Konitz, le peintre de compositions religieuses Hermann Hahn étudia en Flandre avant de
s’installer en 1600 à Dantzig où on lui céda le droit de bourgeoisie en 1614. Peintre à la
cour du roi Sigismond III de Pologne, il y exécuta un Couronnement de Marie par la
Sainte Trinité (1623) et Le Christ au mont des Oliviers (1616). Né en 1714 à Schweinfurt,
le sculpteur sur ivoire Johann Michael Hahn était l’élève de J. M. Teuber à Ratisbonne.
Les frères Adam et Conrad Hahn, tous deux sculpteurs sur ivoire, travaillaient à
Copenhague au XVIIIème siècle. Le sculpteur Conrad Hahn réalisa le modèle de la plus
vieille cathédrale du monastère Alexandre Newsky. Le graveur allemand N. Hahn réalisa
en 1762 La Vierge, l’enfant et saint Joseph. Le peintre d’histoire et de portraits August
Johann Hahn, né en 1777 et mort à Dresde en 1816, enseigna le dessin à Dresde. Son
œuvre consiste en des portraits et des tableaux représentant des scènes bibliques comme
Le Christ bénissant les enfants ou Le Christ se rendant à Jérusalem avec Marie et Joseph.
Né en 1805 à Nuremberg, le peintre, graveur et lithographe Friedrich Jacob Hahn
exécutait des portraits. Le peintre d’architectures allemand Gustav Adolf Hahn (1811-
1872) enseignait le dessin ornemental à Dresde. Le peintre d’histoire et de genre Karl
Wilhelm Hahn (1829-1887) était élève à l’académie de Dresde et exposa dans cette ville
en 1869 et 1870. Le peintre danois Frants Julius Hahn (1834-1896) se forma aux arts à
l’académie de Copenhague qui le gratifia de plusieurs prix. Le paysagiste Joseph Hahn
(1839-1906) étudia à l’Académie de Munich et, à partir de 1877, exposa à Vienne, à
Munich et à Dresde. Le peintre de genre et de portraits Georg Hahn (1841-1889) exposa
à Munich et à Dresde en 1889 et 1890. Le sculpteur de bustes et de monuments
Hermann Hahn (1868-1942) étudia à l’Ecole des arts et métiers et à celle des beaux-arts
de Munich, entre 1887 et 1892. Il enseigna à l’Académie des beaux-arts de Munich. Le
dessinateur Albert Hahn, né en 1877 à Groningue et mort en 1918, étudia à l’Académie
des beaux-arts de Minerva dans sa ville natale ainsi qu’à l’Ecole des arts et métiers
d’Amsterdam. Il travailla dans la capitale hollandaise pour des partis politiques et pour
des journaux comme Le Peuple. Né en 1883 à Naumbourg, le peintre de portraits et de
paysages Robert Hahn figura dès 1913 aux expositions de Dresde et de Berlin. Enfin,
l’artiste peintre et sculpteur sur bois Henriette Hahn-Brinckmann, née en 1862 à
Copenhague, dut copier pour une église de village de Seeland le tableau du Christ de
Cima da Conegliano. Le Conservatoire des arts et métiers de Hambourg possède
quelques-unes de ses œuvres. Le peintre danois Frants Hahn (1834-1896) exposa à
Copenhague de 1865 à 1871 des scènes de genre et des animaux, et obtint plusieurs
prix ; etc.