//img.uscri.be/pth/956e2cbe12b7e2bc550d7ac470de685e3131d5eb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille HALLER

De
1 page
HALLER

A l’origine — Ce nom de famille typiquement alsacien désignait autrefois une personne
originaire des villes de Halle (Allemagne-Saxe) ou de Hall (Allemagne-Wurtemberg). Les
Haller sont aujourd’hui environ 2 400 en France. Ils sont encore presque exclusivement
implantés en Alsace-Lorraine.
Le découvreur de l’alcoolyse — Albin Haller est né à Fellering dans le Haut-Rhin, en
1849. En 1863, alors qu’il était apprenti chez son père menuisier-ébéniste, il fut remarqué
par le pharmacien de la ville qui lui fit réaliser un stage dans son officine. Devenu
pharmacien, il fut contraint de quitter l’Alsace pour la France, en raison de la guerre de
1870, et entra, comme aide-préparateur puis comme professeur de chimie analytique, à
l’Ecole supérieure de pharmacie de Nancy. Il en sortit agrégé pharmacien et docteur ès
sciences en 1879. Nommé professeur de chimie organique à la faculté de Nancy en 1885,
il créa dans cette ville un institut chimique en 1890 et un institut de chimie physique et
d’électrochimie en 1897. Il fut nommé à la Sorbonne en 1899 puis devint directeur de
l’Ecole de physique et de chimie industrielle de la ville de Paris en 1905. Membre de
nombreuses académies, il présida au Comité des poudres en 1914. Il s’intéressait
effectivement de près au problème du camphre : déjà en 1879, sa thèse consistait en
une Contribution à l’étude du camphre et d’un certain nombre de ses dérivés. De plus,
Albin Haller, à qui l’on doit la découverte de l’alcoolyse, reste une ...
Voir plus Voir moins