//img.uscri.be/pth/f2efd631e4afe1c53cf9b39162733df09d1142a4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille JUILLET

De
2 pages
JUILLET

A l’origine — Juillet indique le mois de naissance de l’ancêtre initial, ou éventuellement
le mois où il fut trouvé en cas d’abandon. Il peut aussi correspondre à un diminutif de
Julien. Les porteurs du nom Juillet sont près de 3 200 aujourd’hui en France. Leurs trois
premiers départements d’implantation sont la Saône-et-Loire, Paris et la Creuse.
La carrière d’un mutilé de guerre — Armand Juillet (1888-1964), né à Lavaveix
(Creuse), entra à l’Ecole militaire de Saint-Maixent. Sous-lieutenant en 1914, il fut
grièvement blessé à Sarrebourg, fait prisonnier par les Allemands, amputé de la jambe
droite, et rapatrié en juillet 1917. Il commença alors une belle carrière dans la haute
administration. Il fut admis au cabinet de Clémenceau, puis devint chef de cabinet du
préfet du Cantal en 1918. Il fut ensuite plusieurs fois sous-préfet jusqu’en 1928, où il
devint chef de cabinet du président du Conseil André T ardieu. Il fut ensuite préfet de
Haute-Savoie de 1930 à 1934.
Eminence grise — Pierre Juillet (1921-1999), né à Puy-Judeau (Creuse), fut un résistant
et un gaulliste de la première heure. Avocat à Paris, il fut responsable pour le Limousin
du RPF de 1947 à 1952, chef de Cabinet d’André Malraux en 1958, puis conseiller
technique de Georges Pompidou de 1962 à 1968. Homme d’influence, il devint chargé de
mission du président Georges Pompidou de 1969 à 1974, avec Marie-France Garaud, et
intervint dans l’éviction du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas en 1972. En ...
Voir plus Voir moins