//img.uscri.be/pth/b3aa4838d051347322e1315e4c65a3f266743926
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LAFAURIE

De
2 pages
LAFAURIE

A l’origine — Lafaurie évoque la localisation d’origine de la famille : une maison située
près d’une forge, ou dans un lieu de ce nom, par exemple le hameau de Lafaurie, sur la
commune de Sillac en Ardèche. Les porteurs du nom de famille Lafaurie sont près de
1 400 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont les
Landes, la Dordogne et la Gironde.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre — De nombreux Lafaurie ont combattu
durant la Première Guerre mondiale, risquant courageusement leur vie sur le front. Parmi
eux, mentionnons, à titre d’exemple, le capitaine au 331ème d’infanterie Charles Lafaurie,
cité à l’ordre de l’armée : “ Envoyé pendant l’attaque de nuit du 28 octobre, prendre le
commandement des compagnies privées de liaison à la suite d’un premier engagement,
les a réunies et poussées sur les lignes ennemies avec un élan tel qu’une tranchée
allemande a été dépassée ”. Evoquons aussi le capitaine au 41ème d’infanterie Raoul
Lafaurie, cité en ces termes : “ Le 16 juin 1915, a brillamment entraîné sa compagnie à
l’assaut des tranchées allemandes, a enlevé la première ligne en chassant ses
défenseurs ; a fait attaquer la 2ème ligne sans désemparer, et n’a cessé la lutte, après
plusieurs combats, qu’avec les derniers soldats qui l’entouraient dans la tranchée
conquise ”.
Des artistes de la pierre — Quelques Lafaurie se sont illustrés dans les arts. Né à
Toulouse en 1876, le sculpteur Marceau Lafaurie figura aux Artistes ...
Voir plus Voir moins
L
AFAURIE
A l’origine —
Lafaurie évoque la localisation d’origine de la famille : une maison située
près d’une forge, ou dans un lieu de ce nom, par exemple le hameau de Lafaurie, sur la
commune de Sillac en Ardèche. Les porteurs du nom de famille Lafaurie sont près de
1 400 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont les
Landes, la Dordogne et la Gironde.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre —
De nombreux Lafaurie ont combattu
durant la Première Guerre mondiale, risquant courageusement leur vie sur le front. Parmi
eux, mentionnons, à titre d’exemple, le capitaine au 331ème d’infanterie Charles Lafaurie,
cité à l’ordre de l’armée : “ Envoyé pendant l’attaque de nuit du 28 octobre, prendre le
commandement des compagnies privées de liaison à la suite d’un premier engagement,
les a réunies et poussées sur les lignes ennemies avec un élan tel qu’une tranchée
allemande a été dépassée ”. Evoquons aussi le capitaine au 41ème d’infanterie Raoul
Lafaurie, cité en ces termes : “ Le 16 juin 1915, a brillamment entraîné sa compagnie à
l’assaut des tranchées allemandes, a enlevé la première ligne en chassant ses
défenseurs ; a fait attaquer la 2ème ligne sans désemparer, et n’a cessé la lutte, après
plusieurs combats, qu’avec les derniers soldats qui l’entouraient dans la tranchée
conquise ”.
Des artistes de la pierre —
Quelques Lafaurie se sont illustrés dans les arts. Né à
Toulouse en 1876, le sculpteur Marceau Lafaurie figura aux Artistes français. Membre de
la société du Salon de la nationale des beaux-arts, Marie-Anne Lafaurie, également
sculpteur, figura aux expositions de ce groupement avec des bustes.
Contre le jeu, pour l’alphabétisation —
Originaire de Bordeaux, Laurent Lafaurie
(1757-1841) s’engagea dans les armées, bien qu’issu d’une famille de parlementaires. Il
enchaîna les fonctions de sous-lieutenant au régiment Dauphin-Cavalerie (1772), de
capitaine au régiment Royal-Piémont-Cavalerie (1777), de mestre de camp en second
dans Auvergne-Infanterie (1784) et de colonel de ce même régiment, quatre ans plus
tard. Arrêté sous la Terreur en 1794, il épousa à sa sortie de prison la fille d’un ancien
président du parlement de Bordeaux guillotiné un an plus tôt. Conseiller général de la
Gironde (1800-1807), il participa aux campagnes de la Révolution et de l’Empire avant
d’être nommé maire de sa ville natale en 1805. Il y fit clore les maisons de jeu et fonder
six écoles gratuites dirigées par les frères des écoles chrétiennes. Candidat au Sénat en
1807, il reçut le titre de chevalier de l’Empire en 1808 et de comte en 1809. Gouverneur
du palais impérial de Bordeaux dès 1808, il devint colonel d’infanterie en 1811, officier de
la Légion d’honneur en 1813. Installé à la chambre des Pairs durant la seconde
Restauration, il y vota la mort du maréchal Ney. Signalons qu’il était président du conseil
général de la Gironde de 1818 à 1827.
Silence, on tourne ! —
Quelques Lafaurie se sont illustrés dans le septième art. Le
scénariste Charles Lafaurie a écrit la nouvelle qui a inspiré le film Le Collier de chanvre
(1940). Le comédien Igor Lafaurie a incarné un frère dans La Jeune Fille assassinée
(1974) et François dans Confidence pour confidence (1979). Le scénariste André-Jacques
Lafaurie a travaillé sur la série télévisée Salut champion (1981). L’acteur Pierre Lafaurie a
tourné dans Rends-moi la clé ! (1981). Le comédien Alexandre Lafaurie a tenu le rôle
d’un médecin dans Mercredi, folle journée ! (2001) et celui de Maugendre dans Mon petit
doigt m’a dit… (2005).
Les Lafaurie dans l’histoire —
Citons aussi : Rémy Lafaurie, qui a publié un ouvrage
sur l’Enregistrement et la reproduction des sons musicaux ; André-Jean Lafaurie, qui a
fait paraître Golf, instants de légende (2006) ; les hommes politiques landais Jean-Claude
et Jean-Robert Lafaurie, respectivement adjoint de Lugos et conseiller municipal du
Haillan ; Serge Lafaurie, élu maire de Cuverville en Seine-Maritime en 2001 ; etc.