//img.uscri.be/pth/1ad642e84cf7c62f2ed515cf1b23ef0974af98f1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LAIR

De
2 pages
LAIR

A l’origine — Voici un patronyme qui évoque le lieu d’origine de la famille : l’Air dans le
Calvados, sur la commune d’Aignerville, ou bien encore un autre hameau du même nom
sur la commune de Vernantes-Jallais, dans le Maine-et-Loire. Les porteurs du nom sont
actuellement près de 5 800 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont la Manche, la Seine-Maritime et la Sarthe.
Des médaillés de Sainte-Hélène — Pour récompenser les soldats qui avaient participé
aux campagnes du Premier Empire, Napoléon III créa en 1857 la médaille de Sainte-
Hélène. Louis Cyprien Lair et Louis Adrien Lair ont obtenu cette décoration. Le premier,
né en 1793, devint soldat dans les bataillons de Napoléon I. Mais il fut rapidement
exempté de service, et obtint un congé absolu, car, ayant un frère dans l’armée, il était
l’unique et l’indispensable soutien de parents âgés. Il mourut en 1859. Le second, Louis
Adrien Lair, était né en 1790. Conscrit dès 1808, il avait été nommé caporal en 1809. Il
décéda à l’âge de soixante-huit ans.
Le patrimoine de Bayeux — L’architecte Louis-Jacques Lair de Beauvais (1790-1851),
né à Evrecy, consacra l’essentiel de sa carrière à concevoir des bâtiments et des
monuments pour la ville de Bayeux. Elle lui doit un hôpital, la halle aux grains, la
bibliothèque et la galerie de Mathilde dans l’ancien hôtel de ville, la chapelle gréco-
romaine de l’Hôtel-Dieu ainsi qu’un plan détaillé des infrastructures routières de la cité !
Un polytechnicien ...
Voir plus Voir moins
L
AIR
A l’origine —
Voici un patronyme qui évoque le lieu d’origine de la famille : l’Air dans le
Calvados, sur la commune d’Aignerville, ou bien encore un autre hameau du même nom
sur la commune de Vernantes-Jallais, dans le Maine-et-Loire. Les porteurs du nom sont
actuellement près de 5 800 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont la Manche, la Seine-Maritime et la Sarthe.
Des médaillés de Sainte-Hélène —
Pour récompenser les soldats qui avaient participé
aux campagnes du Premier Empire, Napoléon III créa en 1857 la médaille de Sainte-
Hélène. Louis Cyprien Lair et Louis Adrien Lair ont obtenu cette décoration. Le premier,
né en 1793, devint soldat dans les bataillons de Napoléon I. Mais il fut rapidement
exempté de service, et obtint un congé absolu, car, ayant un frère dans l’armée, il était
l’unique et l’indispensable soutien de parents âgés. Il mourut en 1859. Le second, Louis
Adrien Lair, était né en 1790. Conscrit dès 1808, il avait été nommé caporal en 1809. Il
décéda à l’âge de soixante-huit ans.
Le patrimoine de Bayeux —
L’architecte Louis-Jacques Lair de Beauvais (1790-1851),
né à Evrecy, consacra l’essentiel de sa carrière à concevoir des bâtiments et des
monuments pour la ville de Bayeux. Elle lui doit un hôpital, la halle aux grains, la
bibliothèque et la galerie de Mathilde dans l’ancien hôtel de ville, la chapelle gréco-
romaine de l’Hôtel-Dieu ainsi qu’un plan détaillé des infrastructures routières de la cité !
Un polytechnicien déguisé en ouvrier —
Édouard-Charles-Ferdinand Lair, né à
Gorron en 1837, fut reçu à l’école polytechnique. Lors de la guerre de 1870, il eut à
commander près de 1 500 hommes et se fit remarquer en traversant les lignes
prussiennes déguisé en ouvrier, afin d’aller offrir ses services au gouvernement de la
défense nationale à Bordeaux. Après la guerre, il fut nommé successivement major, puis
sous-directeur dans une poudrerie et enfin lieutenant-colonel à Vannes.
Des archives à la psychologie des abeilles —
Jules Lair naquit au début du XIXème
siècle. Ses très nombreuses études historiques sur la Normandie et l’Ile-de-France
reçurent toujours d’élogieuses critiques. Avocat et archiviste, il était membre de
l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Parmi ses publications, on peut citer une
Histoire de la Seigneurie de Bures, en 1876, ou encore une Etude sur la vie et la mort de
Guillaume Longue-Epée, duc de Normandie, en 1893. Jules Lair est inhumé dans le
cimetière de Bures dans l’Essonne, mais sa maison, une construction typique en meulière,
est encore visible. Elle fut rachetée en 1946 par l’Institut national de la recherche
agronomique, qui y a installé un laboratoire apicole et y poursuit des recherches sur le
comportement et la psychologie sensorielle des abeilles et autres insectes.
Les Lair dans l’histoire
— La famille Lair ou Lair-Lamotte ou Lair de la Motte est bien
connue en Mayenne. Citons: Michel, marchand cirier, eut plusieurs descendants qui
occupèrent des fonctions importantes dans le département. Son fils Claude-Louis était
avocat et échevin à Mayenne. Un de ses parents, Mathurin, était curé de Jublains,
considéré
comme
un
bienfaiteur
de
sa
paroisse.
Il
s’attacha
aux
découvertes
archéologiques locales. François-Auguste était quant à lui curé de Saint-Martin de
Mayenne. Un autre membre de la famille, Jean-Claude, exerça les fonctions d’apothicaire
et cirier, renouant avec la tradition ancestrale. Son fils Jean devint le secrétaire de
Benjamin Franklin. Son oncle, Jacques Barbeu, composa pour lui des Aphorismes
médicaux. Le fermier général René Lair, qui acheta sous la Révolution le prieuré Saint-
Clément de Craon ; le juge au tribunal du district de Laval Louis-Robert Lair. René-
Augustin Lair-Lamotte (1762-1803), député de la Mayenne au conseil des Cinq-Cents
(1799), puis juge au tribunal d’appel d’Angers (1800); l’agronome Pierre-Aimé Lair (1769-
1853), né à Caen, secrétaire de la société d’agriculture et de commerce de sa ville natale,
auteur d’un Essai sur les combustions humaines produites par un long abus des liqueurs
spiritueuses (1800) ; son cousin, l’ingénieur