//img.uscri.be/pth/968674e4638734b58049efaea6632c7a06e2fb6d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LAURENS

De
2 pages
LAURENS

A l’origine — Ce patronyme dérive du nom de baptême Laurent, d’origine latine et
signifiant "couronné de lauriers". La France compte actuellement 6 900 porteurs du nom.
Une famille de peintres originaire de Haute-Garonne — Native de Fourquevaux, la
famille de Jean-Paul Laurens (1838-1921) excelle dans la peinture. Issu des Beaux-Arts
toulousains, il s’est spécialisé dans l’histoire, du Moyen Age notamment. Il réalisa de
grandes œuvres murales pour l’hôtel de ville de Paris, le théâtre de l’Odéon (les
plafonds), le Panthéon, le Capitole de Toulouse, etc. Enseignant à l’académie Julian, il
dirigea l’académie de Toulouse et remplaça Meissonnier à l’Institut. Parmi ses élèves : ses
fils Paul-Albert (1870-1934), coloriste, médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900,
professeur de dessin à l’Ecole polytechnique, et Jean-Pierre (1875-1932), peintre de
genre et de portraits, professeur à l’Ecole des beaux-arts, membre de l’Académie des
beaux-arts.
Un ami de Braque, Fernand Léger et Picasso — Sculpteur fortement marqué dans
ses premières œuvres par l’esthétique cubiste, Henri Laurens (1885-1954) rencontra et se
lia d’amitié avec Braque, Fernand Léger et Picasso dans les années 1910. Il était alors
dans sa période de construction de papiers collés et de pierres polychromées. Puis, après
1921, il s’écarta du cubisme pour revenir à une sculpture plus classique, plus souple, plus
harmonieuse. A son art, il ajouta la gravure et le dessin. Il composa des décors pour ...
Voir plus Voir moins
L
AURENS
A l’origine —
Ce patronyme dérive du nom de baptême Laurent, d’origine latine et
signifiant "couronné de lauriers". La France compte actuellement 6 900 porteurs du nom.
Une famille de peintres originaire de Haute-Garonne —
Native de Fourquevaux, la
famille de Jean-Paul Laurens (1838-1921) excelle dans la peinture. Issu des Beaux-Arts
toulousains, il s’est spécialisé dans l’histoire, du Moyen Age notamment. Il réalisa de
grandes œuvres murales pour l’hôtel de ville de Paris, le théâtre de l’Odéon (les
plafonds), le Panthéon, le Capitole de Toulouse, etc. Enseignant à l’académie Julian, il
dirigea l’académie de Toulouse et remplaça Meissonnier à l’Institut. Parmi ses élèves : ses
fils Paul-Albert (1870-1934), coloriste, médaille d’or à l’Exposition universelle de 1900,
professeur de dessin à l’Ecole polytechnique, et Jean-Pierre (1875-1932), peintre de
genre et de portraits, professeur à l’Ecole des beaux-arts, membre de l’Académie des
beaux-arts.
Un ami de Braque, Fernand Léger et Picasso —
Sculpteur fortement marqué dans
ses premières œuvres par l’esthétique cubiste, Henri Laurens (1885-1954) rencontra et se
lia d’amitié avec Braque, Fernand Léger et Picasso dans les années 1910. Il était alors
dans sa période de construction de papiers collés et de pierres polychromées. Puis, après
1921, il s’écarta du cubisme pour revenir à une sculpture plus classique, plus souple, plus
harmonieuse. A son art, il ajouta la gravure et le dessin. Il composa des décors pour les
ballets russes de Diaghilev, sculpta le tombeau de l’aviateur Tachart, et exécuta des
hauts-reliefs pour le pavillon de Sèvres à l’Exposition internationale de Paris... Son œuvre
est largement conservée au musée d’Art moderne.
L’art en famille, dans le Vaucluse —
Natifs de Carpentras, les frères Laurens
travaillaient l’art en famille. Jean-Joseph (1801-1890) cumulait les disciplines artistiques : il
fut en effet tour à tour peintre de genre, dessinateur, poète, musicien et littérateur. Il
transmit son art à sa fille Rosalba, peintre de fleurs. Elève à l’Ecole des beaux-arts, Jules-
Joseph (1825-1901) bénéficia des conseils de son frère. Multipliant lui aussi les cordes à
son arc, il fut dessinateur, aquarelliste, lithographe, peintre et graveur. Monté à Paris, il
se lia avec les célébrités artistiques du moment. De ses voyages en Orient, il rapporta bon
nombre de croquis et une réputation d’orientaliste. A Jersey, il rencontra Victor Hugo.
Enfin au Salon, il exposa essentiellement des lithographies.
Encore de très nombreux artistes
— Citons rapidement : le peintre lyonnais Jean de
Laurens (XVIème siècle) dont François Ier acheta en 1541 deux œuvres ; le sculpteur
flamand Mechlin of Laurens, mort vers 1721, auteur de statues érigées dans Saint-James
Park ; le peintre de genre et paysagiste Nicolas Laurens (1829-1908) ; l’artiste peintre
Marthe Laurens, décédée en 1955, épouse du sculpteur Henri Laurens, dont les natures
mortes sont d’inspiration cubiste ; etc.
Les Laurens dans l’histoire —
Enfin, parmi d’autres personnages célèbres : le poète
J.B. Laurens (1801-1890) dont les œuvres provençales figurent dans l’Armana Provençau
sous la signature du Félibre adoulenti ; l’ouvrier typographe puis journaliste et imprimeur
Léon Laurens (1876-1921), fondateur des Jeunesses syndicalistes de Cherbourg en 1904,
secrétaire général de la Bourse du Travail en 1906-1913, éditeur de son propre journal Le
Crachin ; le médecin Georges Laurens, né en 1867, spécialiste en oto-laryngologie,
auteur d’une Oto-rhino-laryngologie du médecin praticien en 1912 ; l’Aveyronnais Emile
Laurens (1884-1940), député radical socialiste, sous-secrétaire d’Etat à la présidence du
Conseil sous Chautemps en 1938 ; l’agriculteur Camille Laurens (1906-1979), député du
Cantal, ministre de l’Agriculture de 1951 à 1953 ; le journaliste André Laurens, né en
1934, originaire de Montpellier, directeur du journal Le Monde en 1982 ; etc.