//img.uscri.be/pth/0f804340ad53c1d4a27188c364bad85126d26ca7
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LE ROY

De
2 pages
LE ROY

A l’origine — Le Roy a surnommé un homme se donnant de grands airs ou ayant joué
le rôle d’un roi dans des Mystères médiévaux. En Bretagne, Le Roy pouvait aussi être le
surnom du premier pèlerin qui, dans le groupe des bretons partis à Saint-Jacques de
Compostelle., apercevait la tour de la cathédrale. Les Le Roy sont près de 12 200
aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Finistère,
la Seine-Maritime et la Manche.
Jacquou le Croquant — Eugène le Roy naquit en 1836 en Dordogne dans une famille
de domestiques. Après une courte carrière d’épicier à Paris, il s’engagea dans l’armée en
1854 et participa aux camapgnes algérienne et italienne du second Empire. Ayant
démissionné en 1859, il passa des concours administratifs et devint, en 1870, percepteur
à Périgueux, chrage qu’il quitta momentanément pour un séjour au sein d’une unité de
francs-tireurs durant la guerre franco-prussienne. Anticonformiste et franc-maçon, il
afficha des idées républicaines et anticléricales qui marquèrent son œuvre. Eugène le Roy
se tourna en effetvers la littérature et publia un premier livre en 1891, Le Moulin du Frau.
Après avoir récidivié en 1896 avec Mademoiselle de la Ralphie, Egène Le Roy publia,
l’année suivante, ce qui reste son livre le plus célèbre, Jacquou le Croquant qui narre les
aventures d’un paysan en lutte, de l’enfance à l’age adulte, contre les injustices et les
abus de pouvoirs, symbolisés par l’odieux marquis de Nansac. Eugène ...
Voir plus Voir moins
L
E ROY
E ROY
A l’origine —
Le Roy a surnommé un homme se donnant de grands airs ou ayant joué
le rôle d’un roi dans des Mystères médiévaux. En Bretagne, Le Roy pouvait aussi être le
surnom du premier pèlerin qui, dans le groupe des bretons partis à Saint-Jacques de
Compostelle., apercevait la tour de la cathédrale. Les Le Roy sont près de 12 200
aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont le Finistère,
la Seine-Maritime et la Manche.
Jacquou le Croquant
— Eugène le Roy naquit en 1836 en Dordogne dans une famille
de domestiques. Après une courte carrière d’épicier à Paris, il s’engagea dans l’armée en
1854 et participa aux camapgnes algérienne et italienne du second Empire. Ayant
démissionné en 1859, il passa des concours administratifs et devint, en 1870, percepteur
à Périgueux, chrage qu’il quitta momentanément pour un séjour au sein d’une unité de
francs-tireurs durant la guerre franco-prussienne. Anticonformiste et franc-maçon, il
afficha des idées républicaines et anticléricales qui marquèrent son œuvre. Eugène le Roy
se tourna en effetvers la littérature et publia un premier livre en 1891, Le Moulin du Frau.
Après avoir récidivié en 1896 avec Mademoiselle de la Ralphie, Egène Le Roy publia,
l’année suivante, ce qui reste son livre le plus célèbre, Jacquou le Croquant qui narre les
aventures d’un paysan en lutte, de l’enfance à l’age adulte, contre les injustices et les
abus de pouvoirs, symbolisés par l’odieux marquis de Nansac. Eugène Le Roy est
également l’auteur d’ouvrages comme Les gens d’Auberoque (1899), La petite Nicette et
le grand Milou (1900) et L’Année Rustique en Périgord (1902). Après avoir refusé la
Légiond ‘honneur en 1904, il mourut en 1907. Son œuvre connut un regaind’intérêt sans
précédent grâce à l’adaptation réalisée pour la télévision par Stellio Lorenzi en 1969 et
dont la série dramatique bouleversa une génération de téléspectateurs. Jacquou le
Croquant a également été adapté au cinéma en 2006.
Une prestigieuse famille
— Gabriel le Roy Ladurie (1894-1976) mena, durant l’entre-
deux guerres, une carrière de banquier, dirigeant notamment la banque Worms.
Passionné de politique, il fréquenta Paul Reynaud et le colonel de la Rocque avant de se
rapprocher de Jacques Doriot, chef du parti populaire français avec qui il rompit suite aux
accords de Munich. Figure intellectuel des milieux économiques et vichystes de
l’occupation, il apparut comme l’éminence grise de l’équipe des jeunes technocrates
surnommée les « jeunes cyclistes » et formée de François Lehideux, Pierre Pucheu, Paul
Marion et Jacques Benoist-Méchin qui intégrèrent le cabinat de l’Amiral Darlan au mois de
février 1941. Son frère Jacques Le Roy Ladurie (1902-1988) fut tout d’abord exploitant
agricole
et
président
de
l’Union
nationale
des
syndicats
agricoles,
organisation
conservatrice et catholique qui prônait le corporatisme. Rallié au maréchal Pétain, il devint
ministre de l’Agriculture en 1942. Il démissionna de son poste pour protester contre
l’application du STO en 1943. Il se détacha du régime et entra dans la résistance. Traduit
devant la Haute cour pour ses responsabilités gouvernementales, il bénéficia d’un non-
lieu (1945) et devint député du Calvados (1951). Son fils, Emmanuel Le Roy Ladurie, né
en 1929, s’est destiné à une carrière d’enseignant et d’historien.
Il fut successivement attaché de recherche au CNRS, assistant à la Faculté de Lettres de
Montpellier (1960-1963), maître-assistant à l’École des hautes études en sciences sociales,
titulaire de la chaire d’Histoire de la civilisation moderne au Collège de France (1973-
1999), administrateur général de la Bibliothèque nationale (1987-1994) et intégra
l’Académie des sciences morales et politiques de l’Institut de France en 1993. Utilisant
pour ses recherches historiques des données quantitatives comme les statistiques,
Emmanuel Le Roy Ladurie naprofondément enrichi la méthodologie historiographique.
Pionnier de la micro-histoire, il a publié des ouvrages références Montaillou, village
occitan de 1294 à 1324 (1975), qui eut un retentissement international.