//img.uscri.be/pth/f0b736728577f341ce9f454095e48b431887db46
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LECOINTE

De
2 pages
LECOINTE

A l’origine — Lecointe rappelle les manières élégantes et adroites (cointe en ancien
français) de l’ancêtre initial. Les Lecointe sont plus de 4 500 aujourd’hui en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont le Pas-de-Calais, la Somme et l’Oise.
Général et sénateur de l’Eure — Né à Evreux en 1817, le général Alphonse Lecointe a
combattu en Crimée et en Italie. Durant la guerre de 1870, il se distingua par sa
bravoure et parvint à s’évader de Metz. Général à l’armée du Nord, il contraignit la
garnison de Ham à capituler. Il a été gouverneur de Paris et sénateur de l’Eure, de 1882
à 1890.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre — De nombreux Lecointe ont combattu
durant la Première Guerre mondiale, risquant courageusement leur vie sur le front. Parmi
eux, mentionnons, à titre d’exemple, le sergent pilote Sadi Lecointe qui reçut cette
citation à l’ordre de l’armée : “ Services signalés. Comme pilote d’avion soumis le 8
octobre à une violente fusillade en cours d’une reconnaissance, et son observateur ayant
été blessé, est parvenu à amener celui-ci dans nos lignes. Grâce à son sang-froid n’a
cessé, depuis lors, d’exécuter sur l’ennemi de nombreuses et brillantes reconnaissances ”.
N’oublions pas le sous-lieutenant au 315ème d’infanterie N. Lecointe, décoré de la croix
de guerre à titre posthume : “ A donné à ses hommes le plus bel exemple de bravoure et
d’énergie à l’attaque dans les tranchées allemandes le 31 octobre, après la prise ...
Voir plus Voir moins
L
ECOINTE
A l’origine
— Lecointe rappelle les manières élégantes et adroites (cointe en ancien
français) de l’ancêtre initial. Les Lecointe sont plus de 4 500 aujourd’hui en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont le Pas-de-Calais, la Somme et l’Oise.
Général et sénateur de l’Eure —
Né à Evreux en 1817, le général Alphonse Lecointe a
combattu en Crimée et en Italie. Durant la guerre de 1870, il se distingua par sa
bravoure et parvint à s’évader de Metz. Général à l’armée du Nord, il contraignit la
garnison de Ham à capituler. Il a été gouverneur de Paris et sénateur de l’Eure, de 1882
à 1890.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre —
De nombreux Lecointe ont combattu
durant la Première Guerre mondiale, risquant courageusement leur vie sur le front. Parmi
eux, mentionnons, à titre d’exemple, le sergent pilote Sadi Lecointe qui reçut cette
citation à l’ordre de l’armée : “ Services signalés. Comme pilote d’avion soumis le 8
octobre à une violente fusillade en cours d’une reconnaissance, et son observateur ayant
été blessé, est parvenu à amener celui-ci dans nos lignes. Grâce à son sang-froid n’a
cessé, depuis lors, d’exécuter sur l’ennemi de nombreuses et brillantes reconnaissances ”.
N’oublions pas le sous-lieutenant au 315ème d’infanterie N. Lecointe, décoré de la croix
de guerre à titre posthume : “ A donné à ses hommes le plus bel exemple de bravoure et
d’énergie à l’attaque dans les tranchées allemandes le 31 octobre, après la prise d’un
village. S’est fait tuer au cours d’une des attaques tentées par les allemands pour
reprendre le village ”.
Que d’artistes ! —
Quelques porteurs du nom Lecointe se sont illustrés dans les arts.
L’aquarelliste Jean François Joseph Lecointe réalisa une toile sur le Bal à l’Opéra le 22
janvier 1830 pour les indigents, une Vue du parc de l’Abbaye du Pré à Douai ainsi qu’une
Vue de Douai. Né à Paris en 1824, mort à Asnières en 1886, le peintre de paysages
animés Charles-Joseph Lecointe étudia sous la direction de Picot et d’Aligny. En 1849, il
obtint le grand prix de Rome dans la section “ paysage historique ”. Il fut par la suite
récompensé d’une médaille en 1844 et 1855. Son œuvre se compose de paysages
historiques sur la vie de sainte Geneviève, la plupart exposés à l’église Saint-Roch à Paris.
Il a aussi réalisé une Vue de l’île Saint-Louis conservée à l’hôtel de ville de Paris, ainsi que
des toiles d’influence italienne mêlées aux flamboyances d’un Orient imaginaire. Enfin,
Léon Aimé Joachim Lecointe (1826-1913) débuta au Salon en 1850 avec une Décollation
de Saint Jean-Baptiste. Il obtint une mention honorable en 1882 et une médaille de
bronze en 1889 à l’exposition universelle.
Le maire d’Amiens
Né à Amiens, Adolphe-Lucien Lecointe (1867-1940) était
typographe lorsqu’il adhéra à la Fédération du livre qu’il présida quelques années plus
tard. Il collabora à La Picardie républicaine ainsi qu’au Cri du peuple. Elu au conseil
municipal d’Amiens en 1900, il entra au conseil général en 1904 et devint administrateur
des hospices d’Amiens en 1907. Elu député d’Amiens en 1909 dans les rangs du parti
socialiste unifié, il siégea à la commission de l’administration générale et vota pour le droit
syndical des fonctionnaires. A l’Assemblée, il souligna l’urgence des lois scolaire, la
nécessité d’une loi réglementant le repos hebdomadaire et s’opposa à la restriction du
travail et à la hausse du pain. Exclu du Parti socialiste en 1919, il devint en 1920 vice-
président de la commission des hospices d’Amiens. Il fut élu maire d’Amiens en 1925.
D’autres hommes politiques —
D’autres porteurs du nom sont devenus maires de
leurs communes respectives, comme : Jacques Lecointe, maire de Samogneux (Meuse)
de 1956 à 1983 ; Roland Lecointe, maire d’Allery (Somme) de 1975 à 2001 ; Michèle
Lecointe, élu maire du Bocasse (Seine-Maritime) en 2001 ; Jacques Lecointe, élu maire de
Trans-en-Provence (Var) en 2006 ;