//img.uscri.be/pth/c2740946cca664c26e8b5b52ec0aa12d5ed0ade5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LOMBARD

De
2 pages
LOMBARD

A l’origine — Voici un nom attribué à des personnes originaires de Lombardie ou, plus
largement, à des Italiens. Dans certains cas plus rares, il aurait pu désigner un usurier ou
un banquier puisqu’au Moyen Age les Italiens s’occupaient fréquemment du commerce
de l’argent. De nos jours, près de 13 000 personnes portent le nom en France.
Un homme perspicace — Particulièrement remarquable dans le jugement de ses
contemporains, Jean-Louis Lombard (1723-1794) devint docteur en philosophie à dix-huit
ans puis se tourna vers l’enseignement militaire. Il professa l’artillerie à l’école d’Aussonne
à partir de 1759. Parmi ses élèves se trouvait un jeune Corse très doué dont Lombard,
particulièrement impressionné, aurait dit : “Ce jeune homme ira loin”. L’adolescent en
question s’appelait Napoléon Bonaparte… Jean-Louis Lombard publia plusieurs traités
militaires dont Nouveaux principes d’artillerie de Benjamin Robins en 1783 et Instruction
sur la manœuvre et le tir du canon de bataille en 1792.
Un écrivain prolifique et censuré — Clerc de procureur à Paris, Vincent Lombard de
Langres (1765-1830) débuta dans la littérature en écrivant quelques pièces à succès.
Après avoir été nommé juge au tribunal de Haute-Marne en 1797, il abandonna la
magistrature deux ans plus tard pour se consacrer à l’écriture. Il publia un nombre
considérable d’ouvrages. Des pièces de théâtre comme Les prêtres et les rois ou les
Français dans l’Inde (1793), Le banquier ou le négociant de Genève ...
Voir plus Voir moins
L
OMBARD
A l’origine —
Voici un nom attribué à des personnes originaires de Lombardie ou, plus
largement, à des Italiens. Dans certains cas plus rares, il aurait pu désigner un usurier ou
un banquier puisqu’au Moyen Age les Italiens s’occupaient fréquemment du commerce
de l’argent. De nos jours, près de 13 000 personnes portent le nom en France.
Un homme perspicace —
Particulièrement remarquable dans le jugement de ses
contemporains, Jean-Louis Lombard (1723-1794) devint docteur en philosophie à dix-huit
ans puis se tourna vers l’enseignement militaire. Il professa l’artillerie à l’école d’Aussonne
à partir de 1759. Parmi ses élèves se trouvait un jeune Corse très doué dont Lombard,
particulièrement impressionné, aurait dit : “Ce jeune homme ira loin”. L’adolescent en
question s’appelait Napoléon Bonaparte… Jean-Louis Lombard publia plusieurs traités
militaires dont Nouveaux principes d’artillerie de Benjamin Robins en 1783 et Instruction
sur la manœuvre et le tir du canon de bataille en 1792.
Un écrivain prolifique et censuré —
Clerc de procureur à Paris, Vincent Lombard de
Langres (1765-1830) débuta dans la littérature en écrivant quelques pièces à succès.
Après avoir été nommé juge au tribunal de Haute-Marne en 1797, il abandonna la
magistrature deux ans plus tard pour se consacrer à l’écriture. Il publia un nombre
considérable d’ouvrages. Des pièces de théâtre comme Les prêtres et les rois ou les
Français dans l’Inde (1793), Le banquier ou le négociant de Genève (1794) ; des essais
comme Les tombeaux, ouvrage philosophique (1796) et Histoire des sociétés secrètes de
l’armée et des conspirations militaires qui ont eu pour objet la destruction du
gouvernement de Napoléon Bonaparte (1815) ; des recueils de poésie comme Neslie
(1798) ; des contes comme Contes militaires en 1810 ; et des drames comme L’athée ou
l’homme entre le vice et la vertu en 1818. Cette dernière œuvre fut interdite par les
différents gouvernements de l’époque.
En politique —
Plusieurs Lombard s’illustrèrent dans le combat politique. Maurice
Lombard, né à Tarsul en Côte-d’Or en 1922, professeur à la faculté de sciences humaines
de Dijon, devint successivement conseiller municipal de Dijon (1968-1995), conseiller
général de la Côte-d’Or de 1973 à 1994, conseiller régional de Bourgogne de 1977 à
1986, sénateur RPR (1980-1998) avant d’être le nouveau président du district de
l’agglomération dijonnaise en 1982. Georges Lombard, né en 1925, avocat de formation,
fut élu député du Finistère de 1958 à 1962 et de 1967 à 1968, maire de Brest de 1959 à
1973, conseiller général de Brest de 1967 à 1973, sénateur du Finistère de 1971 à 1989,
vice-président du conseil général du Finistère et conseiller régional de Bretagne en 1986.
Quant à Paul Lombard, né en 1927, maire de Martigues à partir de 1969, il fut élu député
communiste en 1988. Enfin, Guy Lombard était conseiller général du Vas et maire de
Ginasservis de 1971 à 2001.
Les Lombard dans l’histoire —
Citons aussi : le peintre et architecte Lambert Lombard
(1506-1565), élève de Titien qui réalisa notamment La Cène et La Résurrection de
Lazare ; le jésuite Nicolas Lombard, né à Mézières en 1590 et mort en 1646, professeur
de rhétorique, grand prédicateur du XVIIème siècle, auteur de La vraie exaltation de la
foi en 1637 et Miracle de la foi chrétienne en 1639 ; le poète Théodore Lombard, né à
Amonay en 1699 et mort en 1770, professeur de rhétorique au collège de Toulouse, prix
d’éloquence de l’Académie française en 1745, membre de l’Académie des sciences de
Toulouse, auteur de La peste de Marseille en 1722 et Les combats de saint Augustin et
qui acheva le Dictionnaire poétique du jésuite P. Vanière ; Charles-Pierre Lombard (1743-
1824), procureur au parlement de Paris, collaborateur de journaux royalistes pendant la
Révolution, emprisonné sous la Terreur qui se consacra ensuite à l’étude des abeilles et
publia un Manuel des propriétaires d’abeilles et un Etat de nos connaissances sur les
abeilles au commencement du XIXème siècle avec l’indication des moyens en grand de