//img.uscri.be/pth/1fa7001c0352ad2828dc2d8b7b0d4a8c7b7c7851
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LOMBARDO

De
2 pages
LOMBARDO

A l’origine — Voici un nom attribué à des personnes originaires de Lombardie ou, plus
largement, à des Italiens. Dans certains cas plus rares, il aurait pu désigner un usurier ou
un banquier puisqu’au Moyen Age, les Italiens s’occupaient fréquemment du commerce
de l’argent. Les porteurs du nom Lombardo sont près de 2 500 aujourd’hui en France.
Leurs trois premiers départements d’implantation sont les Bouches-du-Rhône, le Var et
Paris.
Architectes — Né en 1435 à Carona et mort en 1515 à Venise, Pietro Lombardo était le
fils de Martino Lombardo, architecte de profession. Il sculpta à Venise des tombeaux aux
Frari et à San Zanipolo. Son chef-d’œuvre d’architecte est l’église San Maria dei Miracoli,
remarquable par les incrustations colorées qui soulignent les rythmes de l’architecture et
donnent un éclat précieux aux parois. Il a su y adapter les principes classiques de
l’architecture nouvelle au goût de Venise pour la polychromie à l’orientale. En 1488, il
débuta la Scuola Grande di San Marco et succéda à Rizzo au palais des Doges, entre
1498 et 1511. Il termina, après Coducci, le palais Vendramin-Calergi. Son fils Tullio
Lombardo mourut en 1532 à Venise. Il aida son père à la construction de San Maria dei
Miracoli et à la Scuola di San Marco. Inspiré par la statuaire antique, il composa de
nombreuses figures pour le tombeau de Vendramin et des reliefs pour la Scuola di San
Marco. On lui doit aussi le gisant de Guidarelli, à Ravenne. Son frère Antonio mourut ...
Voir plus Voir moins
L
OMBARDO
A l’origine —
Voici un nom attribué à des personnes originaires de Lombardie ou, plus
largement, à des Italiens. Dans certains cas plus rares, il aurait pu désigner un usurier ou
un banquier puisqu’au Moyen Age, les Italiens s’occupaient fréquemment du commerce
de l’argent. Les porteurs du nom Lombardo sont près de 2 500 aujourd’hui en France.
Leurs trois premiers départements d’implantation sont les Bouches-du-Rhône, le Var et
Paris.
Architectes —
Né en 1435 à Carona et mort en 1515 à Venise, Pietro Lombardo était le
fils de Martino Lombardo, architecte de profession. Il sculpta à Venise des tombeaux aux
Frari et à San Zanipolo. Son chef-d’œuvre d’architecte est l’église San Maria dei Miracoli,
remarquable par les incrustations colorées qui soulignent les rythmes de l’architecture et
donnent un éclat précieux aux parois. Il a su y adapter les principes classiques de
l’architecture nouvelle au goût de Venise pour la polychromie à l’orientale. En 1488, il
débuta la Scuola Grande di San Marco et succéda à Rizzo au palais des Doges, entre
1498 et 1511. Il termina, après Coducci, le palais Vendramin-Calergi. Son fils Tullio
Lombardo mourut en 1532 à Venise. Il aida son père à la construction de San Maria dei
Miracoli et à la Scuola di San Marco. Inspiré par la statuaire antique, il composa de
nombreuses figures pour le tombeau de Vendramin et des reliefs pour la Scuola di San
Marco. On lui doit aussi le gisant de Guidarelli, à Ravenne. Son frère Antonio mourut à
Ferrare en 1516. Son bas-relief en bronze du Santo de Padoue Saint Antoine faisant
proclamer par un enfant l’innocence de sa mère le consacra dans son activité de
sculpteur, en 1505. D’autres Lombardo se sont aussi illustrés dans les arts. Aurelio
Lombardo, né en 1501 à Venise et mort en 1563 à Recanati, sculpteur de formation, il
entra en 1528 dans l’ordre des Franciscains. A partir de 1539, il travailla à Loreto et y
exécuta, pour la Santa Casa de la cathédrale, des statues de marbre de prophètes. Né
vers 1600 à Parme et mort dans cette même ville en 1673, le peintre de fresques Antonio
Lombardo fut l’élève de Giovanni-Maria Conti et composa des fresques dans l’Oratoire de
Santa Croce à Parme. Enfin, Giovanni Lombrado Calamia s’adonna à la peinture
d’architectures et de paysages. Il débuta vers 1880 et exposa à Naples, Rome et Turin
des reproductions des ruines des Catacombes.
Trash metal —
Batteur de heavy metal, Dead Lombardo fait partie du groupe de trash
metal Slayer. Il est connu pour sa rapidité à la double pédale et a participé à deux
albums du saxophoniste John Zorn et à deux albums d’Apocalyptica.
Le plan Lombardo —
Théoricien social né à Liège en 1957, Antonino Lombardo refuse
le fatalisme du chômage et veut contrer l’exclusion sociale. Il est le promoteur d’un plan
de lutte contre le chômage, qui sera baptisé par la presse belge « plan Lombardo pour
l’emploi ».
Mouvement ouvrier —
Vicente Lombardo Toledano, né en 1894 à Teziutlan et mort en
1968 à Mexico, juriste et conseiller de Cardenas, ce catholique gagné aux idées
marxistes-léninistes a joué un rôle crucial dans le mouvement ouvrier sud-américain,
participant entre autres à la création de la Confédération des travailleurs d’Amérique
latine en 1938.
L’Air de rien —
Auteur dramatique, Alberto Lombardo a suivi une formation théâtrale au
conservatoire d’art dramatique de Lyon et aux ateliers Antoine Vitez au théâtre national
de Chaillot. Il est l’auteur de L’Air de rien (1988), Tout en l’air – monologue de femmes
(1991), Dérives sur un terrain vague (1993), Faux départs (1994), Un homme à prendre
(1995), Un parfum de montgolfière (1998), Longtemps nous nous sommes réveillés avec
un mal de crâne (2000) et Femmes sans frontière (2003). La plupart de ses pièces
traitent de la relation amoureuse, de cette difficulté d’aimer et de se réaliser
simultanément.
Liban libre —
Français d’origine italienne et danoise, Salvatore Lombardo, né en 1957.
n’hésita jamais à prendre la plume pour une cause sudiste. Il a publié Lettres à Massoud,
Un rêve plus loin, Un printemps tunisien, Eternelle Algérie, Liban libre,