//img.uscri.be/pth/e30607256d30a7db4a0c6450d3cc9f970e6bbdf5
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille LONG

De
2 pages
LONG

A l’origine— Le patronyme Long désignait tout simplement quelqu’un de grand et de
mince. Aujourd’hui, on dénombre environ 4 450 Long sur le territoire français. Ils sont
principalement implantés dans les Bouches-du-Rhône.
Tout pour la musique — La Nîmoise Marguerite Long (1874-1966) était une pianiste
virtuose. Soliste intelligente et sensible, elle fut l’interprète et l’amie de quelques-uns des
plus grands musiciens de son temps, comme Fauré, Debussy ou Ravel, dont elle joua
certaines œuvres en première audition. Pédagogue réputée, elle enseigna au
Conservatoire de 1906 à 1940 et fonda, avec J. Thibaud, le concours qui porte leur nom
(1943) et qui devint international en 1946.
Les yeux au ciel— Roger Long (1680-1770), originaire du comté de Norfolk, fut élu en
1733 maître du collège de Pembroke dépendant de l’université de Cambridge. Il y
enseigna l’astronomie et la géométrie. Il fut ensuite nommé recteur de Bradwall (Essex).
Le savant avait construit un globe de dix-huit pieds anglais de diamètre, dans l’intérieur
duquel trente personnes pouvaient s’installer. Cette machine mise en mouvement par
une manivelle était l’une des plus fameuses du siècle des Lumières. Long a laissé
plusieurs ouvrages dont un traité d’astronomie.
Pris par les glaces — Natif de New York, l’explorateur Georges Washington Long (1844-
1881), dirigea, à bord de la Jeannette, l’expédition au pôle Nord organisée par le New
York Herald (1879), pénétra dans l’océan Arctique par le détroit de ...
Voir plus Voir moins
L
ONG
A l’origine—
Le patronyme Long désignait tout simplement quelqu’un de grand et de
mince. Aujourd’hui, on dénombre environ 4 450 Long sur le territoire français. Ils sont
principalement implantés dans les Bouches-du-Rhône.
Tout pour la musique
— La Nîmoise Marguerite Long (1874-1966) était une pianiste
virtuose. Soliste intelligente et sensible, elle fut l’interprète et l’amie de quelques-uns des
plus grands musiciens de son temps, comme Fauré, Debussy ou Ravel, dont elle joua
certaines
œuvres
en
première
audition.
Pédagogue
réputée,
elle
enseigna
au
Conservatoire de 1906 à 1940 et fonda, avec J. Thibaud, le concours qui porte leur nom
(1943) et qui devint international en 1946.
Les yeux au ciel—
Roger Long (1680-1770), originaire du comté de Norfolk, fut élu en
1733 maître du collège de Pembroke dépendant de l’université de Cambridge. Il y
enseigna l’astronomie et la géométrie. Il fut ensuite nommé recteur de Bradwall (Essex).
Le savant avait construit un globe de dix-huit pieds anglais de diamètre, dans l’intérieur
duquel trente personnes pouvaient s’installer. Cette machine mise en mouvement par
une manivelle était l’une des plus fameuses du siècle des Lumières. Long a laissé
plusieurs ouvrages dont un traité d’astronomie.
Pris par les glaces
— Natif de New York, l’explorateur Georges Washington Long (1844-
1881), dirigea, à bord de la Jeannette, l’expédition au pôle Nord organisée par le New
York Herald (1879), pénétra dans l’océan Arctique par le détroit de Béring et découvrit
l’île Herald. Encerclé par les glaces, il parvint à gagner la côte de Sibérie mais y mourut
d’épuisement.
L’art nature—
Le sculpteur britannique Richard Long, né à Bristol en 1945, est rattaché
au Land Art qu’il considère comme une démarche populaire et accessible suscitant un
sentiment de nostalgie poétique ou une aspiration de l’homme contemporain à la solitude
dans la nature.
Un historien du Dauphiné
— Né à Die en 1776, Jean-Denis Long se destinait à la
carrière médicale lorsque la Révolution éclata. Il entra dans l’armée et fit campagne en
Italie. Il fut reçu docteur en 1808, mais sa passion était autre. Avec une patience
immense, il s’occupa à recueillir et à décrire les inscriptions, les médailles, les poteries et
autres vestiges de l’antiquité de sa ville natale. Après quarante ans de dur labeur, il livra
quatre mémoires au public sous le titre : Recherches sur les antiquités romaines du pays
des Vocontiens. Son travail fut récompensé par une médaille d’or décernée par l’Institut.
Encouragé par ce succès, il continua ses recherches historiques et, en 1856, fit publier
une somme : La Réforme et les Guerres de religion en Dauphiné.
Les Long dans l’histoire—
Citons encore : le controversiste anglais Thomas Long
(1621-1700), lauréat de l’université d’Oxford, fin connaisseur de l’antiquité, auteur de
nombreux ouvrages ; l’érudit hollandais Isaac Le Long ; l’historien anglais Edouard Long
(1734-1813) ; Jean Long (v. 1768-1791), voyageur anglais, qui tout en faisant le
commerce de la fourrure, étudia la langue et les mœurs des indiens du Canada ; le
général anglais R. Ballard Long (1771-1825) ; l’érudit anglais Georges Long, né en 1800 ;
Suzanne-Zelia Long, née Pelon (1807-1890), originaire des Cévennes, dont les textes
littéraires, traductions, romans, nouvelles, eurent une certaine vogue dans les milieux
protestants de 1845 à 1880 ; le peintre britannique Edwin Long (1829-1891) ; le peintre
Australien Sydney Long, décédé en 1955 ; Pauline Long, née en 1875, d’une famille
originaire de La Tour dans les vallées vaudoises du Piémont, naturalisée Suisse en 1938,
docteur ès lettres, privat-docent à l’université de Genève, musicographe connue par ses
travaux sur Grétry ; le préfet Raymond Long, né à Marseille en 1920, chargé de mission
auprès de Jacques Chirac, vice-président du conseil régional d’Ile-de-France ; Marceau
Long, né à Aix-en-Provence en 1926, membre du Conseil d’Etat, ancien Pdg de l’ORTF et