//img.uscri.be/pth/bf581fa9b42aab71c2fd9c16712674ef3b6aaf3c
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille MONIER

De
2 pages
MONIER

A l’origine — Le patronyme Monier évoque des noms de métier : le mot désignait en
ancien français un monnayeur ou un changeur, mais il pouvait être aussi une variante du
mot meunier. De nos jours, on dénombre environ 10 000 Monier en France,
principalement installés dans le Nord, le Puy-de-Dôme et la Drôme.
Des peintres illustres — Une famille Monier (ou Mosnier) s’illustra dans la peinture au
XVIIème siècle. Le plus connu, originaire de Blois, Jean Monier (1600-1650), était le
descendant d’une famille de peintres verriers. Formé à la peinture par son père,
également prénommé Jean, il travailla pour la reine Marie de Médicis. Séduite par une
copie de la Vierge du coussin vert d’Andrea Solari exécutée pour Marie de Médicis, la
reine donna au jeune artiste une pension pour se perfectionner en Italie, où il séjourna
huit ans et put côtoyer Poussin. A son retour en 1625, il peignit treize tableaux décoratifs
dans le palais du Luxembourg, quelques verrières pour des églises de Paris et de
nombreux tableaux pour des villes de Touraine, les châteaux de Cheverny et de Valençay
et églises de villes ligériennes comme Blois, Tours, Saumur et Chinon. Son fils Pierre
Monier (1639-1703), élève et collaborateur de Sébastien Bourdon, lauréat du concours
des douze peintres, suivit en Italie Errard nommé directeur de l’Académie de France à
Rome, exerça également la peinture, mais surtout l’enseigna. De retour en France, il fut
nommé peintre du roi, membre de l’Académie (1674), ...
Voir plus Voir moins