//img.uscri.be/pth/6fa2cbc6ed63c20552612c6a589504e48b6ade6a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille MONIN

De
2 pages
MONIN

A l’origine — Le patronyme Monin correspond au dérivé d’un nom de baptême terminé
par la syllabe “mon”, comme par exemple Simon. On compte actuellement plus de 6 000
Monin en France. Leurs trois départements de plus forte implantation sont la Saône-et-
Loire, Paris et le Rhône.
D’une guerre à l’autre — Né à Bobigny en 1908, Pierre Monin s’engagea comme
volontaire dans les brigades ...
Voir plus Voir moins
M
ONIN
A l’origine —
Le patronyme Monin correspond au dérivé d’un nom de baptême terminé
par la syllabe “mon”, comme par exemple Simon. On compte actuellement plus de 6 000
Monin en France. Leurs trois départements de plus forte implantation sont la Saône-et-
Loire, Paris et le Rhône.
D’une guerre à l’autre —
Né à Bobigny en 1908, Pierre Monin s’engagea comme
volontaire dans les brigades internationales, en lutte contre l’armée du général Franco,
aux côtés des républicains espagnols de décembre 1936 à août 1937. Il y servit comme
sergent au service sanitaire de la 13ème brigade internationale. Son retour à la vie civile
fut de courte durée puisqu’il fut mobilisé en 1939 et fait prisonnier par les Allemands en
1940.
Les Monin de Lyon —
Plusieurs Monin ont joué un rôle dans le mouvement social
lyonnais. Jean-Baptiste Monin, né à Lyon en 1799, ouvrier chapelier membre du syndicat
L’Auxiliaire, participa à une grève pour les salaires en 1842 et fut condamné à quinze
jours de prison. Jean Monin, tisseur lyonnais et meneur dans l’insurrection de 1848, était
membre de la commission administrative de l’Association des tisseurs. Né en 1767, Joseph
Monin, crocheteur à Lyon, prit part aux combats contre le soulèvement fédéraliste de
Lyon en 1793.
Un ministère éclair —
Philippe Monin (1906-1971) fut un éphémère secrétaire d’Etat au
Commerce de novembre 1954 à… février 1955 ! Directeur de L’Echo paysan de la France
et député inscrit au Centre national des indépendants et paysans, il dut sa disgrâce à son
impopularité auprès des classes rurales.
Des Monin sous le couperet... —
Trois Monin furent guillotinés pendant la Révolution.
Le commis-toilier Antoine Monin, né en 1766 à Séciné dans l’Isère, et Tobie Monin,
originaire du Doubs, furent tous deux condamnés à mort et exécutés en 1793 comme
contre-révolutionnaires. Quant à Jean-Pierre Monin, né en 1766, également à Séciné, il
monta sur l’échafaud pour avoir déserté son bataillon lyonnais en 1793 !
Des écrits de spécialistes —
Parmi les docteurs en médecine de ce nom, certains ont
davantage publié. Mentionnons par exemple Frédéric Monin, auteur d’un ouvrage sur
Abd El Kader, littérateur et philosophe (1869) et Le bréviaire du médecin, précis de
médecine rurale (1868) ; ou bien le docteur en médecine Ernest Monin, qui publia ses
travaux sur L’alcoolisme, étude médico-sociale (1889), Les arthritiques (1898), Comment
on défend sa virilité, l’impuissance et l’anaphrodisie chez l’homme (1901), ou Pour le beau
sexe, conseils d’un vieux spécialiste (1914).
Les Monin dans l’histoire —
Citons encore : le pédagogue Louis-Henri Monin, auteur
d’un manuel d’histoire intitulé Cours élémentaire d’histoire de France (1838) ; le linguiste
Florimond Monin, auteur de Leçons d’anglais simples, pratiques et graduées (1877) ;
Antoine Monin, commis toilier à Lyon, né à Séciné, condamné à mort à l’âge de vingt-six
ans comme contre-révolutionnaire en 1794, sous la Terreur, et guillotiné ; Tobie Monin,
originaire de Jannerot dans le Doubs, condamné à mort comme contre-révolutionnaire en
1793 et guillotiné ; Paul Monin, né à Lagnieu dans l’Ain en 1893, qui co-fonda le Parti
communiste dans l’Ain, poursuivi pour avoir publiquement soutenu le pacte germano-
soviétique de 1939 ; Philippe Monin, député de l’Orne de 1946 à 1958 ; etc.
Autres noms de même signification :
Monod (1 200, Savoie), Monot (3 000,
Finistère), Monat (500, Allier), Monel (600, Pas-de-Calais), Monnot (4 500, Saône-et-
Loire), Monnet (9 500, Ain), Monet (2 400, Nord), Monney (500, Paris), Mounet (700,
Dordogne), Monette (30, Haute-Saône), Monnin (2 500, Doubs), Monneau (600, Deux-
Sèvres), Monasson (100, Haute-Saône), Monassier (100, Corrèze), Monicard (70, Lot-et-
Garonne), Monicault (100, Cher), Monichon (250, Saône-et-Loire), Monicat (60,