//img.uscri.be/pth/61df787c26d9793a79f669316b029f91c552fd14
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille NADAL

De
2 pages
NADAL

A l’origine — Nadal est la forme occitane du prénom Noël, et désigne donc le nom de
baptême de l’ancêtre initial. Les Nadal sont 3 700 en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Dordogne, l’Hérault et l’Ariège.
Le successeur de Loyola — Jeronimo Nadal (1507-1580) naquit à Majorque et étudia à
Paris, où il rencontra Ignace de Loyola, puis à Avignon où il devint docteur en théologie.
En 1545, il partit à Rome et entra à la Compagnie de Jésus. Devenu très proche du futur
saint Ignace et partageant ses idées, il fut envoyé dans toute l’Europe pour présenter et
faire accepter les jésuites. Il devint le bras droit de saint Ignace à Rome. Quand celui-ci
mourut, il fut désigné comme l’un de ses trois successeurs. Il devint ensuite assistant du
général des jésuites pour la France et l’Allemagne en 1558, puis assistant d’Espagne en
1568. Installé à Halle en Saxe en 1573, il rédigea ses Meditaciones et adnotaciones sur les
évangiles des dimanches. Puis il se retira au noviciat Saint André de Rome où il mourut.
Condamné pour assemblée pieuse — C’est à partir de 1680 et surtout après la
Révocation de l’Edit de Nantes, que le nombre de protestants condamnés aux galères
s’accrut. Natif de Saint-Laurent-Le-Minier, Pierre Nadal fut arrêté dans une assemblée
religieuse considérée comme illicite, et tenue dans cette même localité, par le prédicant
Laporte. Mis aux fers, il embarqua sur la Triomphante à Dunkerque.
Un vieux soldat au front — Ludovic Nadal, ...
Voir plus Voir moins
N
ADAL
A l’origine —
Nadal est la forme occitane du prénom Noël, et désigne donc le nom de
baptême de l’ancêtre initial. Les Nadal sont 3 700 en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont la Dordogne, l’Hérault et l’Ariège.
Le successeur de Loyola —
Jeronimo Nadal (1507-1580) naquit à Majorque et étudia à
Paris, où il rencontra Ignace de Loyola, puis à Avignon où il devint docteur en théologie.
En 1545, il partit à Rome et entra à la Compagnie de Jésus. Devenu très proche du futur
saint Ignace et partageant ses idées, il fut envoyé dans toute l’Europe pour présenter et
faire accepter les jésuites. Il devint le bras droit de saint Ignace à Rome. Quand celui-ci
mourut, il fut désigné comme l’un de ses trois successeurs. Il devint ensuite assistant du
général des jésuites pour la France et l’Allemagne en 1558, puis assistant d’Espagne en
1568. Installé à Halle en Saxe en 1573, il rédigea ses Meditaciones et adnotaciones sur les
évangiles des dimanches. Puis il se retira au noviciat Saint André de Rome où il mourut.
Condamné pour assemblée pieuse —
C’est à partir de 1680 et surtout après la
Révocation de l’Edit de Nantes, que le nombre de protestants condamnés aux galères
s’accrut. Natif de Saint-Laurent-Le-Minier, Pierre Nadal fut arrêté dans une assemblée
religieuse considérée comme illicite, et tenue dans cette même localité, par le prédicant
Laporte. Mis aux fers, il embarqua sur la Triomphante à Dunkerque.
Un vieux soldat au front —
Ludovic Nadal, originaire d’Alais dans le Gard, est né vers
1860. Chef de bataillon à la retraite en 1908, il se porta néanmoins volontaire pour
combattre sur le front dès 1914. Il servit en Champagne et en Lorraine au 41ème
régiment d’infanterie où il fut promu lieutenant-colonel. Epuisé par les fatigues de la
guerre, il mourut d’une congestion cérébrale en mars 1917.
Bonne plume, bon secrétaire —
Augustin Nadal, quelquefois aussi appelé “ Nadault ”,
naquit à Poitiers en 1659. Malgré ses goûts très mondains, il entra dans les ordres. Fixé à
Paris, il fit l’éducation du jeune comte de Valençay. Mais ce fut avec Saül, une tragédie
en cinq actes, qu’il fit représenter avec succès à la Comédie-Française, qu’il commença à
se faire connaître. Le duc d’Aumont le prit en amitié et le nomma, en 1708, secrétaire de
la province du Boulonnais. Augustin Nadal publia alors le Nouveau Mercure, un recueil de
dissertations, de pièces en vers, de nouvelles. En 1712, lorsque le duc partit en
Angleterre comme ambassadeur, il en fit son secrétaire puis lui fit donner l’abbaye de
Doudeauville. Membre de l’Académie des Inscriptions, auteur de nombreuses œuvres à
succès, Augustin décéda à Poitiers en 1740.
Un homme du vaste monde —
Jean-Baptiste Nadal de Saintrac, né à Verteillac en
Périgord en 1745, s’embarqua en 1771 à Bordeaux pour Saint-Domingue où il devint
membre du conseil supérieur de la Guadeloupe (1769) puis sénéchal (1779). Rentré en
France (1786), il participa aux travaux de l’Assemblée constituante et fut l’un des cinq
membres députés de l’Amérique à l’Assemblée nationale. Retourné à la Guadeloupe, il
reprit sa charge au conseil souverain puis fut élu président. En 1802, il fut nommé juge
du tribunal de première instance de Pointe-à-Pitre, où il décéda en 1809.
Un nom de sportifs —
On connaît tous le champion espagnol de tennis Rafael Nadal,
né en 1986, qui gagna son premier tournoi du grand chelem à Roland Garros en 2005 et
remporta onze championnats cette même année ; ou encore Patrick Nadal, né en 1952,
rugbyman en jeu à XV, qui débuta en équipe de France B en 1971.
Les Nadal dans l’histoire —
Citons aussi : Sicaire Nadal de Saintrac, avocat à la Cour,
conseiller du roi au présidial de Périgueux jusqu’en 1761 ; Jean de Nadal, né à Saint-
Agne en Dordogne en 1731, reçu garde du corps du roi dans la compagnie de Villeroy en
1752, chevalier de Saint-Louis en 1777, lieutenant-colonel en 1789 ; le procureur royal de