//img.uscri.be/pth/a76cf0494baf12924f2e9f9c1185ffc240560cf2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PAQUET

De
2 pages
PAQUET

A l’origine — Le nom Paquet désignait simplement, à l’origine, un porteur de paquets. Il
y a aujourd’hui en France près de 8 600 Paquet. Ils sont surtout implantés à Paris et dans
le Nord, du fait de l’émigration, même s’ils sont encore nombreux dans le Rhône. Ils sont
environ 2 000 à le porter aujourd’hui en Belgique.
Un franciscain engagé — Fils d’un maître canut lyonnais, Matthieu Paquet (1856-1906)
fit ses études secondaires à l’école cléricale de Saint-Bruno, puis devint employé dans une
maison de soieries. A vingt-neuf ans, il entra dans le tiers ordre franciscain. Avec V. Berne
et M. Gonin, il réunit les premiers propagandistes de La Croix de Lyon. Il créa alors une
imprimerie pour publier le journal et se rapprocha de l’extrémiste François Mouthon
créateur de La France libre. Sous son influence, Paquet publia une liste des francs-
maçons lyonnais. Poursuivi pour diffamation, il fut condamné et ruiné. Son activité se
limita désormais à la publication de bulletins paroissiaux.
La tête tranchée— Claude Paquet, peintre et vernisseur, âgé de vingt ans, né et
domicilié à Lyon, fut condamné à mort comme contre-révolutionnaire, le 14 nivôse an II,
par la commission révolutionnaire de Lyon. Un autre Paquet, prénommé Julien,
domestique angevin, fut également condamné comme brigand de la Vendée, le 17
frimaire an II par la commission militaire de Doué.
Le saviez-vous ?— Une Marie-Marguerite Paquet est une lointaine ascendante de
l’écrivain Louis Ferdinand Céline ...
Voir plus Voir moins
P
AQUET
A l’origine
— Le nom Paquet désignait simplement, à l’origine, un porteur de paquets. Il
y a aujourd’hui en France près de 8 600 Paquet. Ils sont surtout implantés à Paris et dans
le Nord, du fait de l’émigration, même s’ils sont encore nombreux dans le Rhône. Ils sont
environ 2 000 à le porter aujourd’hui en Belgique.
Un franciscain engagé —
Fils d’un maître canut lyonnais, Matthieu Paquet (1856-1906)
fit ses études secondaires à l’école cléricale de Saint-Bruno, puis devint employé dans une
maison de soieries. A vingt-neuf ans, il entra dans le tiers ordre franciscain. Avec V. Berne
et M. Gonin, il réunit les premiers propagandistes de La Croix de Lyon. Il créa alors une
imprimerie pour publier le journal et se rapprocha de l’extrémiste François Mouthon
créateur de La France libre. Sous son influence, Paquet publia une liste des francs-
maçons lyonnais. Poursuivi pour diffamation, il fut condamné et ruiné. Son activité se
limita désormais à la publication de bulletins paroissiaux.
La tête tranchée—
Claude Paquet, peintre et vernisseur, âgé de vingt ans, né et
domicilié à Lyon, fut condamné à mort comme contre-révolutionnaire, le 14 nivôse an II,
par la commission révolutionnaire de Lyon. Un autre Paquet, prénommé Julien,
domestique angevin, fut également condamné comme brigand de la Vendée, le 17
frimaire an II par la commission militaire de Doué.
Le saviez-vous ?—
Une Marie-Marguerite Paquet est une lointaine ascendante de
l’écrivain Louis Ferdinand Céline (1894-1961).
Entre Chine et Belgique
— Le journaliste Philippe Paquet, né en 1960, est titulaire d’un
Master en chinois de l’Université de Pékin. Il réalisa près de vingt reportages en Asie,
dans la zone Pacifique, en Amérique du Nord et dans l’ancienne URSS. Il était également
correspondant de La Libre Belgique en Asie et en Amérique du Nord en 1984.
Une carrière éclectique—
Luxembourgeois, Joseph Paquet (1804-1858) suivit de
brillantes études, obtint le grade de docteur en philosophie, devint professeur de langue
hollandaise à l’Athénée de Luxembourg (1828) et à l’Ecole normale. Il enseigna aussi
l’histoire. Le savant était également philanthrope, participant aux œuvres de bienfaisance.
Pendant la terrible épidémie de choléra de 1832, il fit montre d’une abnégation et d’un
courage surhumains. En 1844, il traça une esquisse historique de l’enseignement dans les
Pays-Bas. Il créa alors des écoles professionnelles ouvrières. En 1848, sur les instances du
roi Guillaume II, il prit la direction du secrétariat des affaires du Grand-Duché, puis revint
à l’enseignement comme censeur de l’Athénée et professeur de rhétorique. Membre
fondateur de la Société royale du Grand-Duché pour la recherche et la conservation des
monuments historiques des Pays-Bas, il entra en 1849 au comité de législation. En 1851, il
intégra la Chambre législative, mais se retira bientôt de la vie politique.
Les Paquet dans l’histoire—
Citons encore, parmi les notables porteurs de ce nom :
Ch. A. Paquet, auteur de l’ouvrage De quelques seigneuries de la Marche, du Limousin et
des enclaves poitevines… (1893) ; Anthony C. Paquet (v. 1814-1882), médailleur
américain qui travailla de 1857 à 1864 à la monnaie de Philadelphie ; Mgr Louis-Adolphe
Paquet, professeur à l’université de Québec ; l’Allemande Marie-Henriette Paquet-
Steinhausen, née à Francfort en 1887, épouse de l’écrivain Alphonse Paquet et peintre de
natures mortes ; l’acteur Lillois Félix Paquet (1906-1974) ; Roger Paquet, né en 1919,
directeur général de la Fédération de l’Electricité de Belgique, président de nombreux
organismes ; René Paquet, né à Saint-Gérard-le-Puy en 1923, docteur en médecine, chef
de service du centre hospitalier de Vichy ; Paul Paquet, né en 1937, directeur de
l’Observatoire royal de Belgique ; etc.