//img.uscri.be/pth/0aa4e17fe620d35476763b6054bb5bf3a96ee33d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PARMENTIER

De
2 pages
PARMENTIER

A l’origine — Ce patronyme, issu de parementier, désignait à l’origine celui qui faisait
des parements d’habits. La France compte actuellement plus de 13 000 porteurs de ce
nom et plus particulièrement dans le Nord et le Nord-Est. Près de 4 500 personnes de ce
nom vivent aujourd’hui en Belgique.
Marin, mathématicien et poète — Jean Parmentier découvrit avec ses deux jeunes
frères l’île de Fernambouc en 1520, de laquelle il rapporta des cuirs et des pelleteries.
Persuadé qu’au-delà des Indes se trouvaient des îles productrices d’épiceries, il voyagea
pendant presque trois ans jusqu’aux côtes de la Chine pour revenir en 1529 avec deux
navires chargés de richesses. Mathématicien, il s’essayait également à la traduction de
vers latins, notamment ceux de Catilina, ainsi qu’à la l’écriture de poèmes, dont la
Moralité très-élégante à dix personnages, à l’honneur de l’Assomption de la Vierge Marie
fut publiée en 1531. Il aurait par ailleurs façonné des mappemondes et des cartes
marines. En 1531, il retourna sur l’île de Sumatra où il mourut à l’âge de quarante-neuf
ans.
Petite histoire du hachis parmentier — Ce plat très apprécié doit son nom à Antoine-
Augustin Parmentier (1737-1813), pharmacien militaire et agronome de son état. En
1773, il publia un travail sur l’examen chimique de la pomme de terre, en réponse au
sujet que l’Académie de Besançon avait choisi pour décerner son prix, et qui portait sur
l’indication des substances alimentaires qui pourraient ...
Voir plus Voir moins
P
ARMENTIER
A l’origine —
Ce patronyme, issu de parementier, désignait à l’origine celui qui faisait
des parements d’habits. La France compte actuellement plus de 13 000 porteurs de ce
nom et plus particulièrement dans le Nord et le Nord-Est. Près de 4 500 personnes de ce
nom vivent aujourd’hui en Belgique.
Marin, mathématicien et poète —
Jean Parmentier découvrit avec ses deux jeunes
frères l’île de Fernambouc en 1520, de laquelle il rapporta des cuirs et des pelleteries.
Persuadé qu’au-delà des Indes se trouvaient des îles productrices d’épiceries, il voyagea
pendant presque trois ans jusqu’aux côtes de la Chine pour revenir en 1529 avec deux
navires chargés de richesses. Mathématicien, il s’essayait également à la traduction de
vers latins, notamment ceux de Catilina, ainsi qu’à la l’écriture de poèmes, dont la
Moralité très-élégante à dix personnages, à l’honneur de l’Assomption de la Vierge Marie
fut publiée en 1531. Il aurait par ailleurs façonné des mappemondes et des cartes
marines. En 1531, il retourna sur l’île de Sumatra où il mourut à l’âge de quarante-neuf
ans.
Petite histoire du hachis parmentier —
Ce plat très apprécié doit son nom à Antoine-
Augustin Parmentier (1737-1813), pharmacien militaire et agronome de son état. En
1773, il publia un travail sur l’examen chimique de la pomme de terre, en réponse au
sujet que l’Académie de Besançon avait choisi pour décerner son prix, et qui portait sur
l’indication des substances alimentaires qui pourraient atténuer une disette. Non
seulement il remporta le prix mais il permit également d’améliorer l’alimentation en
France en y répandant la culture de cette plante, jusqu’alors injustement soupçonnée de
provoquer la fièvre. Il préconisa encore la farine de pomme de terre dans la fabrication
du pain et des gâteaux. Nommé premier pharmacien des armées et inspecteur général
du service de santé, il s’enquit encore d’améliorer l’hygiène des Français en promouvant
la vaccination antivariolique. Bon nombre de ses ouvrages témoignent de ses travaux.
Citons parmi eux : l’Examen chimique de la pomme de terre (1778), les Recherches sur
les végétaux nourrissants qui dans les temps de disette peuvent remplacer les aliments
ordinaires (1781) et la Manière de faire le pain de pomme de terre sans mélange de
farine (1799).
Les pleasures grounds
— L’architecte de jardins André Parmentier (1780-1830) s’établit
aux Etats-Unis vers 1821. Il se fit connaître là-bas comme un habile jardiniste, créateur
d’un genre qui porte son nom, genre qui tient à la fois des genres français et anglais. Les
pleasures grounds qu’il créa aux environs de New York eurent une influence considérable
dans tout le pays. Il mourut en Amérique en 1830.
Une sculpture pour Guillaume
— Fils de sculpteur Philippe Parmentier (1787-1851)
suivit des cours de sculpture à l’Ecole des beaux-arts de Paris puis visita l’Italie afin de
faire une étude approfondie des chefs d’œuvre de l’Antiquité. De retour au pays, il
s’installa à Bruxelles et exposa à de nombreuses reprises. En 1825 le roi Guillaume fit
l’acquisition d’une statue en marbre qu’il avait réalisé et qui représentait une Baigneuse.
Il sculpta également pour le jardin botanique de Gand un buste d’Auger Busbecq.
La passion de la langue grecque
— L’helléniste Léon Parmentier (1863-1929),
professeur à l’Université de Gand, était réputé pour sa connaissance de la langue et du
monde grecs, ainsi que pour ses qualités pédagogiques. Il a publié d’importants ouvrages
de philologie au sens strict. Il édita et commenta les textes grecs.
Les Parmentier dans l’histoire —
Parmi les Parmentier qui se sont illustrés au cours
des siècles, mentionnons encore : l’administrateur Joseph Parmentier (1775-1852), grand
amateur d’horticulture, intendant de la famille d’Arenberg pour le domaine d’Enghien
qu’il sauva de la destruction qui le menaçait au début de l’occupation française ;
l’architecte Henri Parmentier (1871-1949), qui vécut en Indochine et rédigea plusieurs
ouvrages dont les Inventaires des monuments