//img.uscri.be/pth/1b3e8f2795cfacaa03bec66e81b6f043221cb751
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PERIN

De
2 pages
PERIN

A l’origine— Le patronyme Perin est à l’origine issu du nom de baptême Pierre. On
compte actuellement près de 5 500 Perin en France, principalement établis dans la
Meuse, la Somme et la Meurthe-et-Moselle.
Un portraitiste distingué — Le Rémois Lié-Louis Périn-Salbreux (1753-1817) vint à
Paris à l’âge de vingt-cinq ans, prit des leçons de Sicardi, peintre italien, et fut aidé par
les conseils du statuaire Houdon. Le Suédois Roslin eut une grande influence sur cet
artiste qu’il chargea de copier en miniature plusieurs de ses portraits. Ainsi Périn se
distingua-t-il principalement par les miniatures qu’il présenta à diverses expositions du
Louvre. La Révolution lui ayant fait perdre ses protecteurs, il se retira à Reims où il
mourut.
Et son fils — Alphonse-Henri Salbreux (1798-1874), fils de Lié-Louis (voir paragraphe
précédent), était également peintre et dessinateur. Il entra à l’Ecole des Beaux-Arts de
Paris en 1817 et fut l’élève du baron Guérin. Il vécut alors à Rome pendant neuf ans. Il
se lia d’amitié avec Victor Orsel qui l’amena à abandonner le paysage historique dans la
manière de Poussin pour l’étude de la figure. Périn reçut commande de grandes
compositions religieuses pour des églises parisiennes, notamment pour la chapelle de
l’Eucharistie de Notre-Dame-de-Lorette. Il figura au Salon de Paris de 1827 à 1859,
obtenant une médaille de deuxième classe dès la première année.
Un avocat généreux— Le Belge Camille Perin (1823-1853) fut reçu avocat au ...
Voir plus Voir moins