//img.uscri.be/pth/b99b0c71d7811b9183001d96126aeaa28782ad25
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PFEIFFER

De
2 pages
PFEIFFER

A l’origine — Pfeiffer vient de l’ancien terme phifer, qui désignait un joueur de fifre, une
petite flûte au son aigu. Les Pfeiffer sont aujourd’hui plus de 3 300 en France. Ils sont
surtout présents en Alsace et à Paris.
Au service de la France — Plusieurs membres d’une famille Pfeiffer originaire de
Lucerne servirent dans les célèbres gardes suisses, ce corps d’élite sous la monarchie
française. Louis Pfeiffer (1530-1594), sénateur de Lucerne, combattit pour les Français
contre les Espagnols puis contre les protestants pendant les guerres de religion. Cet ultra-
catholique soutint la ligue du duc de Guise dans sa lutte contre le parti huguenot.
Capitaine-lieutenant des gardes suisses du roi (1567), il représenta la confédération
helvétique à la diète de Bâle et auprès des cours de Savoie et de France. Louis Pfeiffer,
personnage d’influence, compte comme l’un des premiers personnages de la
Confédération helvétique de l’époque où on le surnommait le “Roi des Suisses” ! Pendant
des siècles, les Pfeiffer perpétuèrent cette tradition militaire au service de la France.
François-Louis Pfeiffer (1716-1802) est l’un des derniers représentants de cette dynastie
de lansquenets. Il succéda à son propre père au poste de capitaine des gardes suisses. Il
combattit pour les Français en Flandre et lors de la célèbre victoire contre les Espagnols
de Rocroi. Nommé maréchal de camp en 1763 et lieutenant général du royaume en
1776, il se retira peu après dans son pays natal. ...
Voir plus Voir moins
P
FEIFFER
A l’origine —
Pfeiffer vient de l’ancien terme phifer, qui désignait un joueur de fifre, une
petite flûte au son aigu. Les Pfeiffer sont aujourd’hui plus de 3 300 en France. Ils sont
surtout présents en Alsace et à Paris.
Au service de la France —
Plusieurs membres d’une famille Pfeiffer originaire de
Lucerne servirent dans les célèbres gardes suisses, ce corps d’élite sous la monarchie
française. Louis Pfeiffer (1530-1594), sénateur de Lucerne, combattit pour les Français
contre les Espagnols puis contre les protestants pendant les guerres de religion. Cet ultra-
catholique soutint la ligue du duc de Guise dans sa lutte contre le parti huguenot.
Capitaine-lieutenant des gardes suisses du roi (1567), il représenta la confédération
helvétique à la diète de Bâle et auprès des cours de Savoie et de France. Louis Pfeiffer,
personnage
d’influence,
compte
comme
l’un
des
premiers
personnages
de
la
Confédération helvétique de l’époque où on le surnommait le “Roi des Suisses” ! Pendant
des siècles, les Pfeiffer perpétuèrent cette tradition militaire au service de la France.
François-Louis Pfeiffer (1716-1802) est l’un des derniers représentants de cette dynastie
de lansquenets. Il succéda à son propre père au poste de capitaine des gardes suisses. Il
combattit pour les Français en Flandre et lors de la célèbre victoire contre les Espagnols
de Rocroi. Nommé maréchal de camp en 1763 et lieutenant général du royaume en
1776, il se retira peu après dans son pays natal. S’adonnant à la topographie, il publia
l’ouvrage Tableaux pittoresques de la Suisse (1783). Il assista en lointain observateur à la
fin des gardes suisses, massacrés par les émeutiers lors de l’assaut contre les Tuileries en
1792. Ce corps séculaire disparut avec l’Ancien Régime.
Une voyageuse au long cours —
Ida Pfeiffer (1797-1859) effectua, au cours de ses
périples autour du monde, plus de 240 000 km sur mer et 22 000 km sur terre ! Elle
entreprit ses nombreux voyages pour le compte de l’Autriche. Elle visita toute l’Europe,
l’Amérique, l’Asie et constitua de très riches collections pour le musée d’histoire naturelle
de Vienne. Elle publia Mes deux voyages autour du monde (1856) et Voyage vers
Madagascar (paru après sa mort en 1861).
De l’action à la production —
L’actrice américaine Michelle Pfeiffer, née en 1958,
gagna Hollywood en 1978 et débuta dans des séries télévisées ou de petits rôles au
cinéma. Le film Liaisons dangereuses (1988) lui offrit sa première nomination aux Oscars.
Suzie et les Baker boys une seconde l’année suivante. A partir de 1995, elle devint
également productrice de films.
Les Pfeiffer dans l’histoire —
Signalons aussi : l’orientaliste August Pfeiffer (1640-
1698), titulaire des chaires de théologie et de langues orientales de Leipzig, auteur d’une
Introduction à l’Orient (1671) ; l’économiste Jean-Frédéric Pfeiffer, né à Berlin en 1718 et
mort en 1787, administrateur économique de la Marche électorale où il fonda 150
villages, conseiller de différents princes de l’Empire, professeur d’économie à Mayence
(1782), auteur d’un Traité de toutes les sciences économiques (1770-1778) et Des
manufactures et fabriques de l’Allemagne (1781-1782) ; l’orientaliste et paléographe
August-Freidrich Pfeiffer (1748-1817), professeur de philosophie et de langues orientales
à l’université d’Erlangen qui publia Sur la musique des anciens Hébreux (1778) ; le
graveur Karl-Hermann Pfeiffer, né à Francfort en 1769 et mort en 1842, auteur de plus
de deux cents planches, essentiellement des portraits de hauts personnages historiques
et de figures de l’aristocratie allemande ; le publiciste allemand Burchard-Guillaume
Pfeiffer (1777-1852), auteur des ouvrages Sur la limite de la juridiction patrimoniale en
matière civile (1806) et Idées sur une nouvelle législation utile pour les Etats de
l’Allemagne (1815) ; le naturaliste Georg-Charles Pfeiffer, né en 1805, auteur d’un
Tableau des plantes recueillies jusqu’ici dans la Hesse électorale (1844) et d’une Flore de
la Hesse orientale (1847-1855) ; l’historien et érudit allemand Franz Pfeiffer (1815-1869),
fondateur de la revue Germania (1856) ; le pianiste et compositeur Georges-Jean Pfeiffer,
né en