//img.uscri.be/pth/7a69777af9263654637355b640ba92400341545d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PICAUD

De
2 pages
PICAUD

A l’origine — Picaud rappelle que l’ancêtre maniait un pic, et qu’il devait donc sans
doute exercer le métier de terrassier. Les Picaud sont plus de 4 600 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Creuse, le Morbihan et
la Loire-Atlantique.
La lutte sociale— Plusieurs Picaud s’engagèrent, au siècle dernier, dans le combat
social et l’action syndicale. M. Picaud était secrétaire du syndicat CGT de la Charente-
Inférieure dans les années 1920. Elie Picaud devint vice-président du syndicat
professionnel de l’alimentation à La Roche-Guyon en 1936. Fernand Picaud fut nommé
secrétaire de l’Union locale unitaire d’Orange en 1926. Désiré Picaud (1906-1955) était,
quant à lui, secrétaire adjoint de l’Union, locale de la CGTU de Vannes en 1930. Mathurin
Picaud, né dans le Morbihan en 1910, s’engagea dans les brigades internationales en
Espagne en 1938. Il mourut de ses blessures la même année. Plus près de nous, Michèle
Picaud est conseillère régionale communiste des Pays-de-la-Loire.
Mort en déportation— Jean-Baptiste Picaud, né à Saint-Lyphard en 1916, trouva la
mort en déportation à Neuengamme à la fin de l’année 1944.
Des hommes politiques — Plusieurs Picaud entreprirent des carrières politiques,
citons : Herman Picaud, maire de Champagnole (Jura) de 1945 à 1947 ; Joseph Picaud,
maire de Saint-Caradec (Côtes-d’Armor) de 1965 à 1983 ; Marcel Picaud, maire de T aizé-
Aizie (Charente) en 1977 ; etc.
Au tableau d’honneur de la Grande ...
Voir plus Voir moins
P
ICAUD
A l’origine —
Picaud rappelle que l’ancêtre maniait un pic, et qu’il devait donc sans
doute exercer le métier de terrassier. Les Picaud sont plus de 4 600 aujourd’hui en
France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont la Creuse, le Morbihan et
la Loire-Atlantique.
La lutte sociale—
Plusieurs Picaud s’engagèrent, au siècle dernier, dans le combat
social et l’action syndicale. M. Picaud était secrétaire du syndicat CGT de la Charente-
Inférieure dans les années 1920. Elie Picaud devint vice-président du syndicat
professionnel de l’alimentation à La Roche-Guyon en 1936. Fernand Picaud fut nommé
secrétaire de l’Union locale unitaire d’Orange en 1926. Désiré Picaud (1906-1955) était,
quant à lui, secrétaire adjoint de l’Union, locale de la CGTU de Vannes en 1930. Mathurin
Picaud, né dans le Morbihan en 1910, s’engagea dans les brigades internationales en
Espagne en 1938. Il mourut de ses blessures la même année. Plus près de nous, Michèle
Picaud est conseillère régionale communiste des Pays-de-la-Loire.
Mort en déportation—
Jean-Baptiste Picaud, né à Saint-Lyphard en 1916, trouva la
mort en déportation à Neuengamme à la fin de l’année 1944.
Des hommes politiques —
Plusieurs Picaud entreprirent des carrières politiques,
citons : Herman Picaud, maire de Champagnole (Jura) de 1945 à 1947 ; Joseph Picaud,
maire de Saint-Caradec (Côtes-d’Armor) de 1965 à 1983 ; Marcel Picaud, maire de Taizé-
Aizie (Charente) en 1977 ; etc.
Au tableau d’honneur de la Grande Guerre —
Quelques Picaud ont courageusement
combattu durant la Première Guerre mondiale, risquant bien souvent leur vie sur le front.
Citons, à titre d’exemple, le soldat au 116ème d’infanterie Alphonse Picaud, décoré de la
croix de Guerre et cité à l’ordre de l’armée en ces termes : « Soldat très dévoué et très
brave, volontaire pour toutes les situations périlleuses, a été blessé grièvement en plaçant
des fils de fer devant la tranchée de première ligne. N’a consenti à faire panser sa
blessure qu’après avoir terminé son travail, donnant ainsi à ses camarades l’exemple du
plus beau courage et d’un superbe mépris du danger ».
Des artistes de tous types —
Quelques Picaud se sont illustrés dans les arts. Le
peintre verrier Jehan Picaud travaillait à Niort au XVIème. Né à Lyon, le sculpteur Charles
Louis Picaud étudia devint sociétaire des Artistes français dès 1893 et figurait logiquement
aux salons de ce groupement. En 1894, il obtint une mention honorable, en 1896 une
médaille de troisième classe, en 1899 une médaille de deuxième classe et en 1910 une
médaille de première classe. En 1900, il décrocha une médaille de bronze à l’Exposition
universelle. Citons de lui La Vague, une œuvre conservée à la préfecture de Saint-
Etienne, ou Les Pauvres. Quant à l’artiste contemporaine Fabienne Picaud, elle travaille le
verre. Parmi ses œuvres, évoquons une Coupe bleu roi en verre soufflé sur base de verre
de cuivre en 1991, vendue aux enchères au prix de six mille huit cents francs.
Les Picaud dans l’histoire—
Citons en outre : l’homme politique Roger Picaud (1922-
1986), conseiller municipal d’Orvault, l’un des fondateurs de l’école du Petit-Chantilly
(1955), dont le nom a été donné au complexe sportif de la Cholière, situé sur la
commune où il était élu ; le scientifique Serge Picaud, chercheur du Laboratoire
physiopathologie cellulaire et moléculaire de la rétine de la faculté de médecine Pierre-et-
Marie-Curie de Paris ; l’universitaire Jean-Louis Picaud, maître de conférences à
l’université de Poitiers qui a notamment publié l’ouvrage Biologie animale : vertébrés
(2000) ; l’auteur de bandes dessinées Christophe Picaud, qui a publié l’album Les Larmes
du démon ; le scientifique Fabien Picaud, maître de conférences et chercheur au sein du
laboratoire de physique moléculaire (LPM) de l’université de Franche-Comté ; etc.