//img.uscri.be/pth/00fe5c6d0bdab44d3fa98aa009b5782f7b140b0e
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PLANTEVIN

De
2 pages
PLANTEVIN
A l’origine — Plantevin a désigné une famille habitant un terrain planté de vignes. Il
peut aussi rappeler le lieu d’origine de l’ancêtre initial. Les porteurs du nom Plantevin sont
aujourd’hui plus de 720 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont
le Vaucluse, l’Ardèche et Paris.
Un député de la IVème République — Né en Ardèche, Victor-Gabriel Plantevin (1900-
1983) jouissait d’une bonne réputation. Maire de sa commune natale de Burzet dès 1929
et conseiller général en 1930, il fut réélu respectivement jusqu’en 1982 et 1976. Homme
de droite, il se situait proche de la Fédération républicaine. Après deux échecs en tant
que candidat au Conseil de la République en 1946 et 1948, il accéda au palais Bourbon
en 1951. Député de l’Ardèche de 1951 à 1958, il siégea dans diverses commissions.
Inscrit au groupe des Indépendants et paysans, il s’impliqua dans l’activité parlementaire
en déposant quatre propositions de résolution et rapports sur les intempéries ou la
viticulture. Il vota notamment pour les lois Marie et Barangé, le projet de la CECA, contre
le cessez-le-feu en Indochine, contre la mise en place de la TVA. Il s’opposa à la chute
d’Edgar Faure, d’Antoine Pinay et de Joseph Lanier, puis contre l’investiture de Pierre
Mendès France. Candidat aux élections législatives de 1958 dans la troisième
circonscription de l’Ardèche en 1958, au Sénat en 1959, et comme suppléant de l’ancien
député Joseph Allauzen lors des législatives de 1962, il dut ...
Voir plus Voir moins
P
LANTEVIN
A l’origine —
Plantevin a désigné une famille habitant un terrain planté de vignes. Il
peut aussi rappeler le lieu d’origine de l’ancêtre initial. Les porteurs du nom Plantevin sont
aujourd’hui plus de 720 en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont
le Vaucluse, l’Ardèche et Paris.
Un député de la IVème République
— Né en Ardèche, Victor-Gabriel Plantevin (1900-
1983) jouissait d’une bonne réputation. Maire de sa commune natale de Burzet dès 1929
et conseiller général en 1930, il fut réélu respectivement jusqu’en 1982 et 1976. Homme
de droite, il se situait proche de la Fédération républicaine. Après deux échecs en tant
que candidat au Conseil de la République en 1946 et 1948, il accéda au palais Bourbon
en 1951. Député de l’Ardèche de 1951 à 1958, il siégea dans diverses commissions.
Inscrit au groupe des Indépendants et paysans, il s’impliqua dans l’activité parlementaire
en déposant quatre propositions de résolution et rapports sur les intempéries ou la
viticulture. Il vota notamment pour les lois Marie et Barangé, le projet de la CECA, contre
le cessez-le-feu en Indochine, contre la mise en place de la TVA. Il s’opposa à la chute
d’Edgar Faure, d’Antoine Pinay et de Joseph Lanier, puis contre l’investiture de Pierre
Mendès France.
Candidat
aux
élections législatives de
1958
dans la
troisième
circonscription de l’Ardèche en 1958, au Sénat en 1959, et comme suppléant de l’ancien
député Joseph Allauzen lors des législatives de 1962, il dut essuyer ces différents échecs.
De courageux légionnaires —
Élève de Saint-Cyr marié à Andrée Thomas fille du
célèbre résistant Charles Thomas, Joseph Plantevin (1923-1993), né à Meyras en Ardèche
et mort à Toulon dans le Var, participa aux guerres d’Indochine et d’Algérie, puis à toutes
les campagnes de Légion. Officier de légion à Madagascar, à Aubagne, à Calvi et à
Baden-Baden, il intégra par la suite l’armée française. Nommé à Toulon, il devint général
en active et décéda dans cette région. Originaire d’Orange dans le Vaucluse, Jean-
Charles Plantevin (1913-1980), s’installa en Côte d’Ivoire pour travailler au service de la
Société commerciale de l’Ouest Africain (SCOA). Refusant l’Armistice en 1940, il répondit à
l’appel du général de Gaulle, s’engagea dans les Forces françaises libres, prit part au
ralliement du Cameroun et combattit à Libreville au Gabon sous les ordres du colonel
Leclerc. Il fit la campagne de Syrie en 1941, la prise de Gondar en Ethiopie et rejoignit la
Libye en 1943. Nommé sous-officier et sous-lieutenant, il se distingua en Tunisie lors des
combats des Djebillats, en Italie, à Toulon, à Cavalaire en Provence et en Alsace. Après sa
démobilisation, il retourna en Côte d’Ivoire, devint conseiller général de 1946 à 1952 et
reprit son poste à la SCOA. En République Centrafrique, il dirigea la Compagnie
commerciale Sangha Oubangui (CCSO). Vice-président et directeur général de la SIMA, il
prit sa retraite en 1973, se retira à Marseille et présida l’Association des Français libres des
Bouches-du-Rhône.
Des chanteurs provençaux —
Jean-Bernard Plantevin, auteur, compositeur, interprète
et chanteur d’expression provençale réalise des créations en langue d’oc. Il traduit des
chansons modernes en provençal et en occitan, ainsi que des chansons traditionnelles
provençales remises au goût du jour. Son fils Thibaut Plantevin, né en 1977 à Vaison-la-
Romaine dans le Vaucluse, exerce le même métier.
Les Plantevin dans l’histoire —
Citons aussi : Vincent Plantevin, maire de Vaison-la-
Romaine en 1800 ; Louis Plantevin ; maire d’Ailhon en Ardèche en 1848-1864 ; François
Plantevin, maire de Saint-Étienne en 1906 ; Auguste Plantevin, maire de Bagnols-sur-
Cèze dans le Gard en 1929 ; Gérard Plantevin, maire de Villeperdrix dans la Drôme en
2001 ; l’auteur dramatique Jean Plantevin, né en 1937 ; Jean-Paul Plantevin, ingénieur et
président de société né en 1935 à Bourg-en-Bresse dans l’Ain ; etc.
Autres noms de même signification :
Plant (25, Paris), Plantat (160, Hautes-
Pyrénées), Plantavin (40, Vaucluse), Plantet (190, Charente-Maritime),