//img.uscri.be/pth/0dae567c89391a1d25d3bad87eae552efd71f859
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille PONCELET

De
2 pages
PONCELET

A l’origine— Le patronyme Poncelet peut avoir désigné à l’origine celui qui habitait près
d’un petit pont ou bien correspond à un diminutif du nom de baptême Pons (du prénom
latin Pontius). Il y a près de 3 200 Poncelet recensés en France aujourd’hui, que l’on
retrouve essentiellement dans les Ardennes, à Paris et en Moselle. Ils sont près de 3 300 à
porter ce nom aujourd’hui en Belgique.
Des chiffres et des êtres— Sorti de l’Ecole polytechnique dans l’arme du génie, Jean-
Victor Poncelet (1788-1867) fut fait prisonnier durant la campagne de Russie. Pour
adoucir les ennuis de sa captivité, il se consacra, sans l’aide d’aucun livre, à des études
mathématiques. Ses travaux allaient pourtant s’avérer fondamentaux. En 1822, il publia
son Traité des propriétés projectives des figures qui marqua la création de la géométrie
projective basée sur l’emploi de la perspective et des sections planes, l’étude de diverses
transformations géométriques et l’introduction systématique des éléments à l’infini et des
éléments imaginaires. Poncelet écrivit aussi un traité de mécanique concernant la
propagation des mouvements. Il fut admis à l’Académie des sciences en 1834. Général en
1848, il dirigea l’Ecole polytechnique (1848-50), fut élu à l’Assemblée constituante et,
ayant refusé de servir le Second Empire, fut admis à la retraite en 1852. L’année
suivante, il fut honoré du grade de grand-officier de la Légion d’honneur.
Le saviez vous ? — Une Marie Poncelet (1836-1916), épouse ...
Voir plus Voir moins
P
ONCELET
A l’origine—
Le patronyme Poncelet peut avoir désigné à l’origine celui qui habitait près
d’un petit pont ou bien correspond à un diminutif du nom de baptême Pons (du prénom
latin Pontius). Il y a près de 3 200 Poncelet recensés en France aujourd’hui, que l’on
retrouve essentiellement dans les Ardennes, à Paris et en Moselle. Ils sont près de 3 300 à
porter ce nom aujourd’hui en Belgique.
Des chiffres et des êtres—
Sorti de l’Ecole polytechnique dans l’arme du génie, Jean-
Victor Poncelet (1788-1867) fut fait prisonnier durant la campagne de Russie. Pour
adoucir les ennuis de sa captivité, il se consacra, sans l’aide d’aucun livre, à des études
mathématiques. Ses travaux allaient pourtant s’avérer fondamentaux. En 1822, il publia
son Traité des propriétés projectives des figures qui marqua la création de la géométrie
projective basée sur l’emploi de la perspective et des sections planes, l’étude de diverses
transformations géométriques et l’introduction systématique des éléments à l’infini et des
éléments imaginaires. Poncelet écrivit aussi un traité de mécanique concernant la
propagation des mouvements. Il fut admis à l’Académie des sciences en 1834. Général en
1848, il dirigea l’Ecole polytechnique (1848-50), fut élu à l’Assemblée constituante et,
ayant refusé de servir le Second Empire, fut admis à la retraite en 1852. L’année
suivante, il fut honoré du grade de grand-officier de la Légion d’honneur.
Le saviez vous ? —
Une Marie Poncelet (1836-1916), épouse de Paul Maldan, est la
tante de l’écrivain Pierre Louis plus connu sous le nom de Pierre Louÿs.
Que de mots ! —
Le tonnelier François Poncelet, âgé de cinquante-quatre ans, né et
domicilié à Villy (Aisne), fut condamné à mort le 2 messidor an II, par le tribunal
révolutionnaire de Paris comme ennemi du peuple. Le motif ? Il avait dit à un citoyen, sur
l’exécution de la loi relative à la suppression des fleurs de lys et autres signes de la
royauté : “Voilà une belle f… loi ; je m’en f… bien de cette loi” ; il avait ajouté : “La
Convention et les corps administratifs nous feront périr ; que le diable les emporte !”.
Que de portefeuilles
! — Fils d’un mécanicien, Christian Poncelet est né à Blaise
(Ardennes) en 1928. Il commença sa carrière aux PTT et devint en 1953, contrôleur des
communications. Son parcours politique est important tant au niveau local que national. Il
fut ainsi, entre autres fonctions, député UNR-UDT des Vosges (1962-1973), secrétaire
(1962), vice-président (1967-1972) de la commission de la production et des échanges de
l’Assemblée nationale, président du conseil général des Vosges à partir de 1976,
secrétaire général adjoint de l’UDR (1971), sénateur RPR des Vosges à partir de 1977 et
maire de Remiremont à partir de 1983. Christian Poncelet fut encore secrétaire d’Etat
auprès du ministre chargé des Affaires sociales (1972-1973), secrétaire d’Etat auprès du
ministre de l’Emploi (1973-1974), secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargé de
la Fonction publique (1974), secrétaire d’Etat chargé du budget (1974), etc. Membre du
Conseil de l’Europe (1980-1984), il devint ensuite secrétaire national du RPR, chargé des
problèmes de société (1984), conseiller national du RPR chargé des problèmes financiers
et budgétaires (1986), président de la commission des finances au Sénat (1986-1998). De
1998 à 2008, Christian Poncelet occupe la fonction de président du Sénat.
L’homme de confiance de Cockerill
— Le menuisier et mécanicien Martin Poncelet
(1774-1844) était l’un des principaux ouvriers de William Cockerill lorsqu’il vint établir à
Liège un atelier dans lequel il fabriquait des machines à filer et à tisser. Ayant étudié le
dessin de la menuiserie et du tracé des machines, il devint l’un des hommes de confiance
de William Cockerill et fut chargé, en 1823, d’installer des ateliers à Berlin. Mais la
révolution de 1830 arrêta l’essor de cette industrie.
Le plus beau métier du monde
— L’archiviste et historien Edouard Poncelet (1865-
1947) était également président de la Commission royale