//img.uscri.be/pth/5773a0eb8ccce836f68df8cc3ac4d92d778e7be9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille RACINE

De
2 pages
RACINE

A l’origine — Racine : voici sans doute le surnom d’un paysan produisant ou vendant
des racines, c’est-à-dire des navets, des carottes et autres tubercules. De nos jours,
environ 5 000 personnes portent le patronyme Racine en France.
Le grand Racine — Jean Racine reste certainement le plus grand tragédien français. Né
à La Ferté-Melon en 1639, orphelin très tôt, il fut élevé chez les religieuses des Petites
Ecoles du monastère de Port Royal. Après des études de grec, il gagna la capitale où il
donna la représentation de sa première pièce La Thébaïde (1664). Racine créa ensuite,
dans une décennie pour le moins féconde, les pièces qui allaient devenir nos grands
classiques comme Alexandre (1665), Andromaque (1667), Britannicus (1669), Bérénice
(1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie (1674) et Phèdre (1677). L’échec de
cette dernière pièce le fit renoncer au théâtre pour devenir historiograhe de Louis XIV .
Douze ans plus tard, il se résolut à écrire à nouveau des pièces de théâtre : ce furent
Esther (1689) et Athalie (1691), tragédie durement attaquée par le parti dévot. Racine
réalisa d’autres œuvres comme ses Cantiques spirituels (1694) et un Abrégé de l’histoire
de Port Royal (publié en 1767), qui scella la réconciliation de Racine avec ses anciens
maîtres après des années de brouille. Auteur d’une œuvre incomparable, Jean Racine
réhabilita, par son sens de l’évolution dramatique, la scène tragique grecque.
La triste fin d’une illustre famille — Le ...
Voir plus Voir moins