//img.uscri.be/pth/19c2df1e5891ca03564b5c6e84fe06acceedf006
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,5 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille RAVIER

De
2 pages
RAVIER

A l’origine — Ravier était à l’origine le surnom d’un producteur ou un marchand de
raves. On recense en France près de 4 000 Ravier, principalement implantés en Savoie,
en Saône-et-Loire et dans le Rhône.
Des érudits — Plusieurs Ravier se sont distingués dans les lettres. Jules Ravier
s’adonnait à la poésie, livrant notamment le poème historique et en vers Paris-Barrières,
souvenir de trente ans (1872). Théodore Ravier était quant à lui l’auteur d’ouvrages
historiques comme L’Ethiopie et l’expansion européenne en Afrique orientale (1910).
Emile Ravier publia une Bibliographie de la philosophie de Leibniz (1929). Enfin, Pierre
Ravier du Magny (voir paragraphe suivant) fit l’apologie de Charles Jacquier, l’éloquence
faite homme (1845-1928), ouvrage publié en 1930.
Un enseignant militant — Issu d’une vieille famille de robe, fils d’un vice-président
démissionnaire du tribunal de Lyon, Pierre Ravier du Magny (1868-1947) fut élève des
jésuites à l’externat Saint-Joseph et aux facultés catholiques de Lyon. En 1898, il soutint à
Grenoble sa thèse de doctorat en droit et s’inscrit au barreau lyonnais. En parallèle, il fut
nommé maître de conférences à la Faculté catholique de droit de Lyon où il obtint une
chaire jusqu’en 1938. Il y enseigna l’histoire du droit, le droit administratif, le droit
international et la législation industrielle. Militant politique au service de la cause
monarchiste, il présida la section lyonnaise de l’Action française en 1927. Il joua un ...
Voir plus Voir moins
R
AVIER
A l’origine —
Ravier était à l’origine le surnom d’un producteur ou un marchand de
raves. On recense en France près de 4 000 Ravier, principalement implantés en Savoie,
en Saône-et-Loire et dans le Rhône.
Des
érudits
Plusieurs Ravier se sont distingués dans les lettres. Jules Ravier
s’adonnait à la poésie, livrant notamment le poème historique et en vers Paris-Barrières,
souvenir de trente ans (1872). Théodore Ravier était quant à lui l’auteur d’ouvrages
historiques comme L’Ethiopie et l’expansion européenne en Afrique orientale (1910).
Emile Ravier publia une Bibliographie de la philosophie de Leibniz (1929). Enfin, Pierre
Ravier du Magny (voir paragraphe suivant) fit l’apologie de Charles Jacquier, l’éloquence
faite homme (1845-1928), ouvrage publié en 1930.
Un enseignant militant
— Issu d’une vieille famille de robe, fils d’un vice-président
démissionnaire du tribunal de Lyon, Pierre Ravier du Magny (1868-1947) fut élève des
jésuites à l’externat Saint-Joseph et aux facultés catholiques de Lyon. En 1898, il soutint à
Grenoble sa thèse de doctorat en droit et s’inscrit au barreau lyonnais. En parallèle, il fut
nommé maître de conférences à la Faculté catholique de droit de Lyon où il obtint une
chaire jusqu’en 1938. Il y enseigna l’histoire du droit, le droit administratif, le droit
international et la législation industrielle. Militant politique au service de la cause
monarchiste, il présida la section lyonnaise de l’Action française en 1927. Il joua un rôle
important dans le fonctionnement des œuvres lyonnaises comme l’infirmerie Saint-Martin
et dans les sociétés destinées à assurer l’existence des congrégations ou des séminaires.
Le pape lui décerna la croix de commandeur de Saint-Grégoire-le-Grand. Proche du
catholicisme intransigeant et du nationalisme, il a consacré son existence à la défense des
causes religieuses. Il se retira de la vie publique après la débâcle de 1940 pour finir ses
jours dans son château du Magny, à Sarry, dans le Brionnais.
La tête coupée—
Gilbert Ravier, âgé de vingt-neuf ans, domicilié à Lyon, fut condamné
à mort comme contre-révolutionnaire le 28 frimaire an II par le comité révolutionnaire de
cette ville et guillotiné le même jour..
Un chevalet dans le paysage—
Le Lyonnais Auguste Ravier (1814-1895) vint à Paris en
1834 pour étudier le droit. Bien vite, il abandonna la faculté pour peindre ses premières
œuvres à Montmartre et dans la forêt de Fontainebleau. En 1839, il rencontra Corot qui le
conseilla et l’influença. D’un séjour en Italie en 1840-1842, il rapporta diverses toiles, dont
Le Tibre à Ostie et Le jardin d’une villa romaine, conservées au Louvre. Fixé à Crémieu
dans l’Isère, puis à Morestel, les paysages de la région, avec leurs ruisseaux et leurs
étangs, leurs plaines accidentées, sous un ciel tourmenté que barrent au loin les
montagnes de la Savoie, lui ont inspiré ses meilleures œuvres.
Les Ravier dans l’histoire —
Citons aussi : le peintre du XVème siècle Claude Ravier,
qui travaillait à Grenoble vers 1438 ; le peintre de scènes de genre Jeanne Ravier, qui
exposa ses œuvres au Salon des Artistes français à partir de 1888 ; le poète du XIXème
siècle Jules Ravier ; l’historien du XIXème siècle Emile Ravier, spécialiste de Leibniz ;
l’homme politique Gustave Ravier (1850-1918), député du Cher (1906-1910) ; Marie-
France Ravier née en 1938, trésorier-payeur de la Nièvre à partir de 1996 ; André Ravier,
né à Epinal en 1939, contrôleur général des armées et président de sociétés de
constructions mécaniques et d’armement ; l’énarque Paul-Henri Ravier, né en 1948,
directeur
des
relations
économiques
extérieures,
directeur
général
adjoint
de
l’Organisation mondiale du commerce à partir de 1999 ; Jean-Marc Ravier, né en 1961,
président de sociétés de bourse ; l’homme politique Guy Ravier, né en 1937, maire
d’Avignon (1989-1995), député socialiste du Vaucluse (1988-1993) et vice-président du
conseil général du département en 1982 ; etc.
Autres noms de même signification :
Raviez (18, Nord), Ravion (430, 420, Vienne),
Raviot (130, Côte-d’Or)...© Archives & Culture. Reproduction et