Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille REBOUL

De
2 pages
REBOUL

A l’origine — Dans le Midi de la France, le verbe rebouler signifie frapper à niveau,
comme le fait une boule dans un jeu de quille, mais aussi repousser avec rudesse.
Comme surnom, il peut avoir désigné des gens au caractère brutal ou bien des
personnes un peu fortes, “rondes comme des boules”. 6 600 Reboul sont recensés en
France aujourd’hui.
Dix générations de potiers ! — Une famille Reboul se distingue pour n’avoir compté
parmi ses membres que des potiers, et ce, sur plus de dix générations ! L’ancêtre,
Mathieu Reboul, originaire du Vivarais, s’installa à Dieulefit dans la Drôme en 1564. Dans
cette région riche de nombreux ateliers, il fut le premier de la lignée à fabriquer des
poteries à feu. Il transmit son métier en même temps que sa foi protestante à son fils
Fortunat Reboul, qui l’enseigna à ses fils, qui eux-mêmes l’apprirent à leurs enfants, à
leurs neveux et nièces ou cousins... Né en 1872, Henri-Frédéric Reboul, qui appartenait à
une autre branche de la famille, fut le dernier à exercer la profession. N’ayant eu de
successeur, il mit un terme à l’exceptionnelle lignée.
Les dangers de l’écriture — Né à Nîmes en 1560, Guillaume Reboul était issu d’une
famille protestante. Rapidement, il montra une certaine hostilité envers les théories
calvinistes, publiant des pamphlets anti-réformés comme Du schisme des prétendus
protestants (1597) et L’anti-huguenot (1598). Excommunié en 1598, il se convertit au
catholicisme tout en gardant son hostilité à toute ...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

R
EBOUL
A l’origine —
Dans le Midi de la France, le verbe rebouler signifie frapper à niveau,
comme le fait une boule dans un jeu de quille, mais aussi repousser avec rudesse.
Comme surnom, il peut avoir désigné des gens au caractère brutal ou bien des
personnes un peu fortes, “rondes comme des boules”. 6 600 Reboul sont recensés en
France aujourd’hui.
Dix générations de potiers ! —
Une famille Reboul se distingue pour n’avoir compté
parmi ses membres que des potiers, et ce, sur plus de dix générations ! L’ancêtre,
Mathieu Reboul, originaire du Vivarais, s’installa à Dieulefit dans la Drôme en 1564. Dans
cette région riche de nombreux ateliers, il fut le premier de la lignée à fabriquer des
poteries à feu. Il transmit son métier en même temps que sa foi protestante à son fils
Fortunat Reboul, qui l’enseigna à ses fils, qui eux-mêmes l’apprirent à leurs enfants, à
leurs neveux et nièces ou cousins... Né en 1872, Henri-Frédéric Reboul, qui appartenait à
une autre branche de la famille, fut le dernier à exercer la profession. N’ayant eu de
successeur, il mit un terme à l’exceptionnelle lignée.
Les dangers de l’écriture —
Né à Nîmes en 1560, Guillaume Reboul était issu d’une
famille protestante. Rapidement, il montra une certaine hostilité envers les théories
calvinistes, publiant des pamphlets anti-réformés comme Du schisme des prétendus
protestants (1597) et L’anti-huguenot (1598). Excommunié en 1598, il se convertit au
catholicisme tout en gardant son hostilité à toute représentation ecclésiastique. Installé à
Rome, il rédigea plusieurs satires attaquant la papauté, ce qui lui valut d’être emprisonné
pour blasphème. Condamné à mort, il fut exécuté en 1611. Ses pamphlets anti-
catholiques ne furent jamais publiés.
Préfets de père en fils —
La famille Reboul donna deux générations de préfets à la
France. Jean-Louis Reboul, né dans le Gard en 1836, fut préfet de l’Orne en 1880, de
l’Indre en 1882, du Finistère en 1883, du Puy-de-Dôme en 1885 et de la Seine-et-Marne
en 1888. Son fils Georges Reboul, né en 1888 dans le Gard, devint préfet de Meurthe-et-
Moselle en 1913 et du Calvados en 1916.
Epaulé par Lamartine —
Le poète Jean Reboul naquit à Nîmes en 1796. Autodidacte, il
fut apprenti boulanger avant de rencontrer le succès littéraire avec son poème L’ange et
l’enfant (1828). Alors aidé par Lamartine, il publia en 1836 des Poésies, préfacées par
Alexandre Dumas, puis en 1856 un autre recueil de poèmes, les Traditionnelles. En 1848,
il était devenu député du Gard.
Une parenté inattendue —
Le fils de Jules Verne, l’industriel, écrivain et cinéaste
Michel Verne, épousa une Jeanne Reboul, née à Béziers en 1866.
Les Reboul dans l’histoire —
Citons aussi : le savant géologue Henri-Paul Reboul, né à
Pézenas en 1763 et mort en 1839, membre de l’Académie des sciences de Toulouse
(1784), député à l’Assemblée législative sous la Révolution, administrateur général de la
Lombardie et agent général des finances de la république de Rome sous l’Empire, auteur
d’un Essai de géologie descriptive et historique (1835) et de nombreux articles pour les
Annales de sciences naturelles et la Mémoire de la société géologique de France ; le
portraitiste Jean-Baptiste Reboul (1810-1882) ; le peintre Nicodème Reboul, né en 1859 à
Molières-Cavaillac dans le Gard et mort en 1927, aquarelliste, dessinateur et architecte,
concepteur du pont oblique de Nîmes ; l’universitaire Georges Reboul, né en 1879 dans
le Gard, professeur de sciences aux universités de Nancy (1908-1912), Poitiers (1914),
Montpellier (1927-1948), auteur d’Un axiome universel, ses applications aux sciences
expérimentales ; l’écrivain Jacquette Reboul, née en 1937, conservateur en chef de la
bibliothèque de la Sorbonne à partir de 1986, auteur de plusieurs romans : Vieux roi
(1972), Face à face (1988), Raison ardente (1992) ; Jacques Reboul, né en 1947 à
Marseille, directeur général de Bull France à partir de 1996 ; etc.