//img.uscri.be/pth/cc40235de6152510689e6d0a988cdb306e6d86bc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille REDON

De
2 pages
REDON

A l’origine — L’ancien mot occitan redon signifie rond. Il était utilisé comme sobriquet
d’un homme rond, bien dodu. Dans certains cas, le nom peut aussi traduire la localité
d’origine de la famille : Redon en Bretagne. Environ 8 100 personnes répondent
actuellement au nom Redon en France. Elles sont nombreuses en Haute-Vienne et dans
le Puy-de-Dôme, ainsi qu’à Paris (émigration).
Un artiste visionnaire — Dessinateur, peintre et lithographe, le Bordelais Odilon Redon
(1840-1916) s’intéressa d’abord à la botanique et au monde animal. Il se lia ensuite avec
le graveur Bresdin et subit son influence. De 1863 à 1865, il travailla dans l’atelier du
célèbre Gérôme, mais apprécia peu son enseignement. Il se consacra d’abord au dessin
et fit montre d’un grand talent. Redon s’adonna à la gravure réalisant des albums et des
illustrations. L’artiste est l’un des principaux représentants du Symbolisme. Contrairement
aux naturalistes et aux impressionnistes, il ne se limitait pas au monde sensible ;
l’inconscient était sa principale source d’inspiration. Il s’appliqua à transcrire par l’image le
caractère spirituel des choses. Intime avec des poètes tels que Mallarmé ou Valery, il fit
preuve d’une imagination fantastique et visionnaire, créant un univers mystérieux peuplé
de monstres et d’hybrides décrits avec une précision naturaliste. A partir de 1890, Redon
abandonna sa période dite des “noirs” et se consacra progressivement au pastel, à la
peinture à l’huile, fit des ...
Voir plus Voir moins
R
EDON
A l’origine
— L’ancien mot occitan redon signifie rond. Il était utilisé comme sobriquet
d’un homme rond, bien dodu. Dans certains cas, le nom peut aussi traduire la localité
d’origine de la famille : Redon en Bretagne. Environ 8 100 personnes répondent
actuellement au nom Redon en France. Elles sont nombreuses en Haute-Vienne et dans
le Puy-de-Dôme, ainsi qu’à Paris (émigration).
Un artiste visionnaire —
Dessinateur, peintre et lithographe, le Bordelais Odilon Redon
(1840-1916) s’intéressa d’abord à la botanique et au monde animal. Il se lia ensuite avec
le graveur Bresdin et subit son influence. De 1863 à 1865, il travailla dans l’atelier du
célèbre Gérôme, mais apprécia peu son enseignement. Il se consacra d’abord au dessin
et fit montre d’un grand talent. Redon s’adonna à la gravure réalisant des albums et des
illustrations. L’artiste est l’un des principaux représentants du Symbolisme. Contrairement
aux naturalistes et aux impressionnistes, il ne se limitait pas au monde sensible ;
l’inconscient était sa principale source d’inspiration. Il s’appliqua à transcrire par l’image le
caractère spirituel des choses. Intime avec des poètes tels que Mallarmé ou Valery, il fit
preuve d’une imagination fantastique et visionnaire, créant un univers mystérieux peuplé
de monstres et d’hybrides décrits avec une précision naturaliste. A partir de 1890, Redon
abandonna sa période dite des “noirs” et se consacra progressivement au pastel, à la
peinture à l’huile, fit des recherches de mélange de matières et représenta des bouquets
de fleurs aux tons rares, des portraits idéalisés, des figures mythiques et de grandes
décorations murales. Redon a marqué l’histoire de l’art, influençant les Nabis et
annonçant les Surréalistes.
Un talent de famille —
La célébrité d’Odilon en ferait presque oublier que son frère
Gaston (1853-1921) avait les mêmes prédispositions artistiques : aquarelliste, dessinateur
et architecte, il devint en 1914 professeur à l’Ecole de Beaux-Arts de Paris. Comme
architecte, on lui doit le monument funéraire de César Franck au cimetière du
Montparnasse à Paris.
Par-delà les régimes—
Né à Riom où il s’est éteint en 1825, Redon était avocat
lorsqu’en 1789 il fut député aux états généraux par la sénéchaussée de sa ville natale. Il
prit place à la droite. Il échappa aux luttes sanglantes de la Terreur, revint à Paris fin
1794, mais, désigné comme réactionnaire, il retourna dans sa province après le 13
vendémiaire. Il reparut sous le Consulat et fut nommé président de la cour d’appel de
Riom et premier président en 1811. Confirmé dans ses fonctions par les Bourbons, Redon
démissionna en 1818.
Au service de l’Etat—
Issu d’une des plus anciennes familles bretonnes, le comte Jean-
Claude Redon de Beaupréau (1738-1815) entra dans l’administration de la marine en
1757 et fut successivement commissaire dans divers ports ou aux colonies, contrôleur de
la marine à Rochefort (1777) et intendant du port de Brest. Destitué puis incarcéré à la
Révolution, il fut mis en liberté après le 9 thermidor. En 1797, le parti modéré le porta
comme candidat au Directoire. S’étant prononcé en faveur de Bonaparte, Redon de
Beaupréau devint membre du Conseil d’Etat. En 1800, il fut nommé président du conseil
des prises. Cette même année, il devint préfet maritime à Lorient, puis revint au Conseil
d’Etat. Il fut fait comte en 1808. Deux ans plus tard, il passa au Sénat et, en 1814, à la
Chambre des Pairs.
Les Redon dans l’histoire—
Mentionnons encore, parmi les Redon fameux : le
diplomate et homme politique du premier Empire Redon de Belleville (1748-1820) ; le
paysagiste Pierre Maurice Redon ; le chanoine Elie Redon, auteur de nombreux
ouvrages ; le peintre, graveur et lithographe Georges Redon (1869-1943), qui décora
plusieurs restaurants de Montmartre et créa de nombreuses illustrations humoristiques ;
l’actrice Arlette Redon, née à Paris en 1910 ; etc.
Autres noms de même signification :
Redhon (130, Cher), Redondaud (40, Hauts-
de-Seine), Redondeau (30, région parisienne), Redondie (50, Cantal),