//img.uscri.be/pth/45781400615657105fdb90ba7d04191bd8650d3d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille RENOU

De
2 pages
RENOU

A l’origine — Renou vient d’un ancien nom de baptême, lui-même issu d’un nom
d’origine germanique, Raginwolf, formé des racines ragin et wolf (conseil et loup). Près
de 8 700 personnes portent actuellement ce patronyme. Leurs principaux foyers
d’implantation sont le Maine-et-Loire, la Vendée et la Loire-Atlantique.
Un grand orientaliste — Louis Renou (1896-1966) est considéré ...
Voir plus Voir moins
R
ENOU
A l’origine —
Renou vient d’un ancien nom de baptême, lui-même issu d’un nom
d’origine germanique, Raginwolf, formé des racines ragin et wolf (conseil et loup). Près
de 8 700 personnes portent actuellement ce patronyme. Leurs principaux foyers
d’implantation sont le Maine-et-Loire, la Vendée et la Loire-Atlantique.
Un grand orientaliste
— Louis Renou (1896-1966) est considéré comme l’un des plus
grands orientalistes du XXème siècle. Les compétences érudites de cet indianiste et
grammairien de formation concernaient aussi bien les langues, les littératures et les
cultures indiennes. Ses titres les plus connus sont celui sur La civilisation de l’Inde
ancienne (1950) et celui sur Les Littératures de l’Inde (1966).
Le premier Européen au Tibet —
Le père Charles-René Renou, né en 1812, fut le
premier Occidental à gagner le Tibet. Entré aux missions étrangères en 1846, ordonné
prêtre un an plus tard, il gagna la Chine comme missionnaire et fut en 1848 le premier
Européen à franchir la frontière du Tibet malgré l’interdiction chinoise. Reconnu, ramené
sous escorte à Canton, il dut y demeurer pendant trois ans avant de lancer une nouvelle
tentative, cette fois couronnée de succès, vers le Tibet, franchissant la frontière, déguisé
en paysan chinois, par le fleuve Yunnan. Il séjourna dix mois dans une lamasserie,
apprenant la langue et rédigeant un dictionnaire franco-tibétain. Il lança une nouvelle
expédition en 1854-1855 et tenta vainement de développer une mission agricole dans la
vallée tibétaine du Bonga. Il mourut en 1863.
Tout pour la médecine —
Plusieurs Renou ont consacré leur vie à soigner les autres.
Evoquons ainsi : le docteur Jean de Renou, né au XVIème siècle, praticien novateur,
auteur du traité Dispentarium galinochymicum qui connut un grand succès (1608) ; le
docteur Joseph Renou (1740-1809), chirurgien, procureur-syndic de Saint-Florent-le-Vieil
pendant la Révolution, qui devint par la suite pharmacien des hôpitaux de Brest et de
Nantes, puis conservateur du muséum d’histoire naturelle d’Angers (1806) ; ou encore le
docteur Pierre-Marie Renou, né à Nantes en 1763 et mort en 1815, fondateur et
président de la Société académique de Nantes...
Les Renou dans la Grande Guerre —
Parmi les Renou qui ont combattu en 1914-
1918, mentionnons à titre d’exemple le capitaine au 254ème d’infanterie G. Renou, cité
en ces termes à l’ordre de l’armée : “Officier d’une bravoure hors de pair. Ayant reçu le 5
septembre, au dernier moment, l’ordre de participer à une attaque qu’allait engager un
bataillon voisin, a rassemblé froidement sa troupe en avant de la tranchée, puis dans un
élan irrésistible, a entraîné à sa suite tous les éléménts d’assaut, assurant par son
magnifique exemple le succès de l’opération”.
Les Renou dans l’histoire —
Citons également : l’échevin Mathieu Renou, maire
d’Angers en 1685 ; le père oratorien Jean-Baptiste Renou, né à Angers et mort en 1701,
supérieur de la maison de Laon, qui rédigea une Méthode pour apprendre facilement les
langues hébraïque et chaldaïque publiée après sa mort en 1708 ; l’artiste Antoine Renou,
né en 1731, peintre du roi, secrétaire de l’Académie de peinture de Paris (1790), critique
d’art, auteur de la tragédie Térée et Philomène (1773) ; le graveur J. Renou, né au
XVIIIème siècle, qui grava essentiellement des partitions musicales ; son épouse, l’artiste
Louise-Antoinette Renou, née en 1744, qui exerça elle aussi la gravure ; le prêtre
constitutionnel Denis-Jacques Renou, fervent révolutionnaire qui renonça au sacerdoce et
qui écrivit deux hymnes pour la fête de l’Etre suprême ; le parlementaire Victor Renou
(1845-1904), député de la Seine (1896-1902) ; etc.
Autre nom de même signification :
Renouf (3 300, Manche), Renoul (300, Ille-et-
Vilaine), Renoux (5 500, Charente-Maritime)...© Archives & Culture. Reproduction et
diffusion interdites. Usage privé seulement.