//img.uscri.be/pth/7e9be9d953c8112ceadacfe38694681d22fc98b3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille REYNARD

De
2 pages
REYNARD

A l’origine — Le patronyme Reynard vient d’un ancien nom de personne d’origine
germanique, Raginhard, composé des racines ragin (conseil) et hard (fort). On trouve
aujourd’hui plus de 2 500 personnes de ce nom en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont, dans l’ordre, le Rhône, le Vaucluse et la Loire.
Le promoteur insatiable des sciences physiques — L’abbé Justinien Reynard fut
l’un des premiers scientifiques à populariser les sciences physiques. Né en 1740, il
professa la physique à Amiens. Il innova, notamment, en dispensant ses cours en
français. Il contribua, par ses leçons publiques, à sortir la physique de son isolement
universitaire. Il s’installa à Paris en 1782 et y créa un cours particulier. Il se consacra
également à la recherche scientifique et popularisa les expériences de Lavoisier et de
Parmentier. Retiré à la fin de sa vie à Amiens, il y fonda une école pour les pauvres et
s’éteignit en 1818.
Un député et pair de France — Né à Marseille et mort en Suisse, André-Elysée
Reynard (1799-1861), fils du magasinier Jean Silvestre Reynard, fonda en 1820 le
Phocéen et le Cercle académique. Rédacteur de l’Aleyron et de l’Athénée sous le
ministère Martignac, il s’impliqua dans les événements de 1830 et porta à Louis-Philippe
l’adhésion de l’assemblée des notables de Marseille. A son retour, il devint député du 1er
collège des Bouches-du-Rhône. Réélu cinq fois de 1831 à 1842, il vota en 1830 avec les
députés, se rallia au ministère en ...
Voir plus Voir moins
R
EYNARD
A l’origine —
Le patronyme Reynard vient d’un ancien nom de personne d’origine
germanique, Raginhard, composé des racines ragin (conseil) et hard (fort). On trouve
aujourd’hui plus de 2 500 personnes de ce nom en France. Leurs trois premiers
départements d’implantation sont, dans l’ordre, le Rhône, le Vaucluse et la Loire.
Le promoteur insatiable des sciences physiques —
L’abbé Justinien Reynard fut
l’un des premiers scientifiques à populariser les sciences physiques. Né en 1740, il
professa la physique à Amiens. Il innova, notamment, en dispensant ses cours en
français. Il contribua, par ses leçons publiques, à sortir la physique de son isolement
universitaire. Il s’installa à Paris en 1782 et y créa un cours particulier. Il se consacra
également à la recherche scientifique et popularisa les expériences de Lavoisier et de
Parmentier. Retiré à la fin de sa vie à Amiens, il y fonda une école pour les pauvres et
s’éteignit en 1818.
Un député et pair de France —
Né à Marseille et mort en Suisse, André-Elysée
Reynard (1799-1861), fils du magasinier Jean Silvestre Reynard, fonda en 1820 le
Phocéen et le Cercle académique. Rédacteur de l’Aleyron et de l’Athénée sous le
ministère Martignac, il s’impliqua dans les événements de 1830 et porta à Louis-Philippe
l’adhésion de l’assemblée des notables de Marseille. A son retour, il devint député du 1er
collège des Bouches-du-Rhône. Réélu cinq fois de 1831 à 1842, il vota en 1830 avec les
députés, se rallia au ministère en 1834, vota la loi sur les associations et fut membre de la
commission de l’Algérie. En récompense de son dévouement, il devint pair de France en
1846 et continua de soutenir le gouvernement. Conseiller général en 1830, conseilleur
municipal et adjoint au maire de Marseille, membre du Conseil supérieur du commerce
en 1833, il fut maire de Marseille, fonction qu’il conserva jusqu’en 1848. Lors des
événements de février, il s’opposa à l’établissement d’un conseil municipal républicain
mais il dut s’incliner.
Encore des élus locaux !
— D’autres personnalités politiques ont marqué l’histoire.
Evoquons : Auguste Reynard, maire de Meyrargues dans les Bouches-du-Rhône de 1922
à 1926 ; Jean-Louis Reynard, maire de Villeneuve-Loubet dans les Alpes-Maritimes de
1935 à 1937 ; Luc Reynard, maire de Bédoin dans le Vaucluse en 2001 ; ainsi que Claude
Reynard, maire de Pompignan dans le Gard en 2001.
Plumes, pinceaux et images —
Plusieurs Reynard se distinguèrent dans les arts et les
letters. Evoquons parmi eux : Flora Reynard, peintre française du XIXème siècle, née
Géraldy ; Ovide Michel, peintre, calligraphe et lithographe français né en 1817 ; Grant
Reynard, né en 1887, s’illustra quant à lui dans la gravure et l’illustration tandis que le
peintre belge Victor Reynard, né en 1881, est l’auteur de nombreux portraits et figures
l’illustrateur Guillaume Reynard, né en 1972 ; le poète parisien Jean-Michel Reynard
(1950-2004) ; le photographe parisien Nicolas Reynard (1959-2004), mort à Manaus au
Brésil ; Pierre Claude Reynard, historien français, enseignant à l’université d’Ontario en
2002, et auteur de Histoires de papier (2002).
Les Reynard dans l’histoire —
Citons aussi : l’ingénieur François Reynard, qui publia
Etudes sur diverses lois des phénomènes physiques et chimiques (1874) ; l’historien Henri
Reynard-Lespinasse, auteur d’un Armorial historique du diocèse et de l’état d’Avignon
(1875) ; le botaniste Joachim Reynard, auteur de livres comme, notamment, L’arbre
(1905) et Un ami des arbres (1905) ; Joseph Reynard, agent voyer à Riom et conférencier
né en 1836 ; Clotaire Reynard, né en 1892 en Haute-Loire ; et Pierre Marie Reynard, né
en 1898 dans la Loire, qui s’illustrèrent dans l’aéronautique en 1914-1918 ; Gérard Joseph
Reynard (1927-1946), né en Haute-Savoie et mort pendant la guerre d’Indochine ;
Guillaume Reynard, réalisateur français de documentaires du XXème siècle ; le diplomate
Thierry Reynard, né en Tunisie en 1942, ambassadeur de France en Malaisie