//img.uscri.be/pth/0471b7212ec351ea77a6222675d7655b5085504d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille RICHARD

De
2 pages
RICHARD

A l’origine — Le patronyme Richard dérive du nom de baptême, lui-même issu d’un
nom germanique composé de : ric, puissant, et -hard, dur. On compte environ 105 800
Richard aujourd’hui en France, ce qui en fait un nom très porté.
Il soigna Louis XV — Le baron François-Marie-Claude Richard de Hantesierck contribua
à la guérison de Louis XV à Metz en 1744. Nommé premier médecin de l’armée, il
participa aux campagnes de Flandre et d’Allemagne puis, en 1763, la paix conclue, il fut
nommé inspecteur général des hôpitaux du royaume.
De Richard à Richard-Lenoir — L’industriel François Richard (1765-1839) fonda avec
son associé Lenoir-Dufresne la première filature de coton. Celui-ci lui fit promettre sur son
lit de mort en 1806 de ne jamais séparer leurs deux noms. Napoléon, qui appréciait
l’influence de Richard sur le faubourg Saint-Antoine, le nomma en 1813 chef de la
huitième légion de la garde nationale parisienne dans ce quartier où un boulevard porte
désormais son nom, lié à celui de son associé.
Le premier ministre de la culture — Maurice-Louis Richard (1832-1888) devint député
de Seine-et-Oise en 1863. On créa à son profit un ministère des Beaux-Arts, le premier
du genre, qui préfigurait en quelque sorte notre moderne ministère de la Culture. La
chute de l’Empire et la défaite brisèrent sa carrière.
Des comédiens populaires — De nombreux Richard ont entrepris une carrière au
cinéma ou au théâtre. Mentionnons entre autres : le comique populaire Jean Richard, ...
Voir plus Voir moins
R
ICHARD
A l’origine —
Le patronyme Richard dérive du nom de baptême, lui-même issu d’un
nom germanique composé de : ric, puissant, et -hard, dur. On compte environ 105 800
Richard aujourd’hui en France, ce qui en fait un nom très porté.
Il soigna Louis XV
— Le baron François-Marie-Claude Richard de Hantesierck contribua
à la guérison de Louis XV à Metz en 1744. Nommé premier médecin de l’armée, il
participa aux campagnes de Flandre et d’Allemagne puis, en 1763, la paix conclue, il fut
nommé inspecteur général des hôpitaux du royaume.
De Richard à Richard-Lenoir
— L’industriel François Richard (1765-1839) fonda avec
son associé Lenoir-Dufresne la première filature de coton. Celui-ci lui fit promettre sur son
lit de mort en 1806 de ne jamais séparer leurs deux noms. Napoléon, qui appréciait
l’influence de Richard sur le faubourg Saint-Antoine, le nomma en 1813 chef de la
huitième légion de la garde nationale parisienne dans ce quartier où un boulevard porte
désormais son nom, lié à celui de son associé.
Le premier ministre de la culture
— Maurice-Louis Richard (1832-1888) devint député
de Seine-et-Oise en 1863. On créa à son profit un ministère des Beaux-Arts, le premier
du genre, qui préfigurait en quelque sorte notre moderne ministère de la Culture. La
chute de l’Empire et la défaite brisèrent sa carrière.
Des comédiens populaires —
De nombreux Richard ont entrepris une carrière au
cinéma ou au théâtre. Mentionnons entre autres : le comique populaire Jean Richard, né
en 1921, qui fut d’abord dessinateur caricaturiste, entrepreneur de spectacles et
concessionnaire des spectacles français en Allemagne occupée. L’une de ses meilleures
interprétations est dans La Guerre des Boutons d’Yves Robert. Il monta le cirque Jean
Richard, le Zoo d’Ermenonville, la série des Maigret à la télévision. Le comédien,
scénariste et réalisateur Pierre Richard, de son vrai nom Defays, né en 1934, interprète
les pierrots lunaires et autres marginaux de la vie quotidienne. Il s’imposa avec Le Distrait
en 1969, interpréta de nombreux rôles à succès pour Yves Robert (Le Grand Blond avec
une chaussure noire) et Francis Veber. Il forme avec Depardieu un classique couple de
comédie, à la fois opposé et complémentaire (La Chèvre). Citons aussi Pierre Richard-
Wilm (1896-1983), qui débuta au théâtre de l’Odéon à Paris et joua les jeunes premiers
“romantiques bourgeois” au cinéma, notamment dans Le Carnet de bal de Julien Duvivier
; enfin, Jean-Pierre Richard, né en 1937, scénariste, producteur et réalisateur de
télévision.
Les Richard dans l’histoire
— Parmi les autres personnages notables ayant pu faire
parler d’eux au cours des siècles, mentionnons : le botaniste Louis-Claude-Marie Richard
(1754-1821), qui explora la Guyane française et les Antilles ; le mathématicien Claude
Richard (1589-1664), né en Bourgogne, professeur au collège de Madrid ; René Richard
(1654-1727), historiographe de France et censeur royal ; le théologien Charles-Louis
Richard (1711-1794), abattu par les républicains en 1794 à Mons (Pays-Bas) où il s’était
réfugié ; l’abbé F. Richard (1730-1814), poète du Limousin ; le conventionnel Joseph-
Charles Richard (1752-1834) ; le missionnaire Gabriel Richard (1764-1832), mort du
choléra à Détroit ; le baron Duberherern Richard-Daubigny, administrateur des Postes
puis conseiller d’Etat sous Louis XVI, qui devint après la révolution le créateur du
traitement des aliénés dans l’hôpital de la Salpêtrière ; François-Marie-Benjamin Richard
de la Vergne (1819-1908), archevêque de Paris et cardinal qui consacra le Sacré-Cœur de
Montmartre ; le critique littéraire Jean-Pierre Richard, né en 1922, qui tenta d’esquisser
l’imaginaire des écrivains, de faire la synthèse de l’esprit et de la lettre, du fond et de la
forme ; Alain Richard, né en 1945, député à plusieurs reprises du Val-d’Oise, ancien vice-
président de l’Assemblée nationale, ministre ; Colette Richard, né en 1935, spéléologue,
première femme alpiniste et spéléologue aveugle, auteur d’ouvrages traduits en cinq