//img.uscri.be/pth/5291bfaab3f3bfb518b0cb67ff88a41c39bb9855
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ROBINEAU

De
2 pages
ROBINEAU

A l’origine — Le patronyme Robineau vient du nom de baptême Robin, lui-même issu
d’un nom de baptême d’origine germanique, Hrodbert, formé des racines hrod et bert
(gloire et brillant). Ce nom, actuellement porté par 4 200 personnes, a pour principaux
foyers d’implantation le Maine-et-Loire et l’Indre-et-Loire.
Une famille de notables — Les Robineau de Bougon, seigneurs de Vignerolles, Bougon
et Chevreland, sont une très vieille famille originaire de l’Anjou et du pays nantais. Jean
Robineau de Bougon, né au XVème siècle, était secrétaire de François Ier. Vincent-Marc
Robineau de Bougon, né au XVIIIème siècle, devint à son tour secrétaire du roi en 1741.
Joseph-Félicité Robineau de Bougon, né en 1773 dans l’actuel département de Loire-
Atlantique, était colonel de la garde nationale et conseiller municipal de Nantes pendant
la Révolution. Il devint député de Châteaubriant en 1834. Son frère, Marie-Joseph-Louis-
Jérome Robineau de Bougon, né à Bouguenais en Loire-Inférieure en 1778 et mort en
1851, capitaine du génie et maire du village du Louroux-Béconnais (1813-1846), fut élu
député du Maine-et-Loire en 1831, 1832, 1837 et de 1839 à 1841.
L’Angleterre, la Bretagne et Paris — Plusieurs artistes ont porté le nom de Robineau
mais ont exercé leur art dans des régions fort variées. Le sculpteur d’ornements Denis
Robineau, mort en 1776, fut élu en 1743 membre de l’Académie Saint-Luc, qu’il dirigea
en 1753 et 1755. Doué de tous les talents, Charles Robineau était au ...
Voir plus Voir moins
R
OBINEAU
A l’origine —
Le patronyme Robineau vient du nom de baptême Robin, lui-même issu
d’un nom de baptême d’origine germanique, Hrodbert, formé des racines hrod et bert
(gloire et brillant). Ce nom, actuellement porté par 4 200 personnes, a pour principaux
foyers d’implantation le Maine-et-Loire et l’Indre-et-Loire.
Une famille de notables —
Les Robineau de Bougon, seigneurs de Vignerolles, Bougon
et Chevreland, sont une très vieille famille originaire de l’Anjou et du pays nantais. Jean
Robineau de Bougon, né au XVème siècle, était secrétaire de François Ier. Vincent-Marc
Robineau de Bougon, né au XVIIIème siècle, devint à son tour secrétaire du roi en 1741.
Joseph-Félicité Robineau de Bougon, né en 1773 dans l’actuel département de Loire-
Atlantique, était colonel de la garde nationale et conseiller municipal de Nantes pendant
la Révolution. Il devint député de Châteaubriant en 1834. Son frère, Marie-Joseph-Louis-
Jérome Robineau de Bougon, né à Bouguenais en Loire-Inférieure en 1778 et mort en
1851, capitaine du génie et maire du village du Louroux-Béconnais (1813-1846), fut élu
député du Maine-et-Loire en 1831, 1832, 1837 et de 1839 à 1841.
L’Angleterre, la Bretagne et Paris —
Plusieurs artistes ont porté le nom de Robineau
mais ont exercé leur art dans des régions fort variées. Le sculpteur d’ornements Denis
Robineau, mort en 1776, fut élu en 1743 membre de l’Académie Saint-Luc, qu’il dirigea
en 1753 et 1755. Doué de tous les talents, Charles Robineau était au XVIIIème siècle à la
fois musicien, portraitiste et graveur. Il a travaillé à la fois en Angleterre et en France, où
il fut nommé inspecteur des écoles de dessin. Il est décédé en 1787. Son fils, Auguste
Robineau s’orienta seulement vers la peinture et exposa des portraits au Salon de Paris
de 1791 à 1798. Elève de Regnault, la jeune Claire Robineau exposa quant à elle de 1804
à 1824 des paysages et des sujets de genre. Quant à Fernand-Désiré Robineau-Sallard
(1823-1870), il participa aux Salons de 1848 à 1870 avec des portraits à l’huile et au
pastel. Mais c’est surtout avec ses scènes du folklore breton qu’il a connu le succès.
De Tahiti au Conseil d’Etat —
Plusieurs Robineau ont publié, dans les domaines les
plus variés. Claude Robineau a étudié pendant une vingtaine d’années les îles du
Pacifique, avec des titres comme : Moorea (1971, réédité en 1978), Tradition et
modernité aux îles de la Société (1984), Du coprah à l’atome (1984) ou Les racines
(1984). Olivier Robineau a publié des manuels techniques comme Hewlett-Packard en
1994. L’enseignante Anne-Gaëlle Robineau commente des rééditions d’œuvres classiques
de la littérature française. Maryvonne Robineau est l’auteur du titre Et leur vie c’est la
terre, paru en 2002. Enfin, le juriste Yves Robineau a écrit des ouvrages de droit souvent
réédités, comme celui sur Le Conseil d’Etat (1994 et 2002).
Les Robineau dans l’histoire
— Evoquons encore : les cinq Robineau guillotinés sous
la Révolution comme “brigands de la Vendée”, c’est-à-dire comme chouans : François, de
La Chapelle-Aubry, Jean, de la Jumelière, Joseph, de Chemillé, Jacques, de Riaille, et
François Robineau, de Chemillé ; le naturaliste Jean-Baptiste Robineau-Desvoidy (1799-
1862), auteur de découvertes importantes sur les crustacés et les arthropodes, qui publia
notamment La géologie et paléontologie de l’Yonne et L’histoire naturelle des diptères des
environs de Paris (1863) ; le général Lucien Robineau, né en 1931 à Vinon (Cher),
général de division aérienne (1982), directeur du service historique de l’armée de l’air de
1985 à 1994, nommé membre de l’Académie nationale de l’Air et de l’Espace en 1992 ;
etc.
Autres noms de même signification :
Robel (25, Guadeloupe), Robelin (1 200,
Saône-et-Loire),
Robequin
(80,
Bouches-du-Rhône),
Robert
(113
000,
Réunion),
Roberteau (150, Gironde), Robertet (90, Saône-et-Loire), Robertié (25, Charente),
Robertier (10, Meurthe-et-Moselle), Roberty (220, Paris), Robesson (120, Savoie), Robin
(56 000, Vendée), Robinat (30, Indre), Robine (1 900, Manche), Robinet (8 000, Paris),
Robinot (1 100, Vosges), Robiot