//img.uscri.be/pth/42b329d52b9d8946fe13c4968cfe3b130076da27
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ROSE

De
2 pages
ROSE

A l’origine — Ce patronyme vient du nom de baptême féminin qui se rattache au
mysticisme chrétien du IIIème siècle, époque à laquelle la rose était le symbole de la
pudeur. Il ne fut popularisé qu’au XIIIème siècle. On compte près de 12 000 porteurs de
ce nom aujourd’hui en France.
Des parentés inattendues — Par son ancêtre Antoinette Rose (1827-1864), l’ancien
Premier ministre Raymond Barre est apparenté au duc de Trévise, Napoléon Mortier
(1835-1892) et à l’homme politique Charles-Henri de Cossé-Brissac. La boutiquière
Palmyre-Josèphe Rose (1869-1922), boutiquière était l’arrière-grand-mère de Michèle
Demessine, née en 1947, ministre du Tourisme en 1997. Une Léontine Rose (1859-1881)
était, quant à elle, la tante du député et patron de la célèbre marque de champagne
Pierre-Charles T aittinger (1887-1965), père de l’homme politique Pierre-Christian
Taittinger, né en 1926, sénateur et ancien ministre.
Un ligueur acharné — Guillaume Rose (1542-1602), évêque de Senlis, combattit avec
force les thèses calvinistes. Mais comme il fut accusé d’entretenir une liaison avec la fille
du président du parlement local, il radicalisa ses sermons et rallia la ligue ultra catholique
du duc de Guise pour prouver sa pureté spirituelle. Il s’attaqua particulièrement au roi
Henri III, coupable aux yeux de l’évêque de favoriser les partisans de la tolérance envers
les réformés. Guillaume Rose fit même l’apologie de Jacques Clément, moine fanatique
assassin de Henri III. A l’avènement ...
Voir plus Voir moins