//img.uscri.be/pth/44649ce68743a0846a270df333aa1f33f2ef46d6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille ROUVIER

De
1 page
ROUVIER

A l’origine — Le mot rouvre signifiait chêne. Rouvier désignait à l’origine un lieu-dit
planté de chênes et, par extension, celui qui y vivait. Environ 2 600 personnes de ce nom
sont actuellement recensées en France. Leurs trois premiers départements d’implantation
sont, dans l’ordre, le Var, l’Hérault et les Bouches-du-Rhône.
Il sépara l’Eglise et l’Etat — Maurice Rouvier, né à Aix-en-Provence en 1842, débuta
sa carrière comme journaliste à La République française de Gambetta. Il s’investit dans le
combat politique et fut élu député en 1871, siège qu’il conserva jusqu’en 1903. Durant
trente années, Maurice Rouvier occupa les plus hautes charges de l’Etat. Il devint dans
un premier temps ministre du Commerce (1881-1882 et 1884-1885), puis se spécialisa
dans les questions financières. Président du Conseil en 1887, il prit position contre le
boulangisme et, lors du scandale du trafic des décorations, il se retira pour forcer Grévy à
démissionner. Ministre des Finances de 1889 à 1892, il dut quitter ce poste lors du
scandale de Panama. Rappelé au ministère des Finances dans le cabine Combes (1902-
1905), il succéda à ce dernier comme président du Conseil, jusqu’en 1906, et fit voter à
ce titre la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat en 1905. Après le discours de T anger, il
se chargea, suite à la démission de Delcassé, du portefeuille des Affaires étrangères
(1905-1906) et prépara la conférence d’Algésiras. Il finit sa vie politique comme sénateur,
fonction ...
Voir plus Voir moins