Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 1,50 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Vous aimerez aussi

S
ALMON
A l’origine —
Le patronyme Salmon peut correspondre à une forme contractée du
prénom biblique Salomon, qui signifiait le pacifique. Mais, en ancien français, salmon
veut aussi dire saumon. Le mot aurait alors pu, par extension, désigner un pêcheur ou
un vendeur de ce poisson. Il est aujourd’hui porté par près de 15 000 personnes. La
Belgique compte actuellement 1 500 Salmon.
Au service des rois —
Plusieurs Salmon se distinguèrent par leur connaissance des
langues latines et grecques. Jean Salmon, né en 1490, surnommé Maigret en raison de
sa minceur, devint le précepteur de Claude et Honoré de Savoie en 1520, puis le valet de
chambre de François Ier. Cet érudit était l’un des grands poètes latins du XVIème siècle.
Il publia Carnimum lib en 1530 et Odarum lib en 1537. Son fils Charles Salmon était le
précepteur de Catherine de Bourbon, sœur d’Henri IV. Grand spécialiste des langues
anciennes qu’il enseignait, il adhéra aux thèses calvinistes. Il compte parmi les victimes
des massacres de la Saint-Barthélemy en 1572.
Antiquaires et écrivains britanniques —
Le nom est aussi largement porté de l’autre
côté de la Manche. Thomas Salmon, mort en 1710, était un spécialiste anglais du clavecin
dont il améliora les performances. Cet antiquaire publia Essay to the advancemement of
music by casting away the perplexity of different cliffs (1672). Son fils aîné Thomas
Salmon débuta sa carrière dans la marine et effectua des voyages au long cours. A son
retour en Angleterre, il se consacra à l’écriture et publia Modern history or present state
of all nations et history of England. Il s’éteignit en 1743. Son frère cadet Nathanaël
Salmon (1676-1742), était à la fois antiquaire et médecin. Il publia A survey of the roman
antiquities in the midland counties in England (1726). Parmi les Salmon anglais, citons
aussi l’inventeur anglais Robert Salmon (1763-1821), mécanicien, qui innova dans la
construction et l’utilisation du bois.
Exercices de mémoire
— Fils de Henri-Guillaume Salmon, tailleur et bon musicien, le
littérateur Jean-Joseph-Alexis Salmon (1856-1900) Alexis était professeur à Namur de
1879 à 1884 puis à Bruxelles jusqu’en 1895. Entre 1898 et 1900, il fit partie du conseil de
perfectionnement de l’enseignement moyen. Il occupait ses loisirs à l’écriture de manuels
scolaires très appréciés, comme le Recueil d’exercices de mémoire à l’usage des écoles
primaires ou les Exercices de lexicologie latine, fondés sur la parenté qui existe entre la
langue latine et la langue française.
Bois,
rail
et
comptabilité—
Le comptable Henri Salmon (1861-1940) travailla
rapidement comme ébéniste après une éducation sommaire. Après son service militaire,
au cours duquel il se fit remarquer par sa volonté et son courage, il suivit des cours de
comptabilité à l’Ecole industrielle de Bruxelles et obtient le diplôme de comptable. Il est
alors engagé par la Compagnie des Chemins de fer du Congo et envoyé là-bas. Il
accomplit pour cette Compagnie un grand travail, même pendant la Première Guerre
mondiale.
France-Soir —
L’un des Salmon les plus connus est sans doute l’homme politique et
journaliste Robert Salmon, né en 1918. Député de la Seine dans l’Assemblée constituante
de 1945, élu conseiller municipal de Paris de 1945 à 1947, il est le président fondateur de
France-Soir et le fondateur de la revue Réalités (1946) qu’il dirigea de 1974 à 1976. Il fut
également professeur et membre du conseil de direction de l’Institut d’études politiques
de Paris et administrateur de la RFP de 1968 à 1979.
Les Salmon dans l’histoire —
Citons également : le diplomate Pierre Salmon dit le
fruictier, confident du roi de France Charles VI et son ambassadeur auprès des
souverains européens, auteur d’un titre sur Les demandes faites par le roi Charles VI
touchant l’Etat et le gouvernement de sa personne avec les réponses de Salmon ; l’érudit
François
Salmon
(1676-1736),
spécialiste
des
langues
savantes
dont
l’hébreu,
bibliothécaire de la Sorbonne et auteur d’un Traité de l’étude des conciles et de leurs
collections en 1724 ; le théologien Jean-Albert Salmon, né en 1747, qui fit ses