//img.uscri.be/pth/17edfab5c5b2a44119e4208627afb197b1260c95
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille SCHUMACHER

De
2 pages
SCHUMACHER

A l’origine — Le patronyme Schumacher, très porté en Alsace et en Lorraine mais aussi
outre-Rhin, désignait à l’origine un cordonnier, un fabricant de souliers. Plus de 2 100
personnes portent aujourd’hui ce nom de famille en France.
La formule 1 — Né en 1969, le coureur automobile allemand Mickael Schumacher
participa en 1986 aux championnats allemands de kart. Dès 1988, il rencontra Willy
Weber qui recherchait des talents d’avenir. Lors d’un essai dans l’équipe de formule 3,
Mickael fut le plus rapide et signa un contrat de deux ans pour 1989 et 1990. Dans sa
première saison de Formule 3 en 1989, il gagna deux courses et finit les championnats en
troisième position. En 1990, il participa aux championnats du monde pour l’équipe junior
de Mercedes-Benz. Il fit ses débuts en Formule 1 lors du Grand Prix belge en 1991. Il est
devenu champion du monde de Formule 1 avec Benetton en 1994 et 1995, puis avec
Ferrari en 2000 et 2001.
Sur les traces de son frère — Frère de Mickael, le coureur automobile Ralf
Schumacher, né en 1975, participa de 1991 à 1995 aux championnats du monde de
Formule 3. En 1996, il fit sa première course en Formule 1 chez McLaren Mercedes. En
2000, il obtint la cinquième place au championnat du monde. Il a signé en 2002 son
premier contrat de Formule 1 avec BMW Williams.
Une brillante carrière — Le médecin et professeur de chirurgie à l’académie de
Copenhague Christian Schumacher naquit en 1757. Le chirurgien du régiment où
travaillait son ...
Voir plus Voir moins
S
CHUMACHER
A l’origine —
Le patronyme Schumacher, très porté en Alsace et en Lorraine mais aussi
outre-Rhin, désignait à l’origine un cordonnier, un fabricant de souliers. Plus de 2 100
personnes portent aujourd’hui ce nom de famille en France.
La formule 1 —
Né en 1969, le coureur automobile allemand Mickael Schumacher
participa en 1986 aux championnats allemands de kart. Dès 1988, il rencontra Willy
Weber qui recherchait des talents d’avenir. Lors d’un essai dans l’équipe de formule 3,
Mickael fut le plus rapide et signa un contrat de deux ans pour 1989 et 1990. Dans sa
première saison de Formule 3 en 1989, il gagna deux courses et finit les championnats en
troisième position. En 1990, il participa aux championnats du monde pour l’équipe junior
de Mercedes-Benz. Il fit ses débuts en Formule 1 lors du Grand Prix belge en 1991. Il est
devenu champion du monde de Formule 1 avec Benetton en 1994 et 1995, puis avec
Ferrari en 2000 et 2001.
Sur les traces de son frère
— Frère de Mickael, le coureur automobile Ralf
Schumacher, né en 1975, participa de 1991 à 1995 aux championnats du monde de
Formule 3. En 1996, il fit sa première course en Formule 1 chez McLaren Mercedes. En
2000, il obtint la cinquième place au championnat du monde. Il a signé en 2002 son
premier contrat de Formule 1 avec BMW Williams.
Une brillante carrière —
Le médecin et professeur de chirurgie à l’académie de
Copenhague Christian Schumacher naquit en 1757. Le chirurgien du régiment où
travaillait son père prit le jeune Christian Schumacher sous sa protection. Il l’initia à
l’anatomie, à la chirurgie, à la médecine, ainsi qu’à la botanique. Dès l’âge de seize ans,
Christian devint chirurgien d’une compagnie où servait son père. Il partit étudier à
l’université de Copenhague en 1777. A la fin de ses études et toujours avide de
connaissances, il s’engagea dans un voyage en mer Méditerranée pour approfondir des
sujets d’histoire naturelle. A son retour, après un passage à l’Académie royale de
chirurgie en 1785, il obtint le titre d’adjoint puis de chirurgien à l’hôpital Frédéric où il
s’adonna à l’étude de la chimie, de la minéralogie et aux découvertes de Lavoisier et de
Fourcroy. En 1789, il revint en Hollande et fut nommé à une chaire de chimie. Chirurgien
à la cour en 1811, conseiller d’Etat et chevalier de l’ordre de Danebrog, il se démit en
1813 de toutes ses charges pour raisons de santé. Devenu ensuite professeur d’anatomie
à l’université de Copenhague, il prit avant de décéder en 1830 la charge de directeur du
musée d’anthropologie.
La tête dans les étoiles —
Né en 1780, Henri Schumacher devint professeur
d’astronomie en 1810 à l’université de Copenhague. Il prit la direction de l’observatoire en
1815 et fut chargé en 1816 par le Sénat de cartographier le territoire. Le gouvernement
hollandais lui donna le soin de prendre la mesure d’un arc de méridien allant de
Copenhague à la côte ouest de Guetland. En 1822, il entreprit un travail de calcul des
distances exactes entre la Lune et les planètes de Vénus, Mars, Jupiter et Saturne. Il
jouissait d’une faveur constante auprès des rois Frédéric VI et Christian VIII. Il continua
ses observations jusqu’à sa mort en 1850.
Pour l’unité allemande
— L’homme politique allemand Kurt Schumacher naquit en
1895. Engagé volontaire pendant la Première Guerre mondiale où il fut blessé, il devint
membre du Conseil des ouvriers et des soldats de Berlin lors de la révolution de
novembre 1918. Il participa à la rédaction d’un journal social-démocrate de Stuttgart dès
1920. Elu député social-démocrate au Parlement de Wuttemberg de 1924 à 1930, il fut
incarcéré en camp de concentration sous le IIIème Reich. Il reconstitua en 1945 le parti
social-démocrate et en fut le président de 1946 à sa mort en 1952. Il posa sans succès sa
candidature à la présidence de la République en 1949 et, soucieux de préserver l’unité
allemande, combattit la politique d’Adenauer.