//img.uscri.be/pth/00e30f58c8398bd2ff15ccc555f1c6953b0d14a2
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille TASSIN

De
2 pages
TASSIN

A l’origine - T assin a plusieurs significations possibles. Peut-être s’agit-il d’une variante
du mot tasse, qui avait en ancien français la signification de bourse ; T assin en a alors
désigné un marchand ou un fabricant. Peut-être est-il un diminutif du nom de baptême
Eustasse, forme ancienne d’Eustache. Peut-être enfin s’agit-il d’un nom de localité
d’origine. Les porteurs du nom T assin sont aujourd’hui plus de 3 500 en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont l’Aisne, les Vosges et le Pas-de-Calais.
Frères d’armes — Les frères Louis et Charles T assin de Montaigu se sont tous les deux
distingués dans la carrière militaire et sont morts pour la France dans la guerre 1914-
1918. Louis T assin de Montaigu, né au Mans en 1870, officier à l’Ecole de cavalerie de
Saumur, capitaine au 7ème régiment de hussards en 1913, fut grièvement blessé près de
Rethel (Ardennes) le 30 août 1914. Il mourut le lendemain des suites de ses blessures à
l’hôpital de Châlons-sur-Marne et reçut cette citation à l’ordre de l’armée à titre
posthume : « Chargé de couvrir le flanc de la 17ème division d’infanterie qui se portait à
l’attaque, a arrêté par une charge poussée à fond une contre-attaque que l’ennemi
lançait dans le flanc de cette division. Est tombé glorieusement à la tête de sa troupe ».
Quant à son frère, Charles T assin de Montaigu, officier de Saint-Cyr en 1891, il était
lieutenant-colonel, chef de bataillon au 328ème RI en 1918. Il a reçu cinq ...
Voir plus Voir moins
T
ASSIN
A l’origine -
Tassin a plusieurs significations possibles. Peut-être s’agit-il d’une variante
du mot tasse, qui avait en ancien français la signification de bourse ; Tassin en a alors
désigné un marchand ou un fabricant. Peut-être est-il un diminutif du nom de baptême
Eustasse, forme ancienne d’Eustache. Peut-être enfin s’agit-il d’un nom de localité
d’origine. Les porteurs du nom Tassin sont aujourd’hui plus de 3 500 en France. Leurs
trois premiers départements d’implantation sont l’Aisne, les Vosges et le Pas-de-Calais.
Frères d’armes —
Les frères Louis et Charles Tassin de Montaigu se sont tous les deux
distingués dans la carrière militaire et sont morts pour la France dans la guerre 1914-
1918. Louis Tassin de Montaigu, né au Mans en 1870, officier à l’Ecole de cavalerie de
Saumur, capitaine au 7ème régiment de hussards en 1913, fut grièvement blessé près de
Rethel (Ardennes) le 30 août 1914. Il mourut le lendemain des suites de ses blessures à
l’hôpital de Châlons-sur-Marne et reçut cette citation à l’ordre de l’armée à titre
posthume : « Chargé de couvrir le flanc de la 17ème division d’infanterie qui se portait à
l’attaque, a arrêté par une charge poussée à fond une contre-attaque que l’ennemi
lançait dans le flanc de cette division. Est tombé glorieusement à la tête de sa troupe ».
Quant à son frère, Charles Tassin de Montaigu, officier de Saint-Cyr en 1891, il était
lieutenant-colonel, chef de bataillon au 328ème RI en 1918. Il a reçu cinq citations et est
mort en 1918 près de Mouilly (Meuse), en Argonne.
Guillotinés sous la Terreur —
Louis-Daniel Tassin, né à Paris en 1741, banquier et
député suppléant à l’Assemblée constituante, fut condamné à mort en 1794 et guillotiné
« comme contre-révolutionnaire ayant participé au complot du 10 août 1792 ». Gabriel
Tassin, né à Paris en 1743, banquier et commandant du bataillon des Filles Saint-
Thomas, fut guillotiné la même année pour le même motif. Quant à Pierre-Augustin
Tassin, marchand né à Orléans en 1754, il fut guillotiné en 1793 comme complice de
l’assassinat du député Bourdon.
En politique —
Plusieurs Tassin se sont mêlés de politique. On peut évoquer : Charles
Tassin, né à Bar-sur-Aube (Aube) en 1823, attaché au ministère des Finances en 1843,
puis au ministère de la Police, fonctionnaire de préfecture, préfet de la Sarthe en 1871 et
de l’Eure en 1876 ; Pierre Tassin, né à Noyers (Loir-et-Cher) en 1837, élu maire de
Noyers en 1865, député au Corps législatif de 1869 à 1870, conseiller général en 1871, et
député de 1876 à 1879 ; Francis Tassin, élu maire de Boutervilliers (Essonne) en 2001 ;
etc.
Ça roule ! —
Vous souvenez-vous du champion cycliste Eloi Tassin, né à Vay (Loire-
Atlantique) en 1912 ? Il remporta cinq victoires en 1945, dont le championnat de France
et le grand prix des Nations.
Les Tassin dans l’histoire —
Citons aussi : l’historien et religieux bénédictin René
Tassin (1677-1777), né à Lanlay (Sarthe), qui composa avec dom Toustain un
monumental Nouveau traité de diplomatique et une Histoire littéraire de la congrégation
de Saint-Maur (1770) ; le peintre belge Adolphe Tassin (1852-1923), né à Liège, qui
étudia à l’Académie des beaux-arts de Liège, et exécutait surtout des sujets religieux dans
des églises de la région de Liège ; René Tassin de Montaigu (1897-1994), ingénieur des
mines, directeur de la Compagnie française des pétroles de 1936 à 1957, membre du
Conseil économique et social ; Marcel Tassin, né à La Thiouloye (Pas-de-Calais) en 1929,
soldat au 2ème régiment étranger d’infanterie, mort pour la France à Nham Ann
(Indochine) en 1953 ; Jean-François Tassin, né à Lyon en 1941, DES de droit public et
diplômé de l’IAE Lyon, dirigeant au CEPME, président de l’Institut de recherches et
d’études supérieures de tourisme de 1994 à 2003 ; Philippe Tassin, né en 1943, ingénieur
des mines, directeur informatique chez Renault, Air Inter, Thomson, Michelin, Manpower,
Matra Marconi Space, et au Crédit immobilier de France de 2006 à 2007 ; Christian
Tassin, né en