//img.uscri.be/pth/9b42704d3d0718d031a92c5b3f0be85434745a45
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille TAVERNIER

De
2 pages
TAVERNIER

A l’origine — T avernier peut avoir désigné ou bien celui qui tenait l’auberge, ou bien
celui qui fréquentait un peu trop souvent la taverne.... Près de 10 000 T avernier vivent
aujourd’hui en France.
Un fameux voyageur — Jean-Baptiste T avernier (1605-1689), anobli par Louis XIV
(1669), obtint la baronnie d’Aubonne dans le canton de Vaud. Fils de Gabriel T avernier,
marchand de cartes géographiques à Anvers, il avait acquis fort jeune un goût marqué
pour les voyages. Il parcourut l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Europe centrale, où il fut
page du vice-roi de Hongrie, avant de visiter la Turquie, la Palestine, la Perse et les
Indes. Protestant, il fut d’abord ruiné et contraint à l’exil après la révocation de l’Edit de
Nantes. Vers 1686, il fut nommé directeur d’une compagnie commerciale nouvellement
créée par l’électeur du Brandebourg. Il entreprit pour elle de nouveaux voyages en Asie.
Il mourut lors d’un périple en Russie.
Peintre et historiographe — François T avernier (1659-1725) fit d’excellentes études
avant de partir en Italie étudier la peinture. Il entra dans l’atelier de Jouvenet avant
d’être nommé membre professeur et historiographe de l’Académie de peinture (1704). Il
est l’auteur de douze toiles pour l’abbaye de Long-Pont.
Un goût marqué pour la peinture — De nombreux autres T avernier connurent le
succès par leurs peintures ou leurs gravures. Citons par exemple : Andréa T avernier
(1858-1932), élève de Gastaldi et de Gilardi, qui fut médaille ...
Voir plus Voir moins
T
AVERNIER
A l’origine —
Tavernier peut avoir désigné ou bien celui qui tenait l’auberge, ou bien
celui qui fréquentait un peu trop souvent la taverne.... Près de 10 000 Tavernier vivent
aujourd’hui en France.
Un fameux voyageur —
Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689), anobli par Louis XIV
(1669), obtint la baronnie d’Aubonne dans le canton de Vaud. Fils de Gabriel Tavernier,
marchand de cartes géographiques à Anvers, il avait acquis fort jeune un goût marqué
pour les voyages. Il parcourut l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Europe centrale, où il fut
page du vice-roi de Hongrie, avant de visiter la Turquie, la Palestine, la Perse et les
Indes. Protestant, il fut d’abord ruiné et contraint à l’exil après la révocation de l’Edit de
Nantes. Vers 1686, il fut nommé directeur d’une compagnie commerciale nouvellement
créée par l’électeur du Brandebourg. Il entreprit pour elle de nouveaux voyages en Asie.
Il mourut lors d’un périple en Russie.
Peintre et historiographe —
François Tavernier (1659-1725) fit d’excellentes études
avant de partir en Italie étudier la peinture. Il entra dans l’atelier de Jouvenet avant
d’être nommé membre professeur et historiographe de l’Académie de peinture (1704). Il
est l’auteur de douze toiles pour l’abbaye de Long-Pont.
Un goût marqué pour la peinture —
De nombreux autres Tavernier connurent le
succès par leurs peintures ou leurs gravures. Citons par exemple : Andréa Tavernier
(1858-1932), élève de Gastaldi et de Gilardi, qui fut médaille d’argent à l’Exposition
universelle de 1900 ; Hippolyte Tavernier, né en 1884, peintre de paysages et de natures
mortes qui exposa aux Salons des Indépendants, d’Automne et des Tuileries ; Julien
Tavernier, né en 1879, peintre de figures, élève de Bonnat et sociétaire des Artistes
français ; Paul Tavernier, aquafortiste, né en 1852, élève de cabanel et de Guillaumet ;
etc.
L’architypographe de Philippe II
— Le tailleur de lettres et imprimeur Aimé Tavernier,
né vers 1524, apprit son métier chez Josse Lambrecht à Gand avant de s’établir à Anvers.
Il y devint l’assistant de Plantin et l’achitypographe de Philippe II. Il est connu pour son
invention des caractères “ façon d’écriture ”. Il ignorait l’invention de Robert Granjon à
Lyon, mais ils eurent la même idée au même moment et l’utilisèrent, l’un pour le français,
l’autre pour le flamand. Il est mort vers 1570.
L’énergie nucléaire
— Guy Tavernier, né en 1924, fit ses études d’ingénieur à Londres.
Il travailla en Angleterre sur différents accélérateurs de particules puis rejoignit en 1948
l’Université de Louvain où il continua ses recherches dans le nucléaire. A l’Union minière à
partir de 1949, il développa des nouvelles techniques de fabrication de neutron et des
nouvelles méthodes de mesures neutronales de haute précision. Il fonda en 1957 la
Société belgo-nucléaire. Il contribua à donner à la Belgique son indépendance
énergétique et un savoir-faire mondialement reconnu.
Un réalisateur talentueux —
Bertrand Tavernier, né en 1941, a obtenu plusieurs
Césars du meilleur scénario et de la meilleure mise en scène pour des films comme Que
la fête commence, Le juge et l’assassin ou Un dimanche à la campagne.
Les Tavernier dans l’histoire —
Citons aussi : Melchior Tavernier (1544-1641),
sculpteur flamand, qui ouvrit boutique sur les quais de l’île de la Cité à Paris et devint
imprimeur du roi pour les tailles-douces (1618) ; l’érudit Nicolas Tavernier (1620-1698),
professeur de grec au Collège royal de Navarre puis recteur de l’Université ; le médecin
Jean-Baptiste Tavernier, né en 1810, auteur de plusieurs ouvrages sur les altérations des
liquides ; le dessinateur Tavernier de Jonquères, né en 1742, qui dessina le tombeau de
Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville ; le médecin Jean Tavernier, né en 1928,
président d’université, président du conseil régional d’Aquitaine, auteur d’ouvrages sur la
radiologie de l’appareil urinaire ; l’ingénieur général militaire des poudres Paul Tavernier,
né en 1913, président