//img.uscri.be/pth/14f10c778a546e4a2eddeda744c6c90988fde0a8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille VARLET

De
2 pages
VARLET

A l’origine — Le patronyme Varlet a désigné à l’origine un domestique, un valet. Plus de
7 000 personnes portent actuellement ce patronyme en France et le département du Pas-
de-Calais est celui de leur plus forte implantation.
Un schismatique — Né en 1678, Dominique Varlet devint prêtre en 1706. Il effectua
des missions en Louisiane où il demeura six ans. Il gagna ensuite l’Asie et fut nommé
évêque d’Ascalon et coadjuteur de l’évêque de Babylone (1718). Il assura de nombreuses
missions d’évangélisation en Perse. Parallèlement, il entama une polémique virulente avec
le pape Innocent III sur la nouvelle constitution romaine. Varlet se déclara dissident en
1723. Il s’installa aux Pays-Bas et y anima dès lors un culte schismatique, avec quatre
archevêques qui le suivirent dans sa scission. Auteur des Apologies (1724-1727), son
activité théologique fut remarquée et particulièrement appréciée par les jansénistes. Il
mourut en 1742.
Une justice expéditive — Sous la Terreur, en 1794, Louis-Henri Varlet, né en 1769,
chef du dépôt des charrois à Franciade, passa en jugement devant le tribunal
révolutionnaire de Paris pour… dilapidation ! La sentence fut expéditive : Varlet fut
guillotiné !
L’harangueur public de Molière — Charles Varlet de Lagrange était l’un des plus
grands comédiens du XVIIème siècle et le harangueur public de Molière. Né à Amiens,
Charles Varlet de Lagrange débuta, en compagnie de son frère Achille, une carrière de
comédien saltimbanque, offrant de ...
Voir plus Voir moins
V
ARLET
A l’origine —
Le patronyme Varlet a désigné à l’origine un domestique, un valet. Plus de
7 000 personnes portent actuellement ce patronyme en France et le département du Pas-
de-Calais est celui de leur plus forte implantation.
Un schismatique —
Né en 1678, Dominique Varlet devint prêtre en 1706. Il effectua
des missions en Louisiane où il demeura six ans. Il gagna ensuite l’Asie et fut nommé
évêque d’Ascalon et coadjuteur de l’évêque de Babylone (1718). Il assura de nombreuses
missions d’évangélisation en Perse. Parallèlement, il entama une polémique virulente avec
le pape Innocent III sur la nouvelle constitution romaine. Varlet se déclara dissident en
1723. Il s’installa aux Pays-Bas et y anima dès lors un culte schismatique, avec quatre
archevêques qui le suivirent dans sa scission. Auteur des Apologies (1724-1727), son
activité théologique fut remarquée et particulièrement appréciée par les jansénistes. Il
mourut en 1742.
Une justice expéditive —
Sous la Terreur, en 1794, Louis-Henri Varlet, né en 1769,
chef du dépôt des charrois à Franciade, passa en jugement devant le tribunal
révolutionnaire de Paris pour… dilapidation ! La sentence fut expéditive : Varlet fut
guillotiné !
L’harangueur public de Molière —
Charles Varlet de Lagrange était l’un des plus
grands comédiens du XVIIème siècle et le harangueur public de Molière. Né à Amiens,
Charles Varlet de Lagrange débuta, en compagnie de son frère Achille, une carrière de
comédien saltimbanque, offrant de multiples représentations en province. A Paris en
1658, il s’y fit immédiatement remarquer et intégra la troupe du Palais-Royal. Molière,
séduit par les talents de Varlet, le forma personnellement. Varlet connut ainsi une
brillante carrière de tragédien puis de comédien. Molière le choisit comme son
harangueur
public,
c’est-à-dire
comme
le
comédien
qui devait apostropher
les
spectateurs lors des représentations. Varlet mourut en 1727. Son frère, Achille Varlet de
Lagrange, dit Verneuil, avait suivi Charles à Paris et était entré dans la troupe du Marais
et de la rue Gueguenaud. Il effectua une carrière moins brillante, occultée par celle de
son frère. Il mourut en 1707.
Sur les planches —
D’autres Varlet se sont illustrés sur les planches. Comédien du
XIXème siècle, N. Varlet donna de nombreux spectacles dans le nord de la France. Un
autre, Gabriel Varlet, né en Belgique, exprima ses talents de comédien à Bruxelles et à
Saint-Pétersbourg. Il fut pensionnaire de la Comédie-Française de 1840 à 1848. Madame
Varlet, née en 1801, effectua quant à elle une carrière de comédienne pendant vingt-
cinq ans à travers toute la France. Elle prit sa retraite en 1862. Il ne faut pas la confondre
avec l’actrice Rosalie Varlet, également connue sous le nom de scène de Madame Varlet
et qui mourut en 1890.
La préhistoire du cyclisme —
C’est un Varlet qui devint en 1881 président de l’Union
vélocipédique française, première structure officielle française du cyclisme créée cette
année-là. L’UVF organisa notamment les premières compétitions nationales, comme le
championnat de France des 10 km. Varlet occupa ces fonctions jusqu’en 1884.
Les Varlet dans l’histoire —
Mentionnons également : le portraitiste et miniaturiste du
XVIIIème siècle N. Varlet qui travaillait à Paris ; le peintre Félicie Varlet, née au XIXème
siècle, qui a essentiellement peint des portraits ; le peintre Pierre-Louis Varlet (1808-
1893), auteur de toiles comme La fontaine de Fleury ou Marie-Antoinette devant
l’échafaud ; et enfin, un homme politique, Louis Varlet (1837-1895), député républicain
des Ardennes (1884-1893) ; etc.
Autres noms de même signification :
Levalet (300, Loire-Atlantique), Levallet (400,
Manche), Valet (4 000, Paris), Valeton (150, Dordogne), Valleix (900, Puy-de-Dôme),
Vallet (15 000, Paris), Valtat (400, Yonne), Valton (1 700, Marne), Vaslet (350,
Vienne)...© Archives & Culture. Reproduction et