//img.uscri.be/pth/489f273746c9eb68f5602d5aae97a23dbb4b2d33
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du nom de famille VIOLETTE

De
2 pages
VIOLETTE

A l’origine — Ce nom a pu désigner un joueur de viole ou une caractéristique de la
propriété d’origine, la présence d’un chemin (du latin viala). Les Violette sont près de
2 500 aujourd’hui en France. Leurs trois premiers départements d’implantation sont Paris,
la Seine-Maritime et l’Oise.
Pseudonyme : Violette — Violette est un pseudonyme retenu par des dizaines
d’hommes et surtout de femmes de lettres sur le XIXème et le XXème siècles. Par
exemple Alice de Laincel, qui publia sous ce nom de nombreux titres à la fin du XIXème
siècle : L’art de la toilette chez la femme (1885), Les grandes femmes aujourd’hui (1886),
Les salons de Paris (1889)… Ou bien Rose Adler (1890-1959), auteur sous ce même nom
d’ouvrages de spiritualité.
Une figure de la Troisième République — L’avocat Maurice Violette (1870-1960)
devint secrétaire général du Parti républicain socialiste. Député de Dreux de 1902 à 1919,
réélu en 1924, il devint vice-président de la Chambre en 1914, ministre du Ravitaillement
en 1917 et ministre d’Etat de 1936 à 1938. Aucun mandat ne lui échappa puisqu’il fut
aussi maire de Dreux de 1908 à 1959 sauf pendant l’Occupation, conseiller général,
président du Conseil général d’Eure-et-Loir et sénateur en 1929. Cet homme d’Etat fut
aussi gouverneur général de l’Algérie de 1925 à 1927, et il fut l’auteur d’un plan de
réforme en faveur des Algériens, qui se heurta à l’hostilité du Sénat. Franc-maçon, il fut
Vénérable de la loge « Les enfants de Rabelais » à Chinon, ...
Voir plus Voir moins