//img.uscri.be/pth/a6f314c084dfde6e66e0665279a7d6c168164f02
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Catherine

2 pages
Catherine
Quelle origine ? — Catherine vient d’un ancien nom grec, Ekaterine, dérivé de Ekata,
nom d’une divinité thrace. Les chrétiens ont souhaité le rattacher à l’adjectif grec
katharos (pur) et lui ont alors adjoint le h, absent des anciennes formes du nom.
Quelle popularité ? — Très populaire sous l’Ancien Régime, le prénom Catherine est
donné à près de 10 000 petites filles par an au début du XIXème siècle. A partir de 1820,
il entame une décrue qui va durer jusqu’aux années 1930 (500 bébés par an en
moyenne). Puis c’est l’envol : 20000 petites Catherine naissent en 1963 ! Le prénom n’est
donné aujourd’hui qu’à une soixantaine de bébés par an.
Quelles saintes ? — Catherine de Sienne (1347-1380), dernière d’une famille de vingt-
cinq enfants, choisit de soigner les lépreux, et de voyager pour prêcher la bonne parole.
Son passage et ses écrits, Dialogue mystique, entraînèrent de nombreuses conversions.
Des stigmates apparurent sur son corps en 1375. Elle réussit en 1377 à convaincre le
pape Grégoire XI de quitter Avignon et de rétablir le siège de la papauté à Rome.
Canonisée en 1461, elle est proclamée docteur de l’Église en 1970. Catherine de Sienne
est la sainte patronne de sa ville natale mais aussi de toute l’Italie. Une autre sainte,
Catherine d’Alexandrie aurait tenu tête, à dix-huit ans, en 308, à cinquante philosophes
païens chargés de démontrer la fausseté de sa foi, avant d’être suppliciée puis décapitée.
Quant à Catherine Labouré (1806-1876), entrée en ...
Voir plus Voir moins
C
atherine
Quelle origine ? —
Catherine vient d’un ancien nom grec, Ekaterine, dérivé de Ekata,
nom d’une divinité thrace. Les chrétiens ont souhaité le rattacher à l’adjectif grec
katharos (pur) et lui ont alors adjoint le h, absent des anciennes formes du nom.
Quelle popularité ? —
Très populaire sous l’Ancien Régime, le prénom Catherine est
donné à près de 10 000 petites filles par an au début du XIXème siècle. A partir de 1820,
il entame une décrue qui va durer jusqu’aux années 1930 (500 bébés par an en
moyenne). Puis c’est l’envol : 20000 petites Catherine naissent en 1963 ! Le prénom n’est
donné aujourd’hui qu’à une soixantaine de bébés par an.
Quelles saintes ? —
Catherine de Sienne (1347-1380), dernière d’une famille de vingt-
cinq enfants, choisit de soigner les lépreux, et de voyager pour prêcher la bonne parole.
Son passage et ses écrits, Dialogue mystique, entraînèrent de nombreuses conversions.
Des stigmates apparurent sur son corps en 1375. Elle réussit en 1377 à convaincre le
pape Grégoire XI de quitter Avignon et de rétablir le siège de la papauté à Rome.
Canonisée en 1461, elle est proclamée docteur de l’Église en 1970. Catherine de Sienne
est la sainte patronne de sa ville natale mais aussi de toute l’Italie. Une autre sainte,
Catherine d’Alexandrie aurait tenu tête, à dix-huit ans, en 308, à cinquante philosophes
païens chargés de démontrer la fausseté de sa foi, avant d’être suppliciée puis décapitée.
Quant à Catherine Labouré (1806-1876), entrée en religion chez les sœurs de la Charité,
rue du Bac à Paris, elle aurait vu plusieurs fois la Vierge Marie. La médaille portant la
prière dictée par l’apparition passe pour être miraculeuse. Enfin, la religieuse américaine
sainte Catherine Drexel (1858-1955) fonda aux États-Unis l’Institut des sœurs du Saint-
Sacrement pour les Indiens et les gens de couleur.
Son jour...
Catherine se fête le 3 ou le 24 mars, le 29 avril ou le 25 novembre.
En
littérature
De nombreux romanciers ont retenu ce prénom pour leurs
personnages : Catherine de Heilbronn, jolie et modeste fille du peuple amoureuse d’un
chevalier et dont l’histoire est racontée dans nombre de récits populaires allemands,
Catherine Earnshaw la tourmentée dans Les Hauts de Hurlevent (1847) d’Emily Brontë,
l’orgueilleuse Catherine Ivanovna des Frères Karamazov (1880) de Dostoïevski...
En chansons —
Édith Piaf, dans la Chanson de Catherine, raconte la triste histoire de
deux jeunes amants (Te voilà mariée, Catherine / Sans joie et sans amour / Celui que tu
aimes, Catherine / Est perdu pour toujours…). Et on peut rattacher à ce prénom la
chanson Tchi ! Tchi ! de Tino Rossi : «Oh ! Cathari-netta bella tchi ! tchi ! Écoute, l’amour
t’appelle, tchi ! tchi !...»
Dans l’histoire —
Ce prénom fut porté par deux impératrices de Russie, trois reines
d’Angleterre et une reine de France, Catherine de Médicis (1519-1589), épouse de Henri
II. Plus près de nous, Catherine Deneuve, actrice préférée des Français, née en 1943,
obtint la palme d’or au festival de Cannes 1964 pour Les parapluies de Cherbourg, le Lion
d’or au festival de Venise 1967 pour Belle de Jour, le César de la meilleure actrice 1993
pour Indochine, le prix d’interprétation à la Maestra de Venise 1998 pour Vendôme, l’ours
d’argent à Berlin 2002 pour Huit femmes, l’ours d’or à Berlin pour l’ensemble de son
œuvre à Berlin en 1998... On peut citer aussi Catherine-Henriette Belier de Beauvais
(1615-1690), femme de chambre d’Anne d’Autriche et agent secret pour le compte de
Mazarin et de Fouquet ; l’artiste peintre Catherine Duchemin (1630-1698), première
femme admise à l’Académie des Beaux Arts ; Catherine Trautmann, maire de Strasbourg,
ministre de la Culture sous Mitterrand ; la chanteuse Catherine Sauvage (1929-1998), qui
milita au Parti communiste avec des chansons engagées ; Catherine Capdevielle, née en
1938, cinq fois recordwoman de France du 100 m et recordwoman du 200 m en 1960 ; la
championne olympique de judo Catherine Arnaud, née en 1963 ; la championne de golf
Catherine Lacoste, née en 1945...