//img.uscri.be/pth/b2d6b74b1971bf6ecb8d68e98e309f7b2461caed
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Élisabeth

2 pages
Élisabeth
Quelle origine ? — Élisabeth correspond à la forme grecque d’un prénom hébreu,
Elisheba (de Eli, mon Dieu, et sheba, plénitude ou serment).
Quelle popularité ? — Après un millier d’attributions annuelles au début du XXe siècle,
Élisabeth atteint des sommets au début des années 1950 : le prénom dépasse les 4 450
attributions annuelles, un succès peut-être du à la médiatisation du couronnement et du
mariage de la reine d’Angleterre Elisabeth II. Le prénom se fait ensuite plus rare. On ne
compte plus désormais qu’une centaine de bébés de ce nom chaque année. Ce sont les
formes diminutives (Élise, Élisa, Elsa…) qui ont pris le devant de la scène.
Quelles saintes ? — Elles sont nombreuses. On connaît bien sûr la cousine de Marie,
Élisabeth, mère de Jean-Baptiste qu’elle a sur le tard et qui baptisera le Christ dans le
Jourdain, fêtée le 5 novembre. Mais celle que l’on fête le 17 novembre est Élisabeth de
Hongrie (1207-1231). Fille du roi de Hongrie, épouse de Louis IV de Thuringe (futur
saint), elle secourt les pauvres, les mala-des, les orphelins... Après la mort de son mari
aux croisades en 1227, elle est chassée par sa belle-famille, subit des traitements
humiliants, séjourne même dans une porcherie sans pourtant cesser d’aider les plus
pauvres. Elle est canonisée dès 1235. Une autre sainte du nom, Élisabeth (ou Isabelle) de
Portugal (1271-1336), fêtée le 4 juillet, est l’une des meilleures reines du Portugal, retirée
chez les clarisses avant sa mort. Enfin, une ...
Voir plus Voir moins