//img.uscri.be/pth/4cab60d8dbf076055de8c1c8977e1ccf90dde47f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom François

2 pages
François
Quelle origine ? — François vient du prénom latin Franciscus, du nom du peuple franc.
Prénom royal, il a été porté par deux rois de France, dont François 1er qui est le mécène
de la Renaissance par excellence, par deux empereurs du Saint Empire romain
germanique, des empereurs d’Autriche, d’Allemagne, des rois des Deux-Siciles, etc. Ses
deux composés les plus fréquents actuellement sont François-Régis et François-Xavier.
Quelle popularité ? — Présent depuis des siècles, François était donné à 5 000 petits
garçons en 1800 et en 1900. Entre les deux, il connaît une embellie dans les années
1810-1840, avec plus de 15 000 attributions par an. Sa cote baisse à partir des années
1960. Il est aujourd’hui donné à 300 bébés par an.
Quels saints ? — On songe bien sûr à saint François d’Assise (1181-1226), le plus
populaire par sa simplicité, son observance de la plus grande pauvreté et son amour des
animaux. Ses prêches lui attirent des disciples et il obtient du pape, en 1210, la création
de l’ordre des franciscains. En 1223, il réalise la première crèche de Noël. Il meurt
aveugle en 1226, porteurs des stigmates. Bien d’autres François ont été canonisés,
comme François de Paule (1416-1507), fondateur de l’ordre des minimes, François Borgia
(1510-1572), qui contribue à développer l’ordre des jésuites ou encore François de Sales
(1567-1622), l’une des principales figures de la Contre-Réforme.
Son jour... Les François se fêtent le 4 octobre, le 4 juin, le 2 avril, le 16 ...
Voir plus Voir moins
F
rançois
Quelle origine ? —
François vient du prénom latin Franciscus, du nom du peuple franc.
Prénom royal, il a été porté par deux rois de France, dont François 1er qui est le mécène
de la Renaissance par excellence, par deux empereurs du Saint Empire romain
germanique, des empereurs d’Autriche, d’Allemagne, des rois des Deux-Siciles, etc. Ses
deux composés les plus fréquents actuellement sont François-Régis et François-Xavier.
Quelle popularité ? —
Présent depuis des siècles, François était donné à 5 000 petits
garçons en 1800 et en 1900. Entre les deux, il connaît une embellie dans les années
1810-1840, avec plus de 15 000 attributions par an. Sa cote baisse à partir des années
1960. Il est aujourd’hui donné à 300 bébés par an.
Quels saints ? —
On songe bien sûr à saint François d’Assise (1181-1226), le plus
populaire par sa simplicité, son observance de la plus grande pauvreté et son amour des
animaux. Ses prêches lui attirent des disciples et il obtient du pape, en 1210, la création
de l’ordre des franciscains. En 1223, il réalise la première crèche de Noël. Il meurt
aveugle en 1226, porteurs des stigmates. Bien d’autres François ont été canonisés,
comme François de Paule (1416-1507), fondateur de l’ordre des minimes, François Borgia
(1510-1572), qui contribue à développer l’ordre des jésuites ou encore François de Sales
(1567-1622), l’une des principales figures de la Contre-Réforme.
Son jour...
Les François se fêtent le 4 octobre, le 4 juin, le 2 avril, le 16 juin, ou le 24
janvier.
Le saviez-vous ? —
C’est un François, François Antoine, qui abattit en 1765 la fameuse
Bête du Gévaudan.
En peinture —
François Clouet (1507-1572) est l’un des plus grands peintres du XVIe
siècle. En faveur auprès de François Ier, il organisait les cérémonies de cour. Quant à
François Boucher (1703-1770), nommé en 1765 premier peintre du roi Louis XV, il décora
le château de Versailles et fut le maître de la peinture galante et rococo, créant un
univers sensuel et gracieux.
En littérature —
L’aventureux François Villon (1431-1463) fréquentait aussi bien les
malfaiteurs, dont il emprunta l’argot dans ses œuvres, que la Sorbonne ou les Grands de
son temps. Charles d’Orléans et Louis XI, fervents admirateurs de ses poèmes, le
sauvèrent plusieurs fois de la potence. François Rabelais (1494-1553) est l’auteur des
romans Pantagruel et Gargantua, où le thème des géants permet la satire de la société et
des
institutions.
L’écrivain
François-René
de
Chateaubriand
(1768-1848)
sut
admirablement exprimer la mélancolie de son siècle : «un cœur plein dans un monde
vide». L’ampleur et l’harmonie verbale de ses œuvres en font de véritables poèmes
lyriques en prose (René, bible du romantisme, Le Génie du christianisme, Mémoires
d’outre-tombe). François Mauriac (1885-1970), poète catholique, publie en 1909 son
premier recueil, Les Mains jointes. Mais ce sont ses romans, comme Thérèse Desqueyroux
en 1927, qui le consacrent. Académicien en 1933, il profite de sa notoriété pour
s’engager en tant que fervent gaulliste et adversaire de la colonisation.
Au cinéma —
François Truffaut (1932-1984), l’un des chefs de file de la Nouvelle Vague,
opta pour un cinéma «à la première personne» dont son premier long-métrage, les
Quatre
cents
coups
(1959)
est
l’éclatant
manifeste
:
il
s’agit
presque
d’une
autobiographie, narrant les premiers pas dans la vie d’un «enfant terrible» qui était son
alter ego. Né en 1955, l’acteur François CLuzet s’est quant à lui fait connaître avec des
films comme Association de malfaiteurs, Trop belle pour toi... Il a reçu le césar du
meilleur acteur en 2007 pour Ne le dis à personne et joue aussi pour la télévision ou le
théâtre.
En politique —
Le député François-Antoine de Boissy d’Anglas (1756-1826) refusait les
excès de la Terreur et s’opposa à Robespierre. Il fit partie du conseil des Cinq-Cents en
1795 et reçut la pairie de Louis XVIII. On peut citer bien d’autres François : François
Mitterrand (1916-1996) bien sûr, président de la