//img.uscri.be/pth/a29ed8a92427156e5ab9485b2aad0128dd1be135
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Guy

2 pages
Guy
Quelle origine ? — Guy vient d’un ancien nom de personne d’origine germanique,
Wido, issu de la racine wid- (bois).
Quelle popularité ? — L’engouement pour Guy commence avec le XXe siècle, culmine
en son milieu (plus de 9 000 naissances en 1946-1947) et s’éteint (ou presque) avec lui.
Quels saints ? — Fils d’un sénateur romain païen, Guy l’Auxiliaire fut converti au
christianisme à douze ans par sa nourrice et son précepteur. Découverts, ils sont obligés
de s’enfuir pour ne pas abjurer leur foi. Arrêtés, torturés, ils seront tous les trois exécutés
à Rome vers 300. On raconte qu’avant de mourir, Guy aurait guéri le fils de l’empereur
Dioclétien, victime d’une maladie nerveuse. Un autre saint du nom, Guy Vagnotelli,
seigneur de Toscane, se fit franciscain en 1211 pour suivre saint François d’Assise. Saint
Guy est le patron des danseurs, des comédiens, des chaudronniers, des sacristainset des
chiens. On l’invoque aussi contre les maladies nerveuses et les morsures de serpents.
Son jour... Guy se fête le 12 ou le 15 juin.
En littérature — Après une enfance heureuse passée dans les bocages et sur les côtes
normandes, Guy de Maupassant (1850-1893) s’initie à l’écriture avec Flaubert. Boule de
suif le propulse vers le succès : conteur réaliste, ce prodigieux styliste excelle à planter un
décor, poser un personnage avec une exactitude féroce. Mais il compose aussi des récits
fantastiques saisissants, comme Le Horla. Sa vie se partage entre plaisirs légers et
angoisses ...
Voir plus Voir moins
G
uy
Quelle origine ? —
Guy vient d’un ancien nom de personne d’origine germanique,
Wido, issu de la racine wid- (bois).
Quelle popularité ? —
L’engouement pour Guy commence avec le XXe siècle, culmine
en son milieu (plus de 9 000 naissances en 1946-1947) et s’éteint (ou presque) avec lui.
Quels saints ? —
Fils d’un sénateur romain païen, Guy l’Auxiliaire fut converti au
christianisme à douze ans par sa nourrice et son précepteur. Découverts, ils sont obligés
de s’enfuir pour ne pas abjurer leur foi. Arrêtés, torturés, ils seront tous les trois exécutés
à Rome vers 300. On raconte qu’avant de mourir, Guy aurait guéri le fils de l’empereur
Dioclétien, victime d’une maladie nerveuse. Un autre saint du nom, Guy Vagnotelli,
seigneur de Toscane, se fit franciscain en 1211 pour suivre saint François d’Assise. Saint
Guy est le patron des danseurs, des comédiens, des chaudronniers, des sacristainset des
chiens. On l’invoque aussi contre les maladies nerveuses et les morsures de serpents.
Son jour...
Guy se fête le 12 ou le 15 juin.
En littérature —
Après une enfance heureuse passée dans les bocages et sur les côtes
normandes, Guy de Maupassant (1850-1893) s’initie à l’écriture avec Flaubert. Boule de
suif le propulse vers le succès : conteur réaliste, ce prodigieux styliste excelle à planter un
décor, poser un personnage avec une exactitude féroce. Mais il compose aussi des récits
fantastiques saisissants, comme Le Horla. Sa vie se partage entre plaisirs légers et
angoisses morbides qui finissent par le conduire à la folie. Au siècle suivant, c’est après la
démobilisation que Guy de Pérusse des Cars (1911-1993) écrit son premier roman,
L’officier sans nom, qui connaît d’emblée le succès. Il rédige ensuite une série d’ouvrages
populaires présentant l’étude d’un cas psychologique ou pathologique.
Au cinéma —
C’est le succès de Cousin, cousine qui rend célèbre l’acteur Guy
Marchand, né en 1937. Il multiplie ensuite les personnages d’homme ordinaire, policier
sans histoire dans Tendre poulet (1977), publicitaire trompé dans Loulou (1980), puis les
seconds rôles de salauds : militaire raciste dans Coup de torchon (1981), inspecteur
violent dans Garde à vue (1981, César du meilleur second rôle), criminel dans Mortelle
randonnée (1983), voleur dans Conseil de famille (1986), garagiste âpre au gain dans
L’Été en pente douce (1987) ou encore flic véreux dans Ripoux contre ripoux (1989). Il se
tourne ensuite vers la télévision, avec la série Nestor Burma. Né en 1934 à Alger, Guy
Bedos débuta quant à lui au théâtre en 1954 mais s’intéressa au cinéma dès 1961. Parmi
ses nombreux films : Un éléphant, ça trompe énormément (1976), Nous irons tous au
paradis (1977)... Les sketches dont il est l’auteur (Vacances à Marrakech, Le Surdoué, Le
Dictionnaire médical...) rencontrent le succès.
En chanson —
On connaît tous le chanteur Guy Béart, avec ses succès comme L’eau
vive, Vive la rose et le lilas…
Dans l’histoire —
Guy de La Brosse (1586-1641) est le créateur du jardin des Plantes à
Paris. Guy Ligier, né en 1930, créa et dirigea la célèbre écurie de Formule 1 qui porta son
nom, monta une société de BTP puis sa propre société de construction automobile et
passa dans la catégorie reine, la Formule 1, en créant l’écurie Ligier. On peut citer aussi
Guy Degrenne, à l’origine de l’orfèvrerie du même nom à la fin du XIXe siècle ; le
couturier Guy Laroche (1921-1989), qui ouvrit, en 1961, sa boutique de prêt-à-porter
féminin et une collection masculine sous son nom ; Guy Drut, médaillé olympique, adjoint
au maire de Paris de 1985 à 1989 puis ministre délégué à la Jeunesse et aux Sports de
1995 à 1997 ; le biologiste Guy-André Voisin, né en 1920, spécialiste d’immuno-
pathologie, discipline qu’il a contribué à fonder et qui lui doit son nom ; Guy Périllat,
champion du monde du combiné en 1960, médaille de bronze de ski aux Jeux
olympiques de Squaw Valley en 1960, médaille d’argent à ceux de Grenoble en 1968 ;
Guy Lux, né en 1919, l’animateur de télévision le plus célèbre de l’hexagone des années
1960 aux années 1980 (Intervilles, Jeux sans frontières, Le Schmilblic…) ; l’éditeur et
poète Guy Authier,