//img.uscri.be/pth/f32b658651992ad673cdbb7935589665d754fd96
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 0,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Origine du prénom Henri, Henry

2 pages
Henri, Henry
Quelle origine ? — Le prénom Henri n’est apparu dans notre pays qu’à la fin du Xe
siècle, sous l’influence des noms des empereurs germaniques, le premier étant Henri 1er
(876-936). Il a aussi été porté par de nombreux rois de France (dont le fameux Henri IV
et sa poule au pot) et rois d’Angleterre (dont Henri II qui scella la rupture de l’Église
anglicane avec le pape).
Quelle popularité ? — Donné à environ 700 petits garçons par an dans les années
1800, Henri ne cesse ensuite de croître tout au long du XIXe siècle et jusqu’en 1920 (plus
de 11 000 attributions cette année-là). Le prénom chute ensuite jusqu’en 1975 et se
maintient depuis cette date à 200 attributions par an. La variante Henry est toujours
restée rare : 150 naissances par an en moyenne jusqu’en 1975, une cinquantaine depuis
cette date.
Quels saints ? — L’empereur du Saint Empire romain germanique Henri II (973-1024)
fut canonisé pour avoir maintenu l’unité de son Empire et réformé la papauté. Il est fêté
le 3 juillet. Un autre saint du nom, appelé Henri ou Émeric, était le fils de saint Étienne
qui convertit la Hongrie. Duc de Bavière, saint Henri (972-1024), succéda à l’empereur
Otton III en 1002 sur le trône du Saint Empire romain germanique. Il soutint et finança le
mouvement clunisien.
Son jour... Henri se fête le 13 juillet ou le 4 novembre.
En chansons — On peut voir en Henri Salvador (1917-2008) le rigolo de service qui a
fait marrer la France entière avec Zorro ou Le blues du dentiste. ...
Voir plus Voir moins
H
enri, Henry
Quelle origine ? —
Le prénom Henri n’est apparu dans notre pays qu’à la fin du Xe
siècle, sous l’influence des noms des empereurs germaniques, le premier étant Henri 1er
(876-936). Il a aussi été porté par de nombreux rois de France (dont le fameux Henri IV
et sa poule au pot) et rois d’Angleterre (dont Henri II qui scella la rupture de l’Église
anglicane avec le pape).
Quelle popularité ? —
Donné à environ 700 petits garçons par an dans les années
1800, Henri ne cesse ensuite de croître tout au long du XIXe siècle et jusqu’en 1920 (plus
de 11 000 attributions cette année-là). Le prénom chute ensuite jusqu’en 1975 et se
maintient depuis cette date à 200 attributions par an. La variante Henry est toujours
restée rare : 150 naissances par an en moyenne jusqu’en 1975, une cinquantaine depuis
cette date.
Quels saints ? —
L’empereur du Saint Empire romain germanique Henri II (973-1024)
fut canonisé pour avoir maintenu l’unité de son Empire et réformé la papauté. Il est fêté
le 3 juillet. Un autre saint du nom, appelé Henri ou Émeric, était le fils de saint Étienne
qui convertit la Hongrie. Duc de Bavière, saint Henri (972-1024), succéda à l’empereur
Otton III en 1002 sur le trône du Saint Empire romain germanique. Il soutint et finança le
mouvement clunisien.
Son jour...
Henri se fête le 13 juillet ou le 4 novembre.
En chansons —
On peut voir en Henri Salvador (1917-2008) le rigolo de service qui a
fait marrer la France entière avec Zorro ou Le blues du dentiste. Mais, derrière l’humour,
il y a un formidable créateur qui, entre autres, a inventé le clip télé. En 1949, il sort le
titre Le Loup, la biche et le chevalier, qui restera un classique de son répertoire sous le
nom Une chanson douce. Les succès vont s’enchaîner : Le Lion est mort ce soir, Zorro est
arrivé, Syracuse, Le Travail c’est la santé, Juanita Banana, Les Aristochats (chanson
inspirée du dessin animé, prix de l’Académie Charles Cros)... La Sacem lui a décerné en
1987 le grand prix de l’humour. Et Henri Dès chante quant à lui pour les tout petits…
En littérature —
Peu d’écrivains laissent une œuvre aussi mince et aussi marquante
qu’Henri Fournier (1886-1914) dit Alain-Fournier. Son unique roman, Le Grand Meaulnes,
en 1913, raconte sa rencontre bouleversante et sans lendemain avec une jeune fille dont
il a fait son idéal. Promis à la gloire, il meurt au tout début de la Grande Guerre. Quant à
Henry de Montherlant, il prône une morale de l’action et fustige la «morale de midinette»
française à travers études de mœurs incisives et articles. L’Occupation est un tournant :
avec La Reine morte, il inaugure le versant théâtral de son œuvre, plus sombre. Pour
échapper à la décrépitude, il se donne la mort à soixante-seize ans. Henri est par ailleurs
le prénom de Lagardère, le héros du roman de cape et d’épée de Paul Féval, Le Bossu.
Et rappelons que le véritable nom de Stendhal (1783-1842) est Henry Beyle.
Au cinéma —
Henri Langlois (1914-1977) organisa la première cinémathèque en 1936,
et obtint en 1962 que soit créé, dans les locaux du palais de Chaillot, un véritable musée
du Cinéma. Le cinéaste Henri Chomette (1896-1941), tourna la plus grande partie de ses
films à l’époque du muet. Henri Verneuil mit son art au service de Fernandel et réalisa
avec lui son premier triomphe, La vache et le prisonnier en 1959. Les succès se
poursuivent : Le clan des Siciliens, Cent mille dollars au soleil, Les morfalous... Henri
Virlogeux, né en 1924, connaît le succès dans les années 1960 avec Les 400 coups,
Mélodie en sous-sol ou Le Vice et la vertu de Roger Vadim. L’acteur Henri Vidal (1919-
1959) rencontra, sur le tournage de Fabiola, Michèle Morgan qu’il allait épouser.
En sport —
Henri Cochet fait partie de l’équipe des Mousquetaires qui mit le tennis
français au premier rang dans les années 1920. Il est sans doute le meilleur joueur de
tennis de son époque : cinq fois vainqueur à Roland-Garros, deux fois à Wimbledon, une
fois à Forest-Hills, onze fois en coupe Davis, meilleur joueur mondial de 1928 à 1931...
Plus près de nous, le joueur de tennis Henri Leconte, né en 1963,